AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
« L E V I C O R P U S ! »
Bonjour à toi Invité! La communauté Levicorpus t’accueille dorénavant dans son havre de paix qu'est Poudlard. Pour cela, il ne te suffit que d'une seule chose : clique sur le bouton inscription. Te laisseras-tu tenter par l'aventure ? Wink



 

Partagez
 

 [sept.76]« one day you'll understand. » (anastasia)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
William A. Lockhart

۞ JUGE AU MAGENMAGOT

۞ JUGE AU MAGENMAGOT
William A. Lockhart


▌Messages : 78
▌Avatar : jude law.
▌Année à Poudlard : terminées.
▌Métier exercé : juge au magenmagot.


Feuille de personnage
▌Pureté du sang: pur (j'ai pas capté grand chose avec les niveaux de sang)
▌Gallions : 0

[sept.76]« one day you'll understand. » (anastasia) _
MessageSujet: [sept.76]« one day you'll understand. » (anastasia)   [sept.76]« one day you'll understand. » (anastasia) Icon_minitimeDim 23 Juin 2013, 23:29


Septembre 1976,
Aux Trois Balais • Pré- au - Lard.

William avait assisté a deux audiences aujourd'hui et ce qu'il y avait eu à juger n'était pas des plus captivants. La première concernait un vieux sorcier à l'air un peu miteux qui aurait tenté de voler des objets de valeur dans une maison sans y parvenir jusqu'au bout; les sortilèges anti-intrusion ayant fait leur boulot de... Ah oui, un type du service du Détournement de l'Artisanat Moldu avait dit que cela s'appelait une... « Alarme » chez les Moldus. Ces petits engins bruyants sont minables et innefficaces, un simple sortilège de blocage pour les neutraliser... Après avoir écouté les propos absolument pas convainquants de l'ancien; « Je n'ai plus d'or dans mon coffre de Gringotts et ma femme est malade, clouée au lit... Blablabla. », William avait donné son avis, se concertant avec les autres jurés, quelques minutes plus tard, la sentence tombait. Une simple petite amende de cinq Gallions. Simple quand on a les moyens. Dans un piteux état, mal rasé et l'air hagard, le pauvre homme ne semblait pas posséder plus de trois Mornilles. « Tant pis pour lui » ricana intérieurement le blond.
La deuxième affaire était légèrement différente et intéressante, un jeune homme de vingt ans ayant stupéfixé un adolescent Moldu devant deux témoins eux aussi Moldus. Quand y aura t-il enfin de véritables crimes à punir? Non pas que Will souhaiterait le décès de personnes pour ensuite condamner les auteurs mais il était vrai que parfois, on envoyait au Magenmagot des faits peu graves. C'était donc une journée pas très originale qui était déjà bien entamée.

C'est en traversant l'atrium bondé que William pensa à aller boire un bon coup aux Trois Balais pour qui sait, rencontrer un gars sympa et discuter un peu avec lui. Ou simplement boire n verre. Il n'avait pas envie de retourner à la maison si tôt où il serait sûr de ne pouvoir parler qu'avec Katerina. Sorti du bâtiment, il transplana discrètement en pensant très fort « Pré - au - Lard ». Il apparu instantanément à une dizaine de mètres du vieux panneau de bois indiquant le nom du village. Connaissant parfaitement le chemin menant au pub, il passa sans jeter un regard à la Tête de Sanglier qu'il dépassa à grandes et rapides enjambées. Il s'arrêta un instant devant la vitrine de Scribenpenne pour regarder les diverses plumes étalées et étiquetées par leur prix respectifs. « Cher pour ce que c'est. » marmonna Mr. Lockhart en se détournant. Il poussa la lourde porte de la taverne et quelques têtes se tournèrent pour voir celle de l'arrivant. Accoudé au comptoir, il commanda un Wiskhy Pur Feu et régla en jetant brusquement la monnaie sur le petit socle en bois comme s'il lançait les dés avant la partie pour voir qui commence.

Assis à une petite table sur le côté avec les bancs et leurs dossiers pourvus de coussins rouges usés mais tout de même confortables, William prenait donc quatre places à lui tout seul et cela ne le gênait guère. Il bu une première gorgée en savourant à chaque instant ce petit picotement qu'il avait à la gorge lorsque le liquide alcoolisé commençait vraiment à brûler un peu. Il cracha presque la seconde. La table un peu arrosée et le col de sa chemise également humide mais les yeux braqués sur l'entrée des Trois Balais où se tenait Anastasia et apparemment... Un groupe d'amis? Sans savoir pourquoi il se leva et se dirigea vers elle par derrière. Il posa sa main droite sans douceur sur l'épaule gauche de sa...Fille et attrapa son bras avec sa deuxième main et la fit se retourner. Il la toisa du regard pour vérifier un instant qu'il s'agissait bien de sa...Fille et siffla à voix basse ;

« — Bonjour ma chérie. Depuis quand te balades-tu dans Pré au Lard un samedi après midi? Il me semble que je n'ai signé aucune autorisation de sortie depuis tes treize ans. Tu peux m'expliquer ça je suppose? »

Le « Ma chérie » n'était qu'ironie quoique les gens penseraient qu'il serait le père de la blonde. Ce n'était pas une question qu'il posait, loin de là, mais ça ressemblait plutôt à une accusation. Oui, stupide mais William s'embêtait et avait envie de voir ce que lui répondrait Anastasia. Il fixa ses deux yeux bleus droit dans ceux de sa...Fille et attendit, tenant toujours bras et épaule.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - -

there are other ways of destroying a man
« It was, he thought, the difference between being dragged into the arena to face a battle to the death and walking into the arena with your head held high. » hp7. dusty scarecrow.


Dernière édition par William A. Lockhart le Ven 23 Aoû 2013, 14:35, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anastasia H. E-Lockhart

∞ ADMIN EN CHEF ▬ 6EME ANNEE PREFETE

∞  ADMIN EN CHEF ▬  6EME ANNEE PREFETE
Anastasia H. E-Lockhart


▌Messages : 1004
▌Âge réel : 31/08/1995
▌Âge du perso : 24
▌Avatar : Jennifer Lawrence


Feuille de personnage
▌Pureté du sang: Sang pure officiellement
▌Gallions : 50

[sept.76]« one day you'll understand. » (anastasia) _
MessageSujet: Re: [sept.76]« one day you'll understand. » (anastasia)   [sept.76]« one day you'll understand. » (anastasia) Icon_minitimeLun 24 Juin 2013, 00:14


    La première sortie de Pré-Au-Lard était prévue pour le milieu du mois de Septembre. L'affiche, placardée sur le panneau de chaque salle commune, avait ravi les plus optimistes et surpris les plus pragmatiques. Anastasia faisait quant à elle partie de la seconde catégorie. Aucun message particulier n'était ne lui avait été communiqué de la direction pour justifier cette date et elle s'en étonnait car en principe, les premières sorties ne se déroulaient pas avant le mois d'Octobre, voire de Novembre. Cependant, elle n'allait pas s'en plaindre. L'année dernière, les sorties à Pré-au-lard avaient été marqués par de grosses giboulées de neige, ce qui gâchait relativement le plaisir de se balader dans le village. Il faut dire que la Serdaigle était particulièrement frileuse et avec ses amis, impossible de ne pas se prendre une boule de neige dans le visage, ou toute autre partie du corps visible. Voilà pourquoi elle approuvait d'une certaine manière cette idée de permettre aux élèves de profiter du village par des températures relativement correctes.  Discutant au matin avec l'autre préfet de Serdaigle, elle réussit à obtenir le droit de partir au village, pendant que ce dernier resterait là, pour surveiller les premières et deuxièmes années, et éventuellement les élèves turbulents.

    Chassant de son esprit son collègue infortuné, elle rejoignit le matin même ses amis, qui eux aussi étaient ravis de cette sortie précoce au village des sorciers. Sur le chemin, elle put d'ailleurs apprécié la beauté du paysage. C'était en effet une journée magnifique, et en Angleterre, c'était décidément bien rare. Anastasia se souvenait parfaitement des vacances en famille qu'ils avaient passé cet été et comparé au soleil de Grèce, l’Angleterre paraissait être le pôle nord.  Le terme de vacances en famille aurait été un peu ironique malgré tout, car on ne pouvait pas considérer les Lockhart comme une véritable famille. Le fils cadet était incontestablement le plus choyé de la fratrie, tant par son père que par sa mère, et Anastasia était restée une grande partie du temps à l'intérieur de la villa locale louée pour l'occasion, à réviser et travailler ses devoirs de vacances. Certes, elle avait profité du paysage et de l'endroit pour y effectuer quelques recherches complémentaires sur la magie locale mais rien de très intéressant, somme toute. Elle n'était pas fille à trainasser au soleil à parfaire son bronzage, comme le faisait sa mère, où à amuser la galerie par des pitreries comme son frère. Calme et studieuse, elle préférait tout simplement s'assoir sur la terrasse, à l'ombre, avec un verre de jus de citrouille à siroter, à lire et relire ses cours. Ses correspondances avec l'extérieur étant d'ailleurs relativement surveillées par ses parents, elle n'avait aucun véritable ami à qui écrire et se contentait de simples messages froids. Somme toute, elle était contente d'être rentrée à Poudlard, lieu qu'elle considérait d'avantage comme sa propre maison.

    L'après-midi de temps libre accordé aux élèves avait défilé plus vite que ce que la jeune blonde pensait. Marchant à une allure relativement faible, le groupe n'avait même pas fait le tour du village, s'arrêtant à chaque boutique pour contempler, admirer et même parfois acheter des friandises, des fournitures, des capes ou mêmes des farces et attrapes de chez Zonko. Bien sûr, ils connaissaient depuis longtemps chaque recoin du village, qui n'était pas très grand. Pourtant, loin de se lasser, ils semblaient à chaque sortie être plus joyeux, car c'était leur seules escapades loin du château, et leur seul contact avec d'autres sorciers extérieurs, excepté pendant les vacances de Noël et d'été. Anastasia restait d'ailleurs la plupart du temps au château l'hiver. Revoir sa famille, comme elle revendiquait s'appeller, deux mois pendant l'été lui suffisait amplement .Ils avaient finalement décidé de terminer leur journée par un tour aux Trois Balais, qui se vidait peu à peu, les élèves rentrant progressivement aux château. La ponctualité était certes importante chez la Serdaigle, mais elle faisait toujours partie des dernières à rentrer au château. Cependant, quelque chose vint gâcher sa journée. Alors qu'elle s'apprêtait à s'assoir au côté de ses amis, pour déguster une rafraichissante bièraubeurre, une main se posa de manière assez brusque sur son épaule et l'interlocuteur a força alors à se retourner. Quelle ne fut pas la désagréable surprise de voir le visage à la fois familier et haïs de son père la regarder avec une certaine sévérité. Pour changer pensa la jeune femme.

       « — Bonjour ma chérie. Depuis quand te balades-tu dans Pré au Lard un samedi après midi? Il me semble que je n'ai signé aucune autorisation de sortie depuis tes treize ans. Tu peux m'expliquer ça je suppose? »

    Prise sur le fait, la jeune femme ne sut que répondre. Il était tellement surprenant pour elle de voir en face d'elle l'homme qu'elle méprisait. Comment osait-il la suivre jusqu'à son fief, jusqu'au seul lieu où elle était libre de respirer sans lui. Réprimant une certaine bouffée d'agacement qui tentait de s'insinuer en elle, elle afficha son masque fétiche : l'indifférence. Choisissant de ne pas répondre à la question - de peur que sa mère, qui avait bravé l'interdiction de William Lockhart ne soit incriminée - elle répliqua d'un ton calme et posé :

    « La même chose que vous, je suppose, père. L'envie de profiter de l'air frais, du paysage, après une dure semaine de travail. Je pourrais vous retourner la question, simplement je crois avoir une légère idée de votre présence ici. » conclua-t-elle en regardant les taches de Whisky qui avait taché la cape et la chemise de l'homme.

    Avec un dédain évident, qui surprirent d'ailleurs ses amis qui n'avaient point l'habitude de la voir ainsi, elle se dégagea doucement mais surement de l'étreinte de son paternel. Elle n'y avait pas été de main morte. Mais que pouvait-il lui arriver après tout ? Il n'oserait pas l'humilier en public n'est ce pas ? Colérique et impétueux, William Lockhart n'en avait pas moins des manières. Elle ne doutait pas cependant que cette insolence serait sanctionnée, plus tard, lorsqu'ils ne seraient qu'entre famille.

Revenir en haut Aller en bas
William A. Lockhart

۞ JUGE AU MAGENMAGOT

۞ JUGE AU MAGENMAGOT
William A. Lockhart


▌Messages : 78
▌Avatar : jude law.
▌Année à Poudlard : terminées.
▌Métier exercé : juge au magenmagot.


Feuille de personnage
▌Pureté du sang: pur (j'ai pas capté grand chose avec les niveaux de sang)
▌Gallions : 0

[sept.76]« one day you'll understand. » (anastasia) _
MessageSujet: Re: [sept.76]« one day you'll understand. » (anastasia)   [sept.76]« one day you'll understand. » (anastasia) Icon_minitimeVen 28 Juin 2013, 18:26



© Yamashita sur Epicode

© HAPPYSNAIL.

« ONE DAY YOU'LL UNDERSTAND. »


Monsieur Lockhart dévisagea sa belle fille avec, plaquée sur son visage, une expression de surprise très mal dissimulée. Il était assez perturbé par le fait que la jeune fille lui réponde ainsi et sans aucune difficulté en public en sous entendant également qu'il ne venait aux Trois Balais uniquement pour se saouler après le travail. Du moins, Will l'avait prit comme ça. Et le prenait très mal. Elle restait polie tout en répondant effrontément, il ne pourrait pas blâmer un manque de respect mais insisterait. Cela le mettait hors de lui. Elle essayait de le tourner en ridicule devant du monde et ça, son beau père le voyait bien ce qui avait don de l'exaspérer encore plus. Mais il refuserait de satisfaire le but de la réplique, étant de l'énerver. Comment avait - elle put s'y prendre pour avoir ce parchemin d'approuvé? William avait formellement interdit à Katerina de le faire et il ne douterait pas de la parole de sa femme. Non, par un procédé forcément  magique et facile avec des amis, le papier devait être  rapidement trafiqué. Quand Gilderoy s'était empressé de  présenter à ses parents le fameux coupon d'autorisation, il l'avait rempli sans attendre. Pour Anastasia, il répugnait terriblement à la simple idée de donner son accord pour la faire sortir les week end à Pré - Au - Lard, se balader en compagnie des amis pour faire du lèche vitrine et acheter des choses absurdes et coûteuse. On pouvait donc résumer le sentiment qui traversait William Lockhart à l'instant même par un seul petit mot; Frustration. Ah non, il est quand même long.

Anastasia se dégagea de son étreinte qu'il avait relâché durant son moment d'hébétement. Elle regardait son « père » dans les yeux et William trouva cette attitude très désagréable. Il tira sa baguette magique d'une poche intérieure de sa robe de sorcier et tapota sur son col humide puis sur la robe. Instantanément, les quelques taches disparurent sans laisser la moindre trace visible à l'oeil nu, quoique l'odeur étant encore légèrement présente. Il remit la baguette à sa place sans quitter du regard sa belle fille.

Will n'avait pas réellement l'intention de parler à voix haute cette fois ci. Pas du tout même. Parfois, il lui arrivait simplement de parler très fort, notamment lorsqu'il était tout seul, à son bureau de juge avec ses liasses de parchemins noirs d'encre. Il faut dire que ce métier était épuisant, il ne fallait pas se fier aux apparences, il n'était pas juste assit sur un siège confortable à dire coupable ou non coupable à tout bout de champ selon son humeur du jour. Certes, il s'installait souvent sur son siège attitré de cuir mais passait bien le double du temps retranché dans son bureau pour répondre aux lettres, classer les cas avec les peines associées, traiter les trop nombreux dossiers... Juger des affaires, réfléchir, penser... Tout cela usait son esprit et sa réflexion, avec cette sensation permanente et effrayante du doute : l'accusé était-il coupable des plaintes ou innocent ? Méritait-il un bon et long séjour dans le pénitencier d'Azkaban ou simple amende de quelques gallions? Cependant, l'homme savait pertinemment qu'il était n'avait en aucun cas droit à la plus petite des erreurs et malgré ses doutes profonds fréquents, il refoulait tout au fond de lui même. Sauf qu'à trop vouloir refouler, on finit par commettre des actes et des paroles irréparables. Une fois de trop. Essayons de mettre la faute sur le verre de whisky.

« Mon enfant biologique n'aurait jamais réagit aussi effrontément à son père, on voit bien qu'elle ne possède aucune goutte de sang pur dans ses veines celle là pour être aussi rebelle... Aucune personne issue des Lockhart aurait pu se comporter ainsi... Cette bâtarde au sang souillé qui n'a rien à voir avec moi, la fille d'un affreux Moldu se permet de me répondre! »

Tout en murmurant pour presque lui même, il en oublia le fait qu'il s'était rapproché à moins d'un mètre de sa belle fille. Il avait baissé les yeux et avait un petit tic au coin de la bouche. Il releva la tête avec les sourcils froncés et un sourire plus que jamais absent. Il se raidit et sentit quelque chose de bizarre lui pincer le coeur. Ce n'était pas cette haine habituelle de voir Anastasia, pas le dégoût mais l'étonnement. Il venait de chuchoter pour presque lui seul et l'unique témoin, l'unique personne dotée d'une paire d'oreilles fonctionnant parfaitement, l'unique personne qui ne devait pas entendre ces mots sortant de sa bouche était là, à cinquante centimètres de lui. Il resta interdit tout en la contemplant. Même s'il n'était en rien son père, on ne pouvait nier leur ressemblances. Le mensonge si précieusement gardé et bâti durant tant d'années venait d'être brisé par celui qui répugnait le plus à vivre. C'était donc sa faute mais peut être aussi celle du verre d'alcool peut être la fatigue de la journée... Il fallait bien que ça sorte un jour de toute façon pensa William pour se « consoler » de sa belle gaffe. Mais cela devait arriver aujourd'hui, en plein bar.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - -

there are other ways of destroying a man
« It was, he thought, the difference between being dragged into the arena to face a battle to the death and walking into the arena with your head held high. » hp7. dusty scarecrow.
Revenir en haut Aller en bas
Anastasia H. E-Lockhart

∞ ADMIN EN CHEF ▬ 6EME ANNEE PREFETE

∞  ADMIN EN CHEF ▬  6EME ANNEE PREFETE
Anastasia H. E-Lockhart


▌Messages : 1004
▌Âge réel : 31/08/1995
▌Âge du perso : 24
▌Avatar : Jennifer Lawrence


Feuille de personnage
▌Pureté du sang: Sang pure officiellement
▌Gallions : 50

[sept.76]« one day you'll understand. » (anastasia) _
MessageSujet: Re: [sept.76]« one day you'll understand. » (anastasia)   [sept.76]« one day you'll understand. » (anastasia) Icon_minitimeVen 28 Juin 2013, 21:18

    La tentation était grande pour Anastasia de tourner les talons et de partir comme une voleuse. Après tout,elle n'était pas l'objet de son père, elle n'avait pas à lui obéir au doigt et à l'oeil, d'autant plus qu'il se passerait peu de temps avant qu'elle ne devienne officiellement majeure. Elle attendait cet événement avec impatience car elle ne pouvait plus supporter la pression familiale et l'oppression dont elle était victime. Anastasia avait trop souvent courbé l'échine face à l'humiliation publique et la mesquinerie de sa famille. Petite, elle pensait avoir fait quelque chose de mal. Peut être n'avait-elle pas été désirée ou était le fruit d'un amour défendu. Souvent, elle avait rêvé que son vrai père, beau, sensuel, se manifeste et l'arrache de sa famille, si dure, si contraignante qui lui imposait tant de règles. Bien sûr que les règles étaient importantes en société, Anastasia ne pouvait nier leur utilité, mais de là à ce que ces fameuses règles l'asphixient et la fasse imploser, elle n'en pouvait plus. Mais ce n'était qu'un rêve d'enfant, trop injustement punie. Jusqu'à présent, elle n'avait osé adressé aucune critique à ses parents sur la manière dont il l'avait éduqué car elle pressentait que ce n'était pas le meilleur moyen de les amadouer. Cependant, leurs relations s'étaient encore tendues lorsqu'ils l'avait informé, ou plutôt lui avait imposé, un fiancé, au nom de la reproduction des sang purs. Cette nouvelle avait grandement choqué la jeune femme. Elle connaissait Barty, qui était lui aussi à Serdaigle, dans l'année inférieure et elle ne s'imaginait pas du tout être avec lui. Au contraire des nombreuses femmes de sang pures, Anastasia s'imaginait plus libre qu'elles. Elle n'avait pas envie de rester enfermée à la maison, à ne rien faire en regardant les elfes de maison travailler et tout faire à leur place. Cela les confortait dans leurs cocons dorés, qui était en fait plus une prison qu'un paradis. Elle se demandait sans cesse comment ces femmes pouvaient ne pas s'ennuyer. A titre personnel, elle avait envie de vivre, de sauter de joie, de courir, de chanter, bref, de s'exprimer, sans crainte du sang d'une personne en face d'elle qui la jugerait. Bien sûr, elle savait se tenir en société, il n'empêchait qu'elle demeurait presque une pile elektrik, comme disait ces chers moldus pour qui elle avait de l'empathie. Cela ne devait pas être facile pour d'eux d'être dépendant de tant de choses, alors qu'eux, sorciers, n'avaient qu'à lever un simple baton pour faire apparaître des choses qu'ils ne pourraient obtenir que dans leurs rêves. Anastasia s'estimait donc chanceuse d'être sorcière, mais elle avait également le coeur plein de ressenti et de tristesse envers ses parents, qui l'avaient selon elle, privés d'une enfance joyeuse et tendre.

    C'est pourquoi, perdue légèrement dans ses pensées et dans les phrases crues mais pleines d'ironies, qu'Anastasia comprit et enregistra à moitié les paroles de William Lockhart venait de prononcer devant elle. D'abord incrédule, elle reprit néanmoins ses esprits. Il ne semblait pas avoir ouvert la bouche, pourtant elle était sûre d'avoir entendu avouer qu'il n'était pas son père. Ne rêve pas, chérie, ce n'est qu'une illusion que tu souhaites, comme tu crains au plus profond de toi répondit à l'intérieur d'elle même une petite voix, qui se manifestait lorsque la jeune blonde partait dans des délires loufoques. Décidant de prendre son courage à deux mains, et même avec toutes les parties du corps ni nécessaire, elle montra de manière courtoise mais froide la table sur lequel son père était au préalable assis.

    « Je crains, très cher père, que cette conversation, qui est amenée à se poursuivre, ne puisse se faire devant autant de témoins. Que diriez vous de vous assoir avec moi, et de parler poliment, comme le sang pur qui coule dans nos veines nous le suggère »

    A travers cette forme de politesse, on pouvait percevoir la claire ironie qui s'y glissait mais également la sensation de vouloir en savoir plus. Il y a Salamandre sous roche, comme aurait dit sa cousine Zoella. Adressant un coup d’œil rassurant à ses amis, elle leur signifia d'un regard qu'elle ne serait plus avec eux pour le reste de la journée. Un moment difficile s’annonçait mais la vie ne pouvait décemment être magnifique en tout point.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - -
On cherche l’amour, on croit le trouver. Puis on retombe. De haut. Mieux vaut tomber que ne jamais s’élever ?
~ Wild heart.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
William A. Lockhart

۞ JUGE AU MAGENMAGOT

۞ JUGE AU MAGENMAGOT
William A. Lockhart


▌Messages : 78
▌Avatar : jude law.
▌Année à Poudlard : terminées.
▌Métier exercé : juge au magenmagot.


Feuille de personnage
▌Pureté du sang: pur (j'ai pas capté grand chose avec les niveaux de sang)
▌Gallions : 0

[sept.76]« one day you'll understand. » (anastasia) _
MessageSujet: Re: [sept.76]« one day you'll understand. » (anastasia)   [sept.76]« one day you'll understand. » (anastasia) Icon_minitimeVen 28 Juin 2013, 23:02



© Yamashita sur Epicode

© HAPPYSNAIL.

« ONE DAY YOU'LL UNDERSTAND. »


Anastasia semblait parfaitement étourdie. Peut être n'avait - elle pas bien entendu le gros des paroles de Will et ne se doutait de rien? Il l'espérait. Pas qu'il veuille préserver cette fausse relation père-fille qu'il entretenait avec la blonde 
ni la couver ou se comporter comme un père mais le rôle qu'on lui avait attribué sans son avis personnel, il s'y était entièrement fait. Les soirs où il revenait du ministère complètement débordé et qu'il lui fallait déverser son agacement, sa fatigue et crier un bon coup voir user des mains, il avait déjà sa « victime » à la maison. Jamais il ne cria sur Gilderoy, même quand il savait celui en faute car le simple plaisir de bien marquer la différence entre Anastasia et son enfant biologique le délectait. Si elle comprenait qu'elle n'avait rien à voir avec lui, qu'il n'était pas son père mais juste le beau père, elle le dirait peut être à quelqu'un. Si elle avait entendu le mot « Moldu » de sa bouche à lui, en bonne Serdaigle, elle ferait certainement le rapprochement et en très peu de temps. Ayant prétendu le sang de sa « fille » tout aussi pur que le sien auprès du ministère, le sorcier en charge des papiers avec écrit sur son parchemin officiel « STATUT DU SANG : PUR. » Si l'information circulait, cela ne tarderait pas à aboutir dans les oreilles baladeuses des reporters de la Gazette du Sorcier, ces chasseurs de scoop intrépides et prêts à tout pour rédiger le meilleur article du journal. Will voyait déjà un gros titre en tête de page ; « LE JUGE QUI MENTAIT. » nombre de lecteurs dévoreraient le texte, lanceraient des rumeurs sur lui et tout ce qu'il avait accumulé en estime, en relations partiraient en un petit nuage de fumée. Tout ce qu'il aurait construit s'effondrerait en quelques jours, la réputation auprès des autres familles de sang pur serait au plus bas et la dignité le faisant tenir droit sera réduite à un petit zéro, petit et pourtant affreusement présent. Non non, Will s'inventait sans doute un désastre. Même pour se venger, Anastasia n'oserait jamais faire une telle chose, dotée d'une tête en bon état pour penser correctement elle comprendrait bien qu'il faut garder ce secret honteux, du moins du point de vue de son beau père, comme son nom l'indique, secret. 

Mais l'erreur avait été commise. Will travaillant au Ministère de la magie et plus particulièrement dans le service de la justice magique dont il était même l'un des juges savait donc mieux que quiconque qu'une faute commise reviendra toujours à la surface, une information dévoilée est une information en danger. D'une voix que Will trouva trop polie, trop claire et où on ne perçait qu'un soupçon curiosité, à croire qu'elle avait entendu un tiers (de trop) du monologue de William. Elle proposa de s'asseoir à la table qu'il venait de quitter. Pour ne pas être à l'écoute d'oreilles indiscrètes. Elle supposa également et même très que son sang à elle était aussi pur que celui de Will. Entendant cela, il crut commencer à saigner des oreilles et à cracher encore un peu de whisky. Sauf qu'il n'avait plus rien dans la bouche et les oreilles malheureusement intactes. Il ne supportait pas le fait que Anastasia « domine » le dialogue en se montrant polie et moqueuse. Jamais il n'aurait dit « Oui, allons nous asseoir ensemble tu as raison. » ça serait se plier aux règles de l'autre! Or, il détestait l'impression de se soumettra aux lois d'une personne... D'une au sang mêlé et de deux une personne même pas encore majeure, encore une étudiante au collège Poudlard. surtout lorsqu'il s'agit de sa belle fille et que les deux éléments sont combinés. Il resta immobile pendant une minute. Il bougea ensuite non pas en direction de la table mais du comptoir. D'une démarche raide, il demanda au barman de lui donner une Bièreaubeurre, une fois servit, il balança distraitement quelques pièces d'argent dans la main ridée du vendeur. Il se tourna vers Anastasia sans l'ombre d'un sourire pour éclairer son visage. Même s'il était rasé, bien coiffé et habillé bien comme son statut de sang le demande, Monsieur Lockhart avait l'air un peu fatigué. Ses yeux bleus donnaient l'impression d'être un étang. Au début de la journée il est illuminé par le soleil donc bleu, transparent et clair, plus tard, il y a de la vase, comme un petit fin voile de fatigue qui se couche sur l'eau endormie. Néanmoins, il restait droit en s'adressant à Anastasia d'un ton légèrement bourru.

« Prends ça et bois le. Viens t'asseoir... Disons là bas. »

Termina t - il en montra d'un signe de la main la table où son verre de whisky encore à moitié vide. Dire le mot « vide » revient à supposer que le verre a été bu ce que Will n'aimait pas comme expression. Donc ce verre d'alcool était à moitié plein. Il s'assit sur le banc droit et prit le verre dans sa main, le pied entre le majeur et l'annulaire. Il regarda Anastasia se poser en face de lui. Il la toisa d'un regard froid avec cette tête du « je ne plaisante pas avec toi. » et le coin de sa bouche était encore tordu par un petit rictus. Il but une bonne gorgée et son palais s'enflamma brusquement cette fois ci. Il ferma les yeux pour apprécier entièrement la petite brûlure causée par la boisson qu'il trouvait plus que agréable. Un petit sourire se montra sur son visage. La sensation de chaleur passée, il rouvrit les yeux et revint à Anastasia. Au triste présent. « Si elle a entendu un bout de ce que j'ai dit, autant jouer carte sur table pour une fois et tout lui raconter de A. à Z. » Mais avant de tout débiter d'une voix monotone, Will voulait juste voir si Anastasia avait vraiment capté un truc ou bluffait juste pour en apprendre plus qu'elle ne devrait. Il se pencha vers elle et murmura en la regardant.

« Je n'ai rien à gagner en m'attardant sur quelqu'un aux origines et au sang souillés. Je ne fais que perdre mon temps précieux alors que rien ne me rattache à toi, une fille de M...... N'est - ce pas vrai? »


- - - - - - - - - - - - - - - - - - -

there are other ways of destroying a man
« It was, he thought, the difference between being dragged into the arena to face a battle to the death and walking into the arena with your head held high. » hp7. dusty scarecrow.
Revenir en haut Aller en bas
Anastasia H. E-Lockhart

∞ ADMIN EN CHEF ▬ 6EME ANNEE PREFETE

∞  ADMIN EN CHEF ▬  6EME ANNEE PREFETE
Anastasia H. E-Lockhart


▌Messages : 1004
▌Âge réel : 31/08/1995
▌Âge du perso : 24
▌Avatar : Jennifer Lawrence


Feuille de personnage
▌Pureté du sang: Sang pure officiellement
▌Gallions : 50

[sept.76]« one day you'll understand. » (anastasia) _
MessageSujet: Re: [sept.76]« one day you'll understand. » (anastasia)   [sept.76]« one day you'll understand. » (anastasia) Icon_minitimeVen 05 Juil 2013, 15:04


    Certains moments dans votre vie marque votre existence à jamais. La première fois que vous riez, lorsque vous n'avez que trois mois. La première fois que vous êtes suffisamment autonome pour marcher tout seul, sous le regard brillant d'admiration de vos parents. La première fois que vous leur parler, que les mots tant espérés franchissent vos lèvres et forment des syllabes qui ont elle-même un sens lorsqu'elles sont assemblées lorsque les gazouillis de bébés deviennent des papotements de bambins, compréhensibles désormais. La première fois que vous découvrez la magie, les yeux brillants, la bouche légèrement ouverte par l'émotion et la fierté qui se lit autour de vous, les applaudissements et les fêtes qui s'ensuivent. La lettre pour Poudlard et la soif de connaissance qui commence à s'insinuer en vous lorsque vous comprenez que vous allez étudier dans la meilleure école de Grande-Bretagne. Le premier trajet dans le Poudlard Express, votre répartition, les années qui passent, une par une... La découverte de soi-même passe par tous ces moments anodins, dont parfois vous ne vous rappelez même plus tellement ils semblent pour vous insignifiants et dénués de sens. Cependant, ils forment ce que vous êtes au plus profond de vous même, en réalité, ce sont eux, uniquement eux, et cet enchainement qui forment le sorcier et l'être que vous allez devenir. Alors, quand tout est basé sur une omission, un mensonge, une cachotterie, quelle réaction devriez-vous avoir ? Préfereriez-vous le choc, le fait de ne plus savoir comment réagir ? Ou opterez-vous pour la colère, renverser tout par terre, utiliser la magie pour vous venger de vous avoir menti, caché la vérité ? Seriez-vous frustré au point de devenir ironique, de feindre l'indifférence, prétendre ne pas être affecté par cette révélation ?

    Le cerveau d'Anastasia tournait à toute vitesse. Elle qui avait l'habitude d'utiliser sa matière grise pour se sortir des situations dans laquelles elle était embarquée – et merlin seul savait comment parfois elle avait eu du mal à faire face aux difficultés – il semblait qu'elle n'arrivait tout simplement pas à réagir face à cette situation. Jusqu'à présent, elle avait agit de manière mécanique, tenté de refouler les émotions qui venaient à elle. Mais elle était humaine, après tout, et qu'importe ce que vous faites, vos émotions vous rattraperont tôt ou tard. Cependant, elle n'arrivait pas à déterminer ce qu'elle ressentait. De la surprise et un choc immense, en premier lieu. Si elle avait toujours espéré secrètement qu'elle n'était pas la fille de cet homme, elle n'arrivait pas à croire ce que c'était. Après tout ce qu'il lui avait infligé. Elle avait surtout pensé qu'il faisait ça pour son bien, ou plutôt parce que c'était ainsi qu'étaient élevées les femmes dans les familles sang-pur. Pourtant, une part de soulagement s'insinuait en elle. Elle n'aurait plus à subir sa tyrannie, elle n'aurait plus à feindre la soumission, surtout par rapport à son petit frère. Néanmoins, quelques questions restaient à éclairer. Si cette situation était telle qu'il l'expliquait, comment se faisait-il qu'elle porte son nom à lui ? Comment avait-il pu l'adopter, conscient des risques qu'ils encouraient pour le maintien de sa famille ? Si le scandale éclatait, il perdrait tout, elle également, et la honte serait sur leur famille. Ils perdraient tout et elle serait débarrassée de ce mariage arrangé. Une lueur mauvaise s'alluma dans le regard de la jeune femme. Elle n'était pas du genre à comploter, à moins que ses camarades Serpentard n'aient déteint sur elle. Elle cherchait simplement à obtenir un avantage.

    « Il y a une chose que je ne comprend pas... » dit-elle en penchant la tête en avant, pour être sûre de ne pas être entendu d'autres convives. « Bien que l'idée que nous n'ayons aucun gêne en commun me réjouit tout autant que vu, étant donné la répulsion l'un envers l'autre qui semble nous lier, comment se fait-il que vous soyez légalement mon père ? » souffla-t-elle, marquant une petite pause théâtrale, histoire de donner du crédit à son questionnement. « Vous, l'un des juges les plus en vue du Magenmagot, sang pur convaincu et d'influence certaine .. Vous auriez menti ? » termina-t-elle, alors que sa voix déraillait légèrement dans les aiguës, trahissant une délectation manifeste.  


- - - - - - - - - - - - - - - - - - -
On cherche l’amour, on croit le trouver. Puis on retombe. De haut. Mieux vaut tomber que ne jamais s’élever ?
~ Wild heart.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
William A. Lockhart

۞ JUGE AU MAGENMAGOT

۞ JUGE AU MAGENMAGOT
William A. Lockhart


▌Messages : 78
▌Avatar : jude law.
▌Année à Poudlard : terminées.
▌Métier exercé : juge au magenmagot.


Feuille de personnage
▌Pureté du sang: pur (j'ai pas capté grand chose avec les niveaux de sang)
▌Gallions : 0

[sept.76]« one day you'll understand. » (anastasia) _
MessageSujet: Re: [sept.76]« one day you'll understand. » (anastasia)   [sept.76]« one day you'll understand. » (anastasia) Icon_minitimeVen 05 Juil 2013, 23:15



© Yamashita sur Epicode

© HAPPYSNAIL.

« Half - blood ! »


Lui qui pouvait être des plus narcissique, arrogant et vantard se détestait profondément après ses quelques mots. en ce si bref moment. En plus d'être énervé contre lui même, Will était frustré de ne pas savoir la cause de ce sentiment qui n'avait, selon lui aucune place dans son esprit en ce fugace instant. Il ne comprenait pas et l'ignorance le rendait fou, façon de parler. Ça le torturait au fond de lui même et le surprenait, une affreuse surprise jugera - t il. Pensez vous, un homme qui a atteint la quarantaine, fixé sur ses principes, ses jugements, ses opinions, ses traditions, son sens de l'honneur, venait de trouver une nouvelle facette de sa personnalité ambiguë -tout le monde l'est au fond sans le savoir ou s'en apercevoir. Il avait dit « oui » à une inconnue sortie du néant uniquemenr pour se marier avec une sorcière au sang pur, faire bonne figure avec une famille et satisfaire la sienne. Il ne connaissait rien d'elle et encore moins de sa fille qui ne savait même pas marcher à quatre pattes. Il connaissait l'histoire de ce petit bout et au lieu de s'en apitoyer, se braqua et refusa de l'élever comme la chair de sa chair, comme sa propre fille. Will avait accepté de donner son nom à la gamine, à signer des papiers officiels pour lui assurer un statut sanguin impeccable, feindre ce lien devant son entourage, il avait  même parfois un malin plaisir à endosser ce rôle, sachant bien que le géniteur de la blonde n'était qu'un sale Moldu décédé. Autant s'amuser et faire comprendre à la fille qu'elle ne serait jamais traitée comme devrait l'être une fille à son père. Comprenez, la hargne de garder tout ça rien qu'entre lui même et Katerina l'écoeurait plus que tout, il se défoulait sur la principale intéressée en trouvant toujours critique à remarquer voire même en employant les mains, une claque de temps en temps quand l'énervement était à son summum. Savoir que en rentrant, la petite serait là dans son salon avec Gilderoy, qu'il pourrait la blâmer pour n'importe quoi, l'enfoncer et la punir pour avantager son fils biologique, cela le... Calmait? D'un côté, si elle n'existait pas, Will ne lui pourrirait pas la vie. Elle le forçait à mentir à son patron même. « Comment va votre famille? Vous devez être fier de votre aînée n'est ce pas? Elle doit être brillante à Serdaigle dîtes moi... William? » que répond on à cela? Qu'est ce que la personne d'en face attend de vous? Ceci? « Non ce n'est pas ma fille je n'ai rien à voir avec elle je vous mens depuis le début monsieur le ministre. Ma femme et mon fils vont bien eux oui. » Absolument pas. « Oh oui, fierté de la famille toute entière! » 

Il avait gaffé, craqué, lâché ce secret comme ça. Si précieusement gardé, enfouit dans le passé, il surgissait désormais dans ce présent bien réel. Elle a quoi? Seize ou dix sept ans maintenant? Revoyant en un éclair cette enfant que Gilderoy montrait du doigt avec l'air accusateur et pleurnichard et que lui sanctionnait sans attendre la plus petite explication probable, sans essayer d'être juste avec sa propre progéniture, lui, oui, le juge du Magenmagot. Il avait tenu sa promesse dix sept ans durant et il n'était pas fichu de se taire et penser dans sa tête. Que dirait sa femme ensuite? Anastasia l'en informerait bien vite, à Noël si elle faisait le déplacement. Même avec un mariage en tout arrangé, les deux adultes s'étaient accomodés à la présence de l'autre, partageaient et finissaient par devenir un véritable couple non pas « uni » mais l'un savait que l'autre pourrait compter sur lui et inversement, de la complicité, de l'amour aussi, c'était à elle qu'il avait dit oui pour tout ce mensonge. Il s'était embarqué dans cette fausse histoire farfelue pour elle sous prétexte d'offrir une belle existence, une protection avec son nom et ce statut de sang pur. Dans le monde magique qui bouge et s'adapte à tout, catastrophe comme événement heureux, avoir le sang qui circule dans les veines considéré comme plus que pur est forcément un bon atout et facilite les choses quelques fois. Tout ce dont il profitait, son respect, son silence parfois, son autorité en tant que père... Il perdait ça, elle n'obéirait plus parce qu'il lui aura demandé, parce qu'elle serait au courant, parce que se serait fini ce petit jeu dont il était l'acteur, parce qu'elle saurait qui il n'a jamais été. Au fond ça l'attristait puisqu'il ne pourrait plus se comporter ainsi, elle lui rétorquerait à la figure. Il reporta le verre à ses lèvres.
Incompréhension présente dans la voix mêlée à quelque chose d'horripilant. Sans oublier les petites pauses pour faire durer le moment aussi.

« Il y a une chose que je ne comprend pas...  Bien que l'idée que nous n'ayons aucun gêne en commun me réjouit tout autant que vous, étant donné la répulsion l'un envers l'autre qui semble nous lier, comment se fait-il que vous soyez légalement mon père ? Vous, l'un des juges les plus en vue du Magenmagot, sang pur convaincu et d'influence certaine .. Vous auriez menti ? »

Légalement, il l'est oui. Hélas... « vous le juge au sang pur si influent, un sale petit menteur? » OUI ET? Qu'est ce qu'il y avait de compliqué à piger dans ces douze mots? Elle ne faisait que remuer cette dague coincée dans sa côte, elle s'y plaisait, en profitait, s'en délectait tendrement. Il eut un faux sourire et bu une longue gorgée de whisky. Deux trois gouttes de la boisson se déposèrent sur son menton tandis qu'il sifflait avec ironie.

« Parce que « Sang Mêlé, fille de Moldu mort » ça sonne mieux à tes oreilles? Je salis mon nom en te l'accordant oui! Je perds mon temps et mon argent avec toi. Si je n'avais pas cédé à ça... J'ai vécu dix sept de ma vie en me trimbalant ce stupide mensonge partout pour une fille de Moldu! Si je ne suis pas ton père, ton identité est fausse. Mais bon, on y a bien cru à l' « Anastasia Lockhart » non? C'est vrai qu'on allait pas te coller le nom de ton Moldu de père, ça sonnait mal. Il s'est pendu en apprenant qu'il avait une fille, c'est compréhensible de sa part au final. »

Will savait que ce père avait été assassiné mais préféra dire qu'il se serait suicidé à cause d'elle. Il frappa la table du poing, la canette de Bièraubeurre même pas ouverte se mit à trembler dangereusement et le whisky se renversa, du moins le peu qu'il restait. Il s'arrêta une dizaine de secondes et pointa la Bièreaubeurre pas encore entamée d'un geste désinvolte.

« Tu vas le boire au moins?! »

Will qui s'était mis en pull pour être à l'aise commença à boutonner sa cape de voyage. Il ne regardait plus sa belle fille dans les yeux, il ne fuyait pas son regard mais ne croisait plus.




- - - - - - - - - - - - - - - - - - -

there are other ways of destroying a man
« It was, he thought, the difference between being dragged into the arena to face a battle to the death and walking into the arena with your head held high. » hp7. dusty scarecrow.
Revenir en haut Aller en bas
Anastasia H. E-Lockhart

∞ ADMIN EN CHEF ▬ 6EME ANNEE PREFETE

∞  ADMIN EN CHEF ▬  6EME ANNEE PREFETE
Anastasia H. E-Lockhart


▌Messages : 1004
▌Âge réel : 31/08/1995
▌Âge du perso : 24
▌Avatar : Jennifer Lawrence


Feuille de personnage
▌Pureté du sang: Sang pure officiellement
▌Gallions : 50

[sept.76]« one day you'll understand. » (anastasia) _
MessageSujet: Re: [sept.76]« one day you'll understand. » (anastasia)   [sept.76]« one day you'll understand. » (anastasia) Icon_minitimeJeu 11 Juil 2013, 20:58

    Aussi loin qu'elle s'en souvienne, Anastasia avait toujours respecté le mot d'ordre qui était roi dans la famille Lockhart (famille à laquelle elle n'appartenait désormais plus) : l'unité. C'est sur ce principe là, et uniquement celui là, que s'étaient construit le peu de relation qu'il pouvait y avoir entre elles et ceux qu'elle cotoyaient depuis sa naissance. Ainsi, pour autruis, la famille Lockhart avait tout de la petite famille bourgeoise parfaite. Père influent, femme dévouée et enfants bien élevés. C'était sans doute cela qui rendait tant fière Katerina, la mère d'Anastasia. Ils auraient pu être les pires ennemis et s'entredéchirer dans les murs de leur grande maison, qu'importe : ils faisaient toujours bonne figure en société. Certes, lorsque les enfants étaient petits, on constatait de manière évidente leur impossibilité à s'entendre mais cela passait pour de la jalousie entre frère et soeur, uniquement. Oui, décidemment, la famille était talentueuse quand il s'agissait de jouer de jouer à la famille modèle. Anastasia, qui s'était toujours estimé être la meilleure dans ce rôle, de part les sentiments haineux qu'elle éprouvait envers les autres membres de sa famille, se trouvait surprise de constater à quelle point elle avait pu se tromper. Bien qu'elle ne l'aime pas, elle avait appris à composer avec William au fur et à mesure des années et il demeurait toujours le seul repère paternel qu'elle avait. Constater qu'il avait menti, non seulement à elle, mais à son propre fils et à toute la communauté magique lui inspirait un sentiment étrange. Certes, une partie de son âme lui criait de se servir de cette révélation comme d'un chantage ou d'un moyen de manipulation. De la déception également, car son pseudo père n'avait jamais tenu réellement le rôle qui lui était incombé, jouant le père tyrannique à défaut du rôle strict mais rassurant qu'il aurait du tenir. D'un autre côté, ses préjugés étaient si ancrés en lui qu'il paraissait déjà surprenant qu'il ai accepté. Pourquoi ? Pas par amour pour sa femme, en tout cas. Elle savait très bien que les sentiments entre eux étaient cordiaux mais pas amoureux. Car Anastasia était déjà tombée amoureuse. Ou plutôt elle était amoureuse en ce moment même. Et elle voyait bien la différence. Rien ne dupait la fine observatrice qu'elle était.

    Les explications que lui donnaient son beau père – car c'était désormais ce qu'il était – ne la satisfaisait pas et en même temps l'aidait à comprendre tellement de choses. Comme si une fenêtre s'ouvrait dans son esprit, et permettait d'éclairer de nombreux moments incompris et étranges qu'elle avait vécu. Le dicton disait que la vérité n'était toujours pas bonne à dire mais en cet instant, Anastasia était plutôt soulagée de la savoir, cette vérité.

    « Je vous trouve brave. » Déclara-t-elle simplement, alors que William attendait sans doute une réponse à sa question concernant la bierraubeure. « Je vous trouve brave d'avoir accepté de me prendre en charge. Et même si je pourrais vous blâmer du manque d'amour, du manque de père dont j'ai souffert, je ne le ferai pas. Vous m'avez donné un toît, à manger, et vous m'avez donné un nom. Un prestige. Vous aviez tout à perdre et aujourd'hui, c'est moi qui ai tout à gagner. Être une Lockhart , de nos jours, c'est bien vu. C'est recommandable. Je respecte votre décision de ne pas m'aimer, à défaut de la comprendre. Mais mon sentiment pour vous est d'avantage celui du respect que de l'indignation. »

    Pour la première fois, Anastasia avait ouvert son coeur à l'homme en face d'elle. Déverser ses mots lui faisaient du bien, elle qui avait l'habitude de garder tout en elle. Peut être ne le comprendrait-il pas, peut être se moquerait-il d'elle mais qu'importe, il était important qu'il sache, tout comme elle savait à présent. Tout en scrutant avec curiosité la réaction future de son beau père, elle prit la choppe de Bierraubeure, et commenca à la sirotter. Le liquide calma la sensation étrange qui agitait son corps. Il ne fallait pas que l'émotion la fasse pleurer. En public, jamais. En public, on se devait de relever le menton et d'être fort.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - -
On cherche l’amour, on croit le trouver. Puis on retombe. De haut. Mieux vaut tomber que ne jamais s’élever ?
~ Wild heart.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé






[sept.76]« one day you'll understand. » (anastasia) _
MessageSujet: Re: [sept.76]« one day you'll understand. » (anastasia)   [sept.76]« one day you'll understand. » (anastasia) Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

[sept.76]« one day you'll understand. » (anastasia)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La danse des sept voiles...
» Live Fast, Die Young and Make a Beautiful Corpse - Anastasia Vanderbilt ❀
» Natasha Anastasia Faust / Kickstart My Heart!
» Créatures rares et nommés - Angmar
» Mellindra Road, à votre service !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« L E V I C O R P U S ! » :: Le reste du monde magique :: ☬ Pré au lard ☬ :: Les Trois Balais-