AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
« L E V I C O R P U S ! »
Bonjour à toi Invité! La communauté Levicorpus t’accueille dorénavant dans son havre de paix qu'est Poudlard. Pour cela, il ne te suffit que d'une seule chose : clique sur le bouton inscription. Te laisseras-tu tenter par l'aventure ? Wink



 

Partagez
 

 [Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elerinna R. Surion

6EME ANNEE ATTRAPEUR

∞ 6EME ANNEE ATTRAPEUR
Elerinna R. Surion


▌Messages : 220
▌Âge réel : 25/11/1996
▌Âge du perso : 22
▌Avatar : Victoria Justice
▌Année à Poudlard : 6e année


Feuille de personnage
▌Pureté du sang: Mêlé
▌Gallions : 104

[Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby] _
MessageSujet: [Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby]   [Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby] Icon_minitimeMer 26 Juin 2013, 11:13

Ruby & Elerinna ♥
"Certaines amitiés se créent parfois par hasard"






Elerinna venait de terminer son entraînement. Il faisait chaud dehors, le soleil tapait et la jeune fille était exténuée. Elle venait de passer 2h en plein soleil, et elle n'en pouvait plus. En plus, elle a parfois du mal a supporter la chaleur, du à quelques problèmes de respiration. Cela ne dure jamais longtemps, mais c'est parfois très ennuyeux. Elle rangea ses affaires soigneusement, et enleva ses lunettes de soleil. Il était difficile de voir le Vif d'or avec une clarté pareille. Malgré cela, Elerinna avait réussi à l'attraper plus de 17 fois en deux heures. Elle s'améliorait de plus en plus, au point qu'elle était véritablement devenue redoutable. Elerinna pensait à pleins de choses. Elle n'avait qu'une envie en tête, aller se doucher. Elle se dépêcha donc de se changer, prit ses affaire et sortit de la loge. La jeune fille n'avait pas vraiment d'amis dans l'équipe de Serdaigle. En y réfléchissant, ce n'est pas non plus le cas dans l'équipe de Gryffondor. Cela l'attriste profondément, car elle aurait aimé pouvoir parler Quidditch avec quelqu'un.
Etant donné que la jeune Serdaigle venait de retirer ses lunettes de soleil, elle fut aveuglée par la lumière et décida les remettre afin de ne pas se brûler les yeux. Bien évidemment, Elerinna ne sait pas faire quelque chose sans faire une bêtise, et en voulant prendre l'étui dans lequel ses lunettes étaient délicatement déposée, elle glissa dans une flaque d'eau (qui devait être là suite au cours de Botanique, car plusieurs jours auparavant, les élèves devaient chercher une sorte bien spéciale de graine qui se trouvait exclusivement au bord du terrain de Quidditch).


- Mais c'est pas vrai, j'ai vraiment la poisse !!!

En se relevant, en plus d'être couverte de terre et d'avoir arraché son pantalon,  Elerinna se décomposa. En effet, elle avait perdu son pendentif. Pourquoi y attache t-elle autant d'importance ? Pour la simple et bonne raison que c'est un pendentif qui se transmet de mère en fille depuis plus de neuf générations. Ce pendentif est en fait une tête de dragon. L'oeil du dragon est un émeraude taillée en une sphère parfaite de 0.2 mm de rayon. Ce pendentif a une valeur immense, mais sa plus grande valeur aux yeux d'Elerinna est une valeur sentimentale. Sa maman le lui a donné le jour de sa rentrée à Poudlard. Depuis, elle ne l'a retiré que pour faire des activités où elle risquait de l'accrocher, comme aller faire des parcours dans les arbres, ou des choses comme ça. Alors le perdre dans un terrain de Quidditch, c'était le comble. Comment était-ce possible ?
La jeune fille, horrifiée regarda tout d'abord aux alentours d'elle. Ne le voyant pas, elle en eût les larmes aux yeux. Tout bas, elle murmura :


- Faut absolument que je le retrouve. Ce collier a plus de valeur pour moi que n'importe quoi...

Et elle se remit en route. Etant plus jeune, elle avait l'habitude de courir avec ses amis, car ils jouaient souvent à Chat. C'était un jeu de Moldus que lui avait montré son père. Ce jeu consiste en fait à attraper ses partenaires qui courent dans le but qu'on ne les attrape pas. Mais revenons en au fait. Elerinna parcoura tout le terrain en courant, en cherchant, en s'accroupissant par moment pour regarder plus attentivement. Cela faisait une heure qu'elle cherchait. Elle était fatiguée, ses jambes la lâchèrent. Elle décida donc de se confier à son seul véritable ami. Son balais. Elle le sortit de son étui, et l'enfourcha. Elle fit le tour du terrain, encore et encore, en espérant se calmer, car à présent les larmes coulaient plus intensément. Ce collier était véritablement son héritage, l'héritage de ses futurs enfants, de ses futurs petits enfants... Ce collier est plus qu'une simple pierre précieuse, il est le trésor de neuf générations passées... Pourquoi ce terme de "Trésor" ? car c'est la trouvaille qu'a fait Eleonore Rosalinda Surion, son arrière arrière [...] arrière grand mère. Les filles de cette famille prennent toutes le nom de leur mère, pour assurer la descendance. Eleonore avait trouvé ce pendentif lors d'une de ses quête à dos de Dragon. Elle avait un peu un esprit fou et avait dompté un dragon du nom de "Scraav". Son dragon était son balais à elle. Et quand elle a eu décidé de partir en quête d'un objet rare qui, selon la légende, ne pouvait être trouvé que par une femme montant un dragon, elle le trouva.
En se remémorant tout cela, Elerinna s'était calmée. C'était l'histoire que lui avait raconté sa maman à plusieurs reprises. Personne ne saura jamais si elle est vraie, mais en tous cas, on y croit.  

Elerinna allait descendre de son balais et rentrer au château, quand tout à coup, une lumière verte jaillit des tribunes. La jeune fille, intriguée, se dirigea vers cette lumière et descendit de son balais. A ses pieds se trouvait le pendentif. Qu'est-ce que c'était que ça ? Cette lumière ? D'où venait elle ? Pleins de questions se posaient dans sa tête ; Ele décida alors d'étudier ce cas plus attentivement. Elle rangea à nouveau ses affaires, et vit entendit un bruit venant des loges des Gryffondor. La jeune Serdaigle se retourna, et vit une jeune fille qui peinait à refermer le coffre des balles. A en juger par son équipement, elle devait être batteuse. Batteuse... C'est un poste qu'Elerinna aurait détesté. Elle n'a jamais été attirée par ce poste. Peut être parce que ses parents ne lui en ont jamais parlé avant son entrée à Poudlard...  Elerinna se dirigea vers la jeune fille, et l'aida à refermer le coffre.


- Il est un peu capricieux, parfois.

Elle lui avait dit ça gentiment, et lui adressa ensuite un beau sourire. Elerinna était soulagée d'avoir retrouvé son pendentif, elle le serrait très fort dans sa main. Les questions se posaient toujours dans sa tête mais elle décida de ne pas trop y prêter attention. La jeune fille Gryffondor se tenait en face d'elle et Elerinna avait bien l'intention de se changer les idées en discutant un peu.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - -

[Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby] Tumblr_m3j7pivoJs1rv0ybxo1_500

« Elerinna Rosa Surion »



Dernière édition par Elerinna R. Surion le Ven 12 Juil 2013, 13:44, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ruby E. Clearwater

ø 6EME ANNEE - BATTEUR

ø 6EME ANNEE - BATTEUR
Ruby E. Clearwater


▌Messages : 411
▌Avatar : Emilia Clarke
▌Année à Poudlard : 6ème année
▌Métier exercé : Simple ambition: devenir auror


Feuille de personnage
▌Pureté du sang: Sang-mêlée
▌Gallions : 131

[Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby] _
MessageSujet: Re: [Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby]   [Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby] Icon_minitimeMer 26 Juin 2013, 19:01

Elerinna & Ruby
« Certaines amitiés se créent parfois par hasard»


Il y a des jours où l'on ne sait que faire, où l'on veut quitter la routine habituelle, changer de plans dans l'improvisation la plus totale. Si j'avais décidé de continuer ma journée comme je l'avais prévu, je serais en cet instant dans la salle commune des Gryffondors à discuter avec mes amis au coin du feu. Seulement, depuis mon réveil, j'avais cette affreuse envie de m'envoler vers ce ciel si bleu, ce soleil éblouissant qui brillait de mille feux. J'avais d'abord songé à me prélasser dans le parc avec des amis, puis mon regard avait dérivé jusqu'à mon lit où reposait mon chat qui tentait en vein de mordiller le bois de mon balai de Quidditch. Un sourire se dessina au coin de mes lèvres, et, oubliant les plans que je m'étais prévu, je saisissais mon balai et ma batte pour filer en douce sur le terrain de Quidditch. Personne ne se trouvait dans la salle commune, et quelques élèves rodaient dans les couloirs, cas rares. Tous les autres élèves se trouvaient dans le parc, ou aux environs du lac à profiter de la chaleur du soleil. Ce n'était pas tous les jours qu'il brillait avec une telle férocité, autant savourer cet instant qui ne se produit qu'une ou deux fois chaque mois. J'aurais rêvé m'allonger sous un arbre, mais la seule pensée qui occupait mon esprit était de m'entraîner en toute solitude. Fort heureusement, aucun de mes amis Gryffondor ne se trouvèrent sur mon chemin, si bien que personne ne me dissuada de cette envie soudaine. À l'instant même où je posais un pied à l'extérieur, je sentis la chaleur caresser ma peau, brûler mes yeux encore habitués à la pénombre du château. Fouillant dans ma poche, j'y trouvais une paire de lunettes de soleil que j'avais acheté dans une boutique moldu, à Londres plus exactement. Poussant un soupir de soulagement, je continuais ma marche vers le terrain de Quidditch, bien décidé à combattre cette chaleur étouffante que je pourrais qualifier de surnaturelle. Une fois sur ledit terrain, je remarquais au loin une Serdaigle qui s'entrainait dans son coin, délaissant la seconde partie que je comptais bien m'approprier. À première vue, elle pourchassait à une vitesse folle un vif d'or, j'en déduisais donc qu'elle appartenait à l'équipe de Serdaigle. Nos adversaires. Sans lui prêter davantage d'attention, j'ouvrais la malle qui contenait plusieurs balles dont celle qui m'intéressait tout particulièrement. Le cognard. Cette balle dangereuse qui ne pensait qu'à te décapiter par tous les moyens, ne te laissant pas un seul instant de répit. Avec un regard de défi vers le cognard, je détachais les chaines qui le retenait prisonnier avant de bondir en arrière lorsqu'il quitta la mallette dans un cri libérateur. Je me hissais en un bond agile sur mon balai, et m'élançais dans les airs à la poursuite de cette balle maudite, ma batte dans la main droite. Craignant la première seconde qu'il ne s'en prenne à la Serdaigle, j'augmentais l'allure. Mais, ne changeant pas ses bonnes habitudes, le cognard n'avait d'oeil que pour moi. Si bien qu'il fonça droit sur moi sans une hésitation. Calculant mon coup, la batte à la main prête à effectuer son travail, j'attendis qu'il s'approche à la bonne distance. Ce qui survint dans la seconde. Je frappais de toutes mes forces dans ce monstre sans pitié qui fut éjecté à l'autre bout du terrain. Revenant à la charge plus d'une fois, ma batte était toujours présente pour l’accueillir. Et durant deux longues heures, je frappais sans relâche, mes forces me quittant peu à peu. Étrangement, le cognard n'avait jamais la charmante idée de s'en prendre à la Serdaigle qui je devais l'avouer, voler merveilleusement bien. J'étais dans ma bulle, ne me préoccupant pas des cris des élèves dans le parc qui me parvenaient nettement. Toutes les minutes, j'avais la désagréable impression que je rôtissais tel un vulgaire poulet sous la chaleur du soleil si écrasante. Finalement, j'arrêtais mon entrainement lorsque seulement toutes mes forces m'abandonnèrent. J’éjectais le cognard dans la mallette lors de l'ultime coup, avant de descendre de mon balai précipitamment pour refermer convenablement les chaines qui le retenait prisonnier. Il se débattit, et j'eus bien du mal à les refermer, mes forces m'ayant littéralement abandonné. J'entendis des pas qui s'approchaient, et une main secourable qui m'aida à refermer la mallette. Avec un sourire reconnaissant, je me tournais vers la Serdaigle qui déclara avec un immense sourire:

"- Il est un peu capricieux, parfois."
Je ris de sa remarque, saisissant mon balai et ma batte qui m'attendant bien sagement sur le sol. Ravie d'avoir la possibilité de parler après cet entrainement des plus difficiles, je pris la parole avec un clin d'oeil remarquant au passage que la Serdaigle serrait dans sa main un pendentif.

" - Sûr, un véritable petit monstre... Je t'ai observé voler sur ton balai, tu es bourrée de talent. Les Gryffondors auront du fil à retordre à vaincre les Serdaigle cette année, avec une attrapeuse comme toi. "

- - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Elle lui a appris à vivre. Il lui a appris à aimer.

“The moment I saw you, I knew it’d be the closest, I’d get to being... Close. I didn’t know what to do with that feeling. Happiness. ”✰ heartless love.
Revenir en haut Aller en bas
Elerinna R. Surion

6EME ANNEE ATTRAPEUR

∞ 6EME ANNEE ATTRAPEUR
Elerinna R. Surion


▌Messages : 220
▌Âge réel : 25/11/1996
▌Âge du perso : 22
▌Avatar : Victoria Justice
▌Année à Poudlard : 6e année


Feuille de personnage
▌Pureté du sang: Mêlé
▌Gallions : 104

[Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby] _
MessageSujet: Re: [Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby]   [Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby] Icon_minitimeJeu 27 Juin 2013, 11:38

Elerinna, serrant toujours son pendentif dans sa main, avait les yeux posés sur la jeune batteuse. cette dernière avait ri à sa remarque, et la jeune Serdaigle ne put s'empêcher de remarquer ses lunettes de soleil. Elle pensait lui demander où elle les avait acheté, quand son interlocutrice lui répondit :

- Sûr, un véritable petit monstre... Je t'ai observé voler sur ton balai, tu es bourrée de talent. Les Gryffondors auront du fil à retordre à vaincre les Serdaigle cette année, avec une attrapeuse comme toi.

Cette remarque a fait un plaisir fou à Elerinna. Cela voulait dire que la jeune fille Gryffondor l'avait observée, ou du moins que sont attention avait été attirée par Ele. L'attrapeuse le fit remarquer, car elle adressa un sourire radieux à la jeune fille. Il fallait qu'elle réponde sans discriminer l'équipe de Gryffondor, mais cela était assez difficile pour la jeune fille. Finalement, elle se décida quand même, en prenant sur elle pour dire quelque chose de positif pour les Gryffondors.

- Oui, c'est certain. Mais en même temps cela fait des années que je m'entraîne. C'est une de mes plus grande passion, je ne peux que faire honneur à mon équipe, mais surtout à ma maison.

La jeune fille avait commencé le début de sa phrase en rigolant, pour faire comprendre qu'elle disait ça avec modestie. Cela était vrai, Elerinna voulait que sa maison soit fière d'elle. Le Quidditch est un jeu d'équipe où on doit savoir compter sur tout le monde. A la fin de sa phrase, elle marqua une pause avant d'ajouter :

- Mais j'ai cru voir que tu es aussi très à l'aise sur un balais. Mon équipe serait fière de te compter parmi ses batteurs, si tu appartenais à notre maison, bien sûre. Au moins, on serait sûrs d'être à l'abri des cognards.

Elerinna pensait ce qu'elle disait. Elle l'avait vue sur son balais pendant son entraînement. Chacune des deux élèves s'était appropriée la moitié du terrain. Elerinna avait surtout remarqué le moment où l'autre jeune fille avait libéré le cognard du coffre. Le cognard avait laissé entendre un sifflement en bondissant d'une force extraordinaire vers le ciel. La jeune attrapeuse avait eu soudain peur qu'il s'attaque à elle, mais le cognard a foncé vers l'autre côté du terrain, vers l'autre jeune fille. Celle-ci s'apprêtait à renvoyer le cognard d'où il venait, et quand cette balle folle fut à sa hauteur, elle mit toutes ses forces dans sa batte, et tapa dans sa cible, qui retourna vers le ciel. Cela c'était produit à plusieurs reprises, et Elerinna se demandait comment elle faisait. Elle devait avoir mal aux bras et être à bout de force. C'est un poste qu'elle n'aurait pas aimé avoir, batteuse. D'ailleurs, elle associait plus ce poste à un jeune homme, pour la force des bras, et puis le reste. Elle admirait d'ailleurs cette jeune fille dont elle ne connaissait pas le nom. Elle devait avoir une volonté de fer et des muscles d'acier.

Voyant que la jeune Gryffy allait lui répondre, elle décida de lui faire un signe de la main pour lui dire de l'accompagner jusqu'à la sortie des loges des Serdaigles. Elerinna devait récupérer ses affaires. Elle venait à peine de remarquer que elle même n'avait pas ses lunettes de soleil. Elle les retrouva d'ailleurs en plusieurs morceaux près de la flaque d'eau dans laquelle elle s'était étalée. Cela l'ennuya profondément, mais elle avait véritablement "flashé" sur celles de sa future amie. Enfin, amie, cela était un grand mot, et pourtant -chose qui est rare- Elerinna en avait envie. Une passion commune, le mot pour rire et pour faire plaisir... Enfin. Voyant que la jeune fille la suivait, elle prit ses affaires. Le manche de son balais était très chaud. Elle l'avait laissé au soleil, mais en même temps, il n'y avait pas un seul endroit ou il y avait de l'ombre. N'ayant pas assez de mains pour tout prendre, Ele posa ses affaires à ses pieds, découvrit son cou de ses cheveux pour mettre son collier. Elle l'attacha. L'émeraude brillait de mille feux. Cette histoire intriguait toujours la jeune fille mais elle n'en fit rien paraître. Son pendentif attaché, elle remit ses cheveux en place. Ses longs cheveux qui étaient, à ce jour, très ondulés. Elle les avait détachés après son entraînement, et ils volaient à présent au vent.
Elle regardait la jeune fille, lui sourit, et puis s'accroupit. Elerinna reprit ses affaires, son balais dans une main, et mit son sac à dos à une épaule. Un magnifique sac à dos que son père lui avait ramené d'une boutique moldue, et que sa mère avait ensorcelé pour agir comme un rappeltout. Quand le sac contient tout ce qu'il doit contenir, il est bleu. D'un bleu comme le blason de la maison Serdaigle. Il y a un petit écusson en forme d'aigle sur le coin, et en lettres brodées noires est écrit "Elerinna Rosa Surion" Avec une pierre ressemblant fortement à celle qu'elle portait autour du cou. Un magnifique sac. Quand il ne contient pas tout ce qu'il doit contenir, il devient entièrement rouge, et ne contient plus aucune inscription. Son sac, Elerinna y tient beaucoup. D'ailleurs, beaucoup de ses camarades lui demande le sortilège pour ensorceler le leur, mais Elerinna ne peut le donner. C'était sa mère qui l'avait créé à partir de sortilèges déjà existant.
Et comme par hasard, son sac devint rouge. Elerinna avait remarqué l'intérêt tout particulier que la Gryffondor y prêtait. Elle sourit, faisant semblant de rien. Mais qu'avait elle oublié ? Là était la question. Elerinna réfléchissait. Elle avait bien son équipement entier, son bloc notes (elle s'en servait pour établir des Stratégies de Quidditch, car même si elle n'était pas poursuiveuse, elle aidait les autres) il lui manquait juste... Son blason. Le blason qui doit se trouver sur chacune des tenues des Serdaigles ne se trouvait plus dans le sac. Mais pas de panique pour Elerinna cette fois. Fini les stress, la recherche pour aujourd'hui, ça l'avait assez épuisée. Elle l'avait simplement mis dans la poche de son pantalon de Quidditch, en pensant qu'elle devait demandé à une fille de sa maison de le raccommoder car il s'était décousu. Mais si le blason était dans son pantalon, où était le pantalon ? Elerinna pensait l'avoir mis dans son sac avec le reste de son équipement... En ouvrant la loge des Serdaigles, elle l'apperçu, simplement à l'endroit où elle s'était changée. La jeune Gryffondor était restée sur le pas de la porte, et la jeune attrapeuse lui en fut reconnaissante. Elle remit vite fait son pantalon dans son sac, et celui-ci redevint alors de sa belle couleur bleue.
Une fois que la jeune fille eut terminé de tout remettre correctement, qu'elle n'eut rien oublié et qu'elle était prête à repartir en compagnie de l'autre jeune fille, elle la regarda, et poussa un soupir de satisfaction en pensant un grand "ENFIN !!!"

- - - - - - - - - - - - - - - - - - -

[Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby] Tumblr_m3j7pivoJs1rv0ybxo1_500

« Elerinna Rosa Surion »

Revenir en haut Aller en bas
Ruby E. Clearwater

ø 6EME ANNEE - BATTEUR

ø 6EME ANNEE - BATTEUR
Ruby E. Clearwater


▌Messages : 411
▌Avatar : Emilia Clarke
▌Année à Poudlard : 6ème année
▌Métier exercé : Simple ambition: devenir auror


Feuille de personnage
▌Pureté du sang: Sang-mêlée
▌Gallions : 131

[Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby] _
MessageSujet: Re: [Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby]   [Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby] Icon_minitimeSam 29 Juin 2013, 09:46

Je pensais sincèrement ce que je venais de déclarer à la jeune Serdaigle, qui semblait avoir plus qu'apprécié ma remarque, le prouvant en me servant un sourire radieux. Je la comprenais, qui n'appréciait pas d'être complimenté sur une passion qui nous avait valus des heures et des heures d'entrainement ? Au Quidditch, il nous faut constamment demeurer digne de notre maison, accepter les critiques des maisons adverses voire même de son équipe quelquefois. Ne jamais baisser les bras. Se battre à chaque seconde pour avoir l'opportunité d'entendre à la fin de chaque match les applaudissements résonnant sans un arrêt dans le terrain de Quidditch, les cris enthousiasmes et les félicitations de toute une maison. De sa propre maison. Le rêve de chaque membre d'une équipe. Ce pour quoi je comprenais sincèrement que la jeune Serdaigle ne répondait mot, hésitant à m'imiter sur les éloges de l'équipe adverse. Personnellement, le fait de féliciter ouvertement l'équipe adverse ne me dérangeait pas une seule seconde. Je voulais que l'on gagne de tout mon cœur la coupe cette année, mais sans pour autant faire les mauvaises têtes en prenant exemple sur ces charmants Serpentards qui me semblaient n'avoir aucune valeur morale hormis vaincre, vaincre à tous prix. De toute évidence, la Serdaigle n'avait aucun lien avec les verts et argents, si bien que malgré le fait qu'elle eut du mal à déclarer quelque chose de positif les Gryffondors, elle fit un effort. Un sourire en coin se dessina sur mes lèvres, alors qu'elle répondait :

"- Oui, c'est certain. Mais en même temps cela fait des années que je m'entraîne. C'est une de mes plus grande passion, je ne peux que faire honneur à mon équipe, mais surtout à ma maison. "

Elle ria, pour bien souligner le fait qu'elle disait cela avec modestie. Au moins, il était certain que la Serdaigle allait faire honneur à sa maison. Qu'elle allait tout donner pour gagner, sans pour autant utiliser les méthodes hautaines de certains verts et argents. Mais, il en était de même pour les Gryffondors. Cette année, nous étions plus qu'entrainés. Et, ma meilleure amie, Isadora était tout aussi douée en tant qu'attrapeuse. Qui sait, la victoire allait peut-être se jouer serré cette année ? Ou peut-être pas. Dans tous les cas, je mourrais d'envie de débuter le premier match. De montrer à tous ce que j'avais dans le ventre en tant que batteuse, tout comme Meàllan qui avait été également pris comme batteur. À nous deux, nous formions le duo de choc. Tremblez, cognard enragé ! Marquant une pause, la Serdaigle ajouta :

"- Mais j'ai cru voir que tu es aussi très à l'aise sur un balais. Mon équipe serait fière de te compter parmi ses batteurs, si tu appartenais à notre maison, bien sûre. Au moins, on serait sûrs d'être à l'abri des cognards."

Je ris de sa remarque, avant de lui lancer un sourire reconnaissant . Il est certain que les cognards ne risquent pas de toucher ne serait-ce qu'un seul cheveu des membres de notre équipe. J'en fais une affaire personnelle. Si un seul des Gryffondors venait à se retrouver avec un de ces véritables petits monstres dans la tête, je ne me le pardonnerais jamais. Mon poste était tout aussi important que les autres. Je devais consacrer chaque minute du match à suivre cette balle des plus désagréables, jusqu'à ce que l'attrapeur attrape le vif d'or. Un seul faux pas, et le match risquait de tourner à la catastrophe. En somme, il était primordial que je m'entraine sans relâche jusqu'à ce que toutes mes forces soient épuisées. Et, à chaque heure consacrée au quidditch, j'évoluais, mon talent décuplait. Il en était de même pour tous ceux qui s'entrainait régulièrement, tout comme la Serdaigle. Ce qui pense qu'un simple don suffit pour vous accorder la victoire, ne gagneront jamais un seul match. Alors, que je m'apprêtais à répondre, ma future amie me fit signe de la suivre, pour l'accompagner jusqu'à la loge des Serdaigles. Je la suivis avec un sourire, mon balai dans une main, ma batte dans l'autre. La serdaigle récupéra ses affaires, jetant au passage un regard à ce qui semblait avoir été des lunettes, près d'une flaque d'eau. Ennuyée, elle continua son chemin, alors que je jetais un regard aux lunettes en très mauvais état. À mi-chemin, la Serdaigle posa ses affaires pour attacher un magnifique collier à son cou. L'émeraude brillait de mille feux, et sincèrement, il était sublime. De plus, il lui allait merveilleusement bien. Elle me lança un sourire, avant que je n'ai pu déclarer quoi que ce soit et reprit son chemin vers la loge des Serdaigles. Je la suivis, prise par l'envie de faire plus ample connaissance avec elle. Elle semblait des plus sympathiques, et le proverbe qui déclarait que toutes les premières rencontres sont parfois trompeuses, ne s'appliquait pas à la Serdaigle. Du moins, c'était ce que je ressentais. Nous possédions de toute évidence un point commun pour le Quidditch, et mon petit doigt me disait qu'en tant que Serdaigle, elle devait être plus que douée en cours. En résumé, deux points communs qui valaient bien une amitié. Ne prononçant pas un mot, mon regard fixait le sac de la Serdaigle, aussi bleu que les couleurs principales de sa maison. Et, soudainement, le sac vira au rouge sans que je ne sache réellement pourquoi. Plusieurs théories me vinrent à l'esprit. La plus logique demeurait que le sac était obligatoirement ensorcelé. En somme, soit il prenait la couleur des quatre maisons de Poudlard, ce qui laissait croire que le vert allait bientôt montrer le bout de son nez à mon plus grand déplaisir. Seconde option : chaque couleur avait une fonction bien précise, telle que le rappel-tout. La Serdaigle me lança un sourire, cherchant du regard quelque chose ce qui laissait sous-entendre que la seconde hypothèse était la plus fondée. Si sa réaction était liée au changement de la couleur de son magnifique sac. D'un pas calme, elle ouvrit la loge des Serdaigles. Restant sur le pas de la porte, j'attendais qu'elle revienne. Ce qu'elle fit. Lorsqu'elle passa la porte, son sac était de nouveau aussi bleu que la couleur des Serdy. Avec un sourire, je pris la parole, ayant envie de faire plus ample connaissance avec elle. Autant commencer par les bases d'une rencontre:

" - Au fait, je suis Ruby Clearwater... Hum, et quel nom porte la talentueuse attrapeuse des Serdaigles? " déclarais je, avant de lui lancer un clin d'œil

- - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Elle lui a appris à vivre. Il lui a appris à aimer.

“The moment I saw you, I knew it’d be the closest, I’d get to being... Close. I didn’t know what to do with that feeling. Happiness. ”✰ heartless love.
Revenir en haut Aller en bas
Elerinna R. Surion

6EME ANNEE ATTRAPEUR

∞ 6EME ANNEE ATTRAPEUR
Elerinna R. Surion


▌Messages : 220
▌Âge réel : 25/11/1996
▌Âge du perso : 22
▌Avatar : Victoria Justice
▌Année à Poudlard : 6e année


Feuille de personnage
▌Pureté du sang: Mêlé
▌Gallions : 104

[Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby] _
MessageSujet: Re: [Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby]   [Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby] Icon_minitimeSam 29 Juin 2013, 12:11

La jeune fille avait attendu que l'attrapeuse sorte de la loge des Serdaigles pour à nouveau lui parler. La Gryffondor était une très jolie fille. Elle faisait plus ou moins la même taille que la Serdaigle, et avait de longs cheveux bruns. Ses cheveux reflétaient le soleil, et on aurait dit que celui-ci le lui rendait bien. Elle avait un beau visage et un sourire radieux. La jeune fille portant la couleur bleu avait remarqué que celle portant les couleurs rouge et or était attirée par le pendentif. Elerinna décida alors que, si le courant passait bien entre les jeunes filles (ce qui paraissait être le cas), elle lui en raconterait peut être l'histoire. L'attrapeuse n'avait pas envie de raconter l'histoire de ce pendentif à n'importe qui. Elle devait pouvoir faire confiance à cette personne, et faire en tout cas en sorte que tout le monde ne soit pas au courant. Elerinna allait se présenter, mais l'autre jeune fille la devança.

- Au fait, je suis Ruby Clearwater... Hum, et quel nom porte la talentueuse attrapeuse des Serdaigles? "

A ces paroles, la Serdaigle ne put s'empêcher de sourire. En effet, la jeune fille se prénommait Ruby. Le ruby est une pierre précieuse de couleur rouge. Le rouge, n'était-ce pas la couleur de sa maison ? Elerinna se disait alors que ce prénom était pré-destiné. Que Ruby devait être envoyée à Gryffondor et que cela avait été décidé dés le premier jour de sa vie. Sans attendre, la jeune Serdaigle se présenta à son tour.

- Je m'appelle Elerinna. Elerinna Rosa Surion plus complètement, mais tout le monde m'appelle Ele.

Ruby lui avait fait un clin d'oeil. Elerinna savait qu'une véritable amitié allait se créer entre elle et la jeune batteuse. Elerinna, malgré le fait qu'elle n'appréciait pas vraiment tout le monde, avait le préssentiment que Ruby et elle serait amenée à se revoir à plusieurs reprises. Elle décida alors de faire plus ample connaissance avec elle... En commençant par lui demandé d'où lui provenait ses lunettes de soleil...

- Ooooh dis moi, depuis tantôt je me demande où tu as acheté ces magnifiques lunettes de soleil ! En plus les miennes m'ont lâché tout à l'heure, et j'en aurais besoin d'une paire. Tu pourrais m'indiquer la boutique dans laquelle tu les as trouvées ?

Après avoir dit cela, Elerinna eut peur que Ruby le prenne mal. Qu'elle pense que son seul et unique but était de savoir où elle avait trouvé ces magnifiques lunettes, et point barre. Ne voulant absolument pas cela, elle ajouta :

- Mais ne crois pas que je ne veux savoir que cela ! Et si on faisait connaissance ? Il y a un coin à l'ombre sous le saule à côté du terrain ! Ca te dis qu'on y aille pour parler un peu ? Ou beaucoup, à toi de voir !

Elle avait dit cette dernière phrase avec beaucoup de sympathie. D'ailleurs, à son tour elle lui adressa un clin d'oeil. Elle était ravie d'avoir rencontré cette fille par hasard. Il arrive parfois que les apparences soient trompeuses, mais dans ce cas ci, Elerinna ne pensait pas. Et puis, il est vrai qu'en ce moment, la jeune fille n'a plus vraiment d'amis sur qui compter... Il est vrai qu'elle fréquente les Serpentards, mais cela ne la change en rien. Son caractère reste le même, mais cela déplaît fortement à certaines personnes. Et elle en avait marre de se faire des monologues pour faire passer le temps. Se faire une amie en plus n'était pas de refus, surtout que cette jeune fille avait l'air très noble et sympathique. Elle était rieuse, souriante, drôle, modeste... Justement le type de fille que cherchait Elerinna en ce moment. Comme quoi, le hasard fait bien les choses. Et quoi de plus beau que de se rencontrer sur le terrain de Quidditch ? Ce terrain regroupait souvent les élèves ayant la même passion. Qu'importe le poste pour lequel ils s'entraînent, les joueurs de Quidditch sont généralement soit très amis, soit très ennemis. Il n'y a pas de juste milieu pour cela. D'ailleurs, Elerinna s'entend relativement bien avec pas mal de gens, mais les amis deviennent de plus en plus durs à garder...
En attendant la réponse de la jeune Gryffondor, elle vit une graine sur le sol. Elle avait tout de suite reconnu une graine de Lys, ce qui était relativement rare à cet endroit du parc. Elle sortit sa baguette, chuchota quelques mots, et la fleur de Lys poussa. Elle poussait doucement, pour finalement atteindre une hauteur de 30cm. La jeune Serdaigle avait une idée en tête, et avec sa baguette, jeta simplement un sortilège de coloration pour que les pétales du Lys soit rouge, et son coeur doré. Tout le monde le savait, Elerinna était très douée pour le cours de Sortilèges. Elle cueillit la fleur, et lança un dernier sortilège. C'était un sortilège de protection. Cette fleur ne fanera jamais, et Ruby l'avait compris. Ele tendit alors la fleur à la jeune batteuse, qui la saisit dans sa main libre...

Le soleil tapait toujours aussi fort. A un point tel qu'Elerinna fut obligée de mettra sa main au dessus de ses yeux pour voir la jeune Gryffondor se trouvant juste devant elle. La jeune fille avait remit un cardigan après l'entraînement, sans vraiment réfléchir. Elle se dit alors qu'il fallait être totalement fou pour mettre un gilet par une chaleur pareille et décida de l'enlever, laissant découvrir ses épaules nues et un top bleu foncé. La jeune fille savait normalement que les élèves de Poudlard devaient porter leur uniforme, mais il y avait des exceptions, comme aujourd'hui par exemple. A partir d'une certaine chaleur, le top était autorisé. Et heureusement, sinon tout le monde serait mort de chaud. L'automne était pourtant proche, on assistait aux derniers jours chaud de l'année, car certaines feuilles commençaient déjà à changer de couleur. Les couleurs dorées, rouges, brune de l'automne prenaient le dessus, et il était d'ailleurs rare qu'il fasse si chaud durant un mois de Septembre. Ele regardait attentivement la jeune Gryffondor. Cette dernière s'apprêtait à lui répondre, et la jeune Serdaigle en était ravie.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - -

[Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby] Tumblr_m3j7pivoJs1rv0ybxo1_500

« Elerinna Rosa Surion »

Revenir en haut Aller en bas
Ruby E. Clearwater

ø 6EME ANNEE - BATTEUR

ø 6EME ANNEE - BATTEUR
Ruby E. Clearwater


▌Messages : 411
▌Avatar : Emilia Clarke
▌Année à Poudlard : 6ème année
▌Métier exercé : Simple ambition: devenir auror


Feuille de personnage
▌Pureté du sang: Sang-mêlée
▌Gallions : 131

[Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby] _
MessageSujet: Re: [Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby]   [Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby] Icon_minitimeDim 30 Juin 2013, 12:33

Alors que je prononçais mon prénom, un sourire se dessina sur les lèvres de l'attrapeuse, et curieuse comme j'étais, je me demandais durant l'espace d'un instant la raison de ce sourire énigmatique. Il faudrait que je le lui demandes un de ces jours, à condition bien entendu que nous devenions bel et bien amies. Et, personnellement, cela ne m'étonnerait pas. Elle semblait si sympathique, que je ne pouvais que l'apprécier. J'étais des plus heureuses d'avoir résisté à l'appel de la sieste à l'ombre d'un arbre. Si j'y avais résisté, je n'aurais jamais pu faire sa rencontre. Et, ceux qui me connaissent bien savent que je suis une grande amatrice des rencontres en masse... tant que ce dernier n'est pas un arrogant Serpentard. Ou tout simplement, une personne arrogante. Après six années à Poudlard, j'avais bien remarqué que ce genre de personne se trouvait dans les Quatre maisons. Mais, bien plus chez les verts et argents... Observant la jeune Serdaigle, je la détaillais des pieds à la tête, remarquant au passage que la jeune fille avait dû faire battre bien des cœurs. Elle était gentille, et je devais l'avouer, particulièrement belle. De plus, douée en Quidditch. J'avais hâte que le courant passe bien entre nous, et sauter les formalités d'une rencontre ne m'aurait aucunement dérangé. Seulement, tous les commencements d'une amitié débutaient ainsi. Et, mon impatiente à la connaître mieux avait donc tout intérêt à calmer ses ardeurs. La jeune Serdaigle me confia son prénom, après je lui fasse un clin d’œil pour l'inciter à se lancer.

"- Je m'appelle Elerinna. Elerinna Rosa Surion plus complètement, mais tout le monde m'appelle Ele. "

Elerinna... Ce prénom était des plus originaux. Et sans que je n'en connaisse le pourquoi du comment, il lui allait comme un gant. À croire qu'il avait été taillé pour elle. Je ne savais pas la signification de ce prénom, mais il me semblait qu'il avait des intonations elfiques des livres moldus que mon père me comptait lorsque j'étais encore petite comme trois pommes. Chaque soir, j'avais droit à une histoire signée par les moldus, et une autre écrite par les mains d'un sorcier. Ma mère voulait que je me lie avec son monde, et mon père avec le sien. Finalement, celui des deux auxquels j'appartiens est sans aucun doute celui des sorciers. Et mon père l'avait compris à l'instant où mes pouvoirs se sont manifestés.
Alors que je comptais lui demander le secret de son magnifique sac, Ele me devança en me demandant :

"- Ooooh dis moi, depuis tantôt je me demande où tu as acheté ces magnifiques lunettes de soleil ! En plus les miennes m'ont lâché tout à l'heure, et j'en aurais besoin d'une paire. Tu pourrais m'indiquer la boutique dans laquelle tu les as trouvées ? "

Si mes souvenirs étaient bons, j'avais acheté cette paire de lunette de soleil lors d'une petite expédition au chemin de Traverse, un mois avant la rentrée à Poudlard pour ma sixième année. J'étais passée devant une fabuleuse boutique moldus aux multiples accessoires qui trônaient derrière la vitrine, nettoyé avec soin par un vieil homme qui ne comptait laisser par le moindre soupçon d'une tâche, si bien que je parvenais à voir mon reflet dans la vitrine. Et, bien entendu, je m'étais arrêtée net en voyant cette magnifique paire de lunettes qui semblait me narguer du haut de son pied d'estales. Spontanée comme j'étais, je l'avais aussitôt acheté, ravie de mon nouvel achat. Il est vrai que mes lunettes de soleil sont particulièrement belles, aussi je comprenais tout à fait que cela l'intéresse. Mais, avant que je n'ai pu lui répondre, elle me devança une nouvelle fois, avec la certitude que j'avais mal interprété sa demande :

"- Mais ne crois pas que je ne veux savoir que cela ! Et si on faisait connaissance ? Il y a un coin à l'ombre sous le saule à côté du terrain ! Ca te dis qu'on y aille pour parler un peu ? Ou beaucoup, à toi de voir !"

Son ton était chargé de sympathie, et à son tour, elle m'adressa un clin d’œil. Je n'avais jamais pensé une seule seconde qu'elle ne voulait savoir que cela, mais j'étais ravie qu'elle me propose que l'on fasse connaissance. C'était simplement l'occasion idéale d'apprendre à mieux connaître la Serdaigle, ce que j'attendais depuis que je l'avais observé voler sur son balai, en pleine course-poursuite avec le vif d'or. Impossible de refuser sa proposition, étant donné que je mourrais d'envie de faire plus ample connaissance avec elle. Rater une occasion de créer une amitié est plus qu'une perte. D'autant quand ces temps sombres, l'on prend conscience que le temps risque de nous manquer. Et, que bien évidemment, la confiance s'accorde difficilement. Pourtant, mon instinct me dictait de la lui accorder. Et, je suis bien la seule à savoir que mon instinct ne m'a jamais trompé. Il diffère avec facilité les personnes honnêtes, des personnes malhonnêtes. En conclusion, Ele fera probablement une amie parfaite, sur qui je pourrais compter et vice-versa.

" - Avec plaisir ! Mais, je te préviens, avec moi, on ne parle jamais qu'un peu... déclarais je en riant. D'ailleurs, pour les lunettes de soleil... Si je me souviens bien, je les ai achetés près du chaudron baveur, dans une boutique moldus du nom d'accessories. Tu ne risques pas de le rater, la façade est rose bonbon ! Mmm... mais, si tu ne trouves pas, je pourrais toujours t'en rapporter une paire aux prochaines vacances, j'y passe souvent. "

Tout sourire, je la suivis vers le saule imposant à quelques mètres d'ici. Le soleil tapait de plus belle, et je me doutais que la Serdaigle rêvait d'une bonne paire de lunettes. Je me fis donc la promesse solennelle qu'aux vacances d'Halloween, je lui en achèterais une paire. J'avais déposé mes affaires dans ma loge juste avant de la suivre, aussi j'avais mes deux mains libres. Libérant mes cheveux de l'élastique que je passais autour de mon poignet, je poussais un soupir de contentement lorsque mes longs cheveux châtains voletèrent au gré de la légère brise qui soufflait par instants. Je préférais largement les sentir sur ma nuque, la caressant avec délicatesse. Sans que je n'en sache la raison, la Serdaigle se pencha sur ce qui paraissait être une graine de Lys. Ma mère en cultivait à la ferme, si bien qu'en connaissant un rayon sur le sujet, j'avais deviné comme il était rare d'en voir sur le terrain de Quidditch, la terre n'étant pas adaptée pour la plante. Mais, de toute évidence, elle semblait s'y plaire. Tout comme je m'y plaisais sur un balai, ainsi qu'Ele. Sortant sa baguette, la Serdaigle lança un sortilège sur la fleur qui poussa pour finalement atteindre une hauteur de 30 cm. Me demandant ce qu'elle faisait, j'observais avec curiosité les agissements d'Elerinna, concentré sur sa tâche. Cette dernière lança un second sortilège, et ordonnant à la baguette, les pétales de lys devinrent rouges, et le cœur doré. Les yeux écarquillés, je trouvais sa création simplement magnifique. Mais, de toute évidence, le travail n'était pas encore achevé. Elle lança l'ultime sortilège, après l'avoir cueilli du bout de la main avec délicatesse. Un sortilège de protection. Ainsi, la fleur ne fanerait jamais. C’était tout simplement ingénieux, et sublime. La fleur de Lys étincelait sous les rayons du soleil. Sincèrement, je n'avais jamais vu une fleur aussi belle. Elle était unique. Et, pour sceller notre amitié, Ele me la tendit, la posant délicatement dans le creux de ma main. Un immense sourire aux lèvres, je contemplais la fleur comme s'il s'agissait de mon bien le plus précieux. Je ne savais comment la remercier de ce cadeau... Peut-être que commencer par les mots seraient un bon début, qui sait ?

" - Ele... c'est sublime ! Merci mille fois, cette fleur de Lys est tout bonnement magnifique ! "

Je savais la remercier par les mots, c'était un jeu d'enfant. Par les actes tout au contraire, je n'avais pas la moindre idée. Mais, une idée des plus extraordinaires germerait peut-être dans mon esprit d'ici à la fin de notre conversation. Je la suivis jusqu'au saule, fixant la fleur de Lys dans ma main avec admiration. Ce Lys était éternel. Elle me suivrait jusqu'à la fin de mon existence. Une amitié éternelle venait donc de débuter avec Elerinna, je n'avais plus le moindre doute. De plus, la fleur était né sur le terrain de Quidditch. Ce qui symbolisait à mes yeux notre passion commune pour ce sport. J'étais rayonnante. Une fois sous le saule, je m'assis au même instant que la Serdaigle. J'engageais la conversation, tout sourire :

" - Tu es vraiment douée pour un tas de choses! Compte sur moi pour conserver précieusement la fleur de Lys... Au fait, l'émeraude que tu portes est sublime, elle te va merveilleusement bien ! "

- - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Elle lui a appris à vivre. Il lui a appris à aimer.

“The moment I saw you, I knew it’d be the closest, I’d get to being... Close. I didn’t know what to do with that feeling. Happiness. ”✰ heartless love.
Revenir en haut Aller en bas
Elerinna R. Surion

6EME ANNEE ATTRAPEUR

∞ 6EME ANNEE ATTRAPEUR
Elerinna R. Surion


▌Messages : 220
▌Âge réel : 25/11/1996
▌Âge du perso : 22
▌Avatar : Victoria Justice
▌Année à Poudlard : 6e année


Feuille de personnage
▌Pureté du sang: Mêlé
▌Gallions : 104

[Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby] _
MessageSujet: Re: [Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby]   [Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby] Icon_minitimeLun 01 Juil 2013, 22:01

Juste avant son travail sur la fleur de Lys, la jeune gryffondor avait répondu à Elerinna. Elle lui avait parlé de ses lunettes de soleil, pour le plus grand plaisir de la jeune attrapeuse qui mourrait d'envie d'en avoir une telle paire.

- Avec plaisir ! Mais, je te préviens, avec moi, on ne parle jamais qu'un peu... D'ailleurs, pour les lunettes de soleil... Si je me souviens bien, je les ai achetés près du chaudron baveur, dans une boutique moldus du nom d'accessories. Tu ne risques pas de le rater, la façade est rose bonbon ! Mmm... mais, si tu ne trouves pas, je pourrais toujours t'en rapporter une paire aux prochaines vacances, j'y passe souvent.

Après sa première phrase, Ruby avait marqué une très légère pause pour marquer le fait qu'elle riait. Ce qui d'ailleurs fit sourire la jeune Serdaigle, car elle non plus n'en avait jamais marre de parler. Elle pourrait parler des heures et des heures sans jamais en avoir marre.
Quand la jeune fille rouge et or reprit pour lui dire l'endroit dans lequel elle avait acheté sa paire de lunettes, Elerinna était toute ouïe. Ainsi donc, cette boutique se trouve près du chaudron baveur, dans une boutique de moldus... Accessories... Ce nom n'était pas inconnu à la jeune fille. Elle pensait même qu'elle avait déjà été dans ce magasin.. Après plusieurs secondes de réflexion, elle se rappela. En fait non, elle n'y avait jamais été. C'est son père qui lui avait ramené un magnifique paire de boucles d'oreille de ce magasin. Ces boucles d'oreille étaient une base d'aigle. Et autour de cet aigle partait des plumes dans tous les sens. Un objet précieux aux yeux d'Elerinna car c'est un des seuls objet purement moldu qu'elle avait, sans l'avoir ensorcelé, trafiqué, ou qu'importe. Quoi qu'il en soit, elle n'avait jamais été dans cette boutique. Mais le fait que l'enseigne soit rose bonbon attire beaucoup Elerinna, qui adore cette couleur...

Peu après avoir donné la fleur de Lys à la jeune fille en face d'elle, Elerinna avait pu l'observer. Ce présent lui faisait visiblement plaisir, car elle le regardait avec pleins d'étoiles dans les yeux. Il est vrai que la jeune Serdaigle avait fait du beau travail. La fleur étincelait sous les rayons du soleil, et cela amenait comme une sorte de paillette sur les pétales. C'était vraiment joli, et la jeune fille l'ayant réalisé se serait retrouvée émue si on lui avait fait un cadeau de ce genre. Enfin, il faut avouer qu'il n'en faut pas beaucoup à Elerinna pour elle être émue. Elle adore recevoir des cadeaux. Les surpises, les fêtes d'anniversaire, elle adore ! C'est d'ailleurs un peu sa faiblesse, car si on lui offre quelque chose, elle se retrouve dans l'âme et le corps d'une petite fille qui vient d'ouvrir ses cadeaux pour Noël, et qui a reçu exactement ce qu'elle voulait. La jeune batteuse avait alors prit la parole :


- Ele... c'est sublime ! Merci mille fois, cette fleur de Lys est tout bonnement magnifique !

Elerinna ne s'était donc pas trompée. Cela faisait plaisir à son interlocutrice, et c'était son but. Ele était fière d'elle. Après tout, ce n'est pas donné à tout le monde de réussir ces sortilèges. Ils demandent une habilité manuelle mais aussi vocale. C'était un secret que le professeur Flitwick avait partagé avec la jeune Serdaigle lors de son admission dans cette maison. Dés lors, elle l'utilise à chaque coup de baguette. Elle souriait à la jeune fille, et celle-ci ajouta :

- Tu es vraiment douée pour un tas de choses! Compte sur moi pour conserver précieusement la fleur de Lys... Au fait, l'émeraude que tu portes est sublime, elle te va merveilleusement bien !

Elerinna était réellement touchée par ce que disait Ruby. Ca lui faisait très plaisir. Elle était consciente que Ruby voulait en savoir plus sur l'émeraude qu'elle porte autour du cou, mais Elerinna ne se sentait pas encore tout à fait prête a raconter l'histoire de son pendentif. Elle savait qu'elle le ferait, qu'elle la raconterais à la jeune Gryffondor, mais pas maintenant, pas tout de suite. Il fallait encore un peu de temps, et Elerinna était sûre que la jeune fille comprendrait. Ainsi, elle se contenta de répondre :

- Oh merci c'est gentil Ruby. Je t'en raconterai l'histoire un jour.


Elerinna savait que l'autre jeune fille comprendrait. Après tout, tout le monde a des secrets, ou des sujets plus difficilement abordables. Malgré cela, elle se promit de raconter cette histoire un peu plus tard dans la journée. Elle sentait qu'elle pouvait faire confiance à Ruby, et c'est d'ailleurs pour cela qu'elle l'avait invitée à aller sous le saule. Un énorme arbre, âgé de bien des siècles. Elerinna se demandait même s'il ne se trouvait pas déjà là avant la construction du château... Mais bon, ce ne sont que des questions personnelles.

Les deux jeunes filles étaient à présent assises sous l'arbre. L'herbe y était sèche, mais Elerinna avait remarqué quelques arrosoirs automatiques qu'Hagrid avait installé pour ne plus devoir s'en préoccuper. Il avait trouvé ça sur le chemin de traverse, et Elerinna se souvenait même qu'elle l'avait croisé avec ces engins quelques jours avant la rentrée, quand elle même avait été acheter ses fournitures. Même que ca l'avait faite rire, parce qu'il avait acheté cela dans une boutique de moldu, et qu'il ne savait pas du tout comment ça marchait. La jeune Serdaigle pensa alors qu'il du demander un coup de main à un élève ou un professeur pour installer ces engins.
Ruby avait détaché ses cheveux. Quand elle vit la beauté et la brillance de ceux-ci, Elerinna pensa de suite aux siens. Ses cheveux aussi étaient volumineux, brillants, ondulés. Même si les siens étaient plus foncés que ceux de la jeune fille Gryffondor, elle imaginait alors, lors du bal, qu'elles pourraient se faire des coiffures l'une à l'autre. Mais voila que les idées d'Elerinna retombaient en enfance. Elle savait que c'était bien sûre à des âges moins mûrs qu'on avait envie de faire cela. Mais à seize ans... Elle n'osa d'ailleurs même pas en parler, de peur que Ruby ne se moque d'elle. Elle qui a d'habitude une vilaine tendance à se moquer des gens, alors là c'était le comble.
Elerinna regardait attentivement les arrosoirs automatiques. Ca l'intriguait. En passant sa main juste devant, pour voir quelque chose, l'arrosoir se mit en route, et éclaboussa les deux jeunes filles. Ces dernières se mirent alors à rire. Elles étaient légèrement mouillée, mais avec la chaleur, cela faisait un bien fou. Après s'être remise de ses émotions bien agréables, Elerinna prit la parole :


- Merci pour l'info concernant les lunettes. Oui, si cela ne te dérange pas, j'apprécierais beaucoup que tu m'en prennes une paire, la prochaine fois. Oh bien sûre je te rembourserai, tu n'auras qu'à me dire combien !

Elerinna marqua une très légère pause, passa son doigt sur son bras, parce qu'elle avait une goutte d'eau qui dégoulinait le long de celui-ci, sourit, et puis reprit :

- Je t'ai beaucoup monopolisé la parole ces dernières minutes. Je t'en pries, pose moi toutes les questions qui te viennent à l'esprit, où ce que tu voudrais savoir, ou simplement parle moi de toi !

Elerinna était détendue. Elle s'appuya contre le tronc du saule, et étendit ses jambes. Ces derniers temps, elle avait un peu mal au dos. Elle esperait malgré tout que cela ne soit pas du au fait qu'elle s'entraîne énormément au Quidditch. Et puis, Ele a souvent le nez coincé dans ses livres, il faut l'avouer... Elle est souvent allongée sur le ventre, les jambes repliées au dessus d'elle, avec un livre en main, ou alors elle est au coin du feu, appuyée sur la cheminée, le cou complètement tordu... Enfin, c'est Elerinna quoi. Jeune fille insoucieuse de beaucoup de choses, et pourtant tellement mature...
Elle regarda la jeune fille, lui lança un léger sourire du coin des lèvres pour l'encourager à enchaîner, et attendit tout simplement qu'elle lui réponde, sous le soleil qui commençait tout doucement à diminuer l'intensité de ses rayons. (Ou alors était-ce juste une impression parce que les filles avaient changé de place ?) Soit.
La jeune fille réfléchissait. Elle essayait d'anticiper les questions de Ruby. La première chose qui lui vint à l'esprit était l'origine de son prénom. Elerinna. On lui posait souvent cette question. Enfin, sauf les personnes ayant un peu plus de culture concernant le langage elfique. Elerinna signifie en fait : Couronnée d'étoiles. C'est le nom qu'a voulu lui donné sa mère parce que elle est née en pleine nuit, quand le ciel était rempli d'étoiles. Le plus beau, à ce qu'il paraît, est qu'Ele est née une nuit ou il y avait une pluie d'étoiles filantes. C'est donc pour cela que sa mère l'avait appelée comme ça. Sa mère... Elle avait étudié le langage elfique, ainsi que le draconique. Cela fait d'ailleurs plusieurs années qu'Elerinna travaille ces différentes langues dans son propre intérêt... Mais Elerinna arrêta très vite d'essayer d'anticiper. A quoi ça sert au final ? Elle a tellement l'habitude d'essayer d'être la meilleure en tout, qu'elle ne peut s'empêcher de faire ça. Alors elle se maîtrisa, et attendit...

- - - - - - - - - - - - - - - - - - -

[Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby] Tumblr_m3j7pivoJs1rv0ybxo1_500

« Elerinna Rosa Surion »

Revenir en haut Aller en bas
Ruby E. Clearwater

ø 6EME ANNEE - BATTEUR

ø 6EME ANNEE - BATTEUR
Ruby E. Clearwater


▌Messages : 411
▌Avatar : Emilia Clarke
▌Année à Poudlard : 6ème année
▌Métier exercé : Simple ambition: devenir auror


Feuille de personnage
▌Pureté du sang: Sang-mêlée
▌Gallions : 131

[Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby] _
MessageSujet: Re: [Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby]   [Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby] Icon_minitimeMar 02 Juil 2013, 11:49

À l'ombre des branches du saule, aux côtés d'Elerinna, je me sentais bien. La chaleur du soleil s’atténuait, filtré par les feuilles, nous offrant la température adéquate. Il ne manquait plus qu'une légère brise pour que je m'envole au paradis... mais une bonne douche froide ferait également l'affaire. Mes forces revenaient peu à peu, à leur rythme, mais j'aurais bien besoin d'une bonne nuit de sommeil pour toutes les récupérer. Je glissais les lunettes de soleil sur ma tête, le soleil ne venant plus perturber ma vue. Je détestais cacher mes yeux lorsque je parlais à quiconque. Ils exprimaient tout ce que je ressentais, trahissaient les secrets de mon âme. Mais, j'avais besoin de ce contact visuel pour me sentir tout à mon aise lorsque je m'adressais aussi bien à une personne, qu'à mon chat. Oui, je parlais bel et bien à mon chat... qui n'avait d'ailleurs strictement rien à faire de ce que je lui disais, dormant profondément. Dans ma main reposait fièrement la fleur de Lys qu'Ele m'avait confié, et sans en connaître la raison, je ne pouvais en détacher mon regard. Elle exerçait comme une attraction sur moi. Lorsque les rayons du soleil parvenaient à se frayer un chemin jusqu'à la fleur, celle-ci s'éclairait à la guise des raies de lumières, si bien que c'était simplement magnifique. Moi qui avais le don pour perdre les objets, il ne faisait aucun doute que celui-ci, je n'allais pas le perdre. Il allait demeurer bien à l'abri dans ma valise, puis dans ma maison, et qui sait, si cette fleur était bel et bien immortelle, mes enfants en hériteraient peut-être. Cette simple idée était merveilleuse. J'avais hâte de le montrer à ma mère, qui raffolait des fleurs de Lys. Elle passerait probablement des heures à la contempler, et la conserverait dans un magnifique dôme de verre qui reposerait dans ma chambre. Mais, à présent, je fouillais de fond en comble dans un paquet d'idées qui traversaient mon esprit pour dénicher un cadeau de remerciement qui serait digne de celui-ci. Malheureusement, je n'avais jamais été douée pour trouver des idées originales. Gênes familial. Ma mère et mon père me ressemblaient sur ce point-là. Ils n'avaient jamais été fichus de trouver un cadeau pour Noël ou mon anniversaire. Il me fallait toujours glisser l'idée dans une conversation, les connaissant sur le bout du doigt. Jusqu'à mes cinq ans, ils se débrouillaient plus ou moins bien. Les petites filles ont toutes plus ou moins les mêmes goûts, mais après, ceux-ci se développent en fonction de notre personnalité. Et c'est là que j'intervenais pour leur venir en aide. En somme, j'allais avoir du fil à retordre pour dénicher un cadeau. Je me voyais déjà ce soir, dans mon lit, ne parvenant pas à dormir tant que je n'aurais pas trouvé une idée convaincante. Mais, j'allais finir par avoir l'idée du siècle, sans aucun doute... je pourrais toujours demander à mon chat, qui me répondrait par un de ses ronflements.
Elerinna semblait touchée par ce que je lui disais, je le lisais dans son regard, et les yeux ne mentaient jamais. Sauf certains Serpentards qui possédaient un don pour mentir. L'émeraude autour du cou de la Serdaigle m'intriguait. Il était sublime, et tout bijoux d'une telle beauté avait une histoire. J'aurais aimé la connaître, mais je comprendrais qu'elle ne veuille pas la confier à une personne qu'elle venait à peine de rencontrer.

"- Oh merci c'est gentil Ruby. Je t'en raconterai l'histoire un jour."

Je lui lançais un sourire, pour bien lui montrer que je comprenais les raisons qui la poussaient à garder cette histoire sous clef. Nous avons tous des secrets que nous souhaitons conserver . Moi-même, j'en avais une bonne centaine. Mon âme en regorgeait. Tous comme les âmes de toute personne normalement constituée. Mes cheveux déployés sur mes épaules semblaient avoir attiré durant l'espace d'un instant l’œil d'Ele. J'aurais aimé savoir l'idée qui lui avait traversé l'esprit, mais malheureusement, je n'étais pas télépathe bien que posséder un tel don ne m'aurait pas dérangé... quoique, savoir tout ce qui traverses l'esprit de ton interlocuteur pourrait s'avérer déconcertant. D'autant si celui en face de toi est un ami, qui en réalité, à bien du mal à te supporter. Ou un ennemi qui ne peut pas s'empêcher de balancer une vingtaine d'insultes à la minute. Tous savoir sur tous ne doivent pas être si bienfaisant, quand on y pense à deux fois. Laissé une part de mystère sur tous ce qui nous entoure est bien plus intéressant. Je jetais un coup d’œil aux cheveux de ma voisine, tout aussi somptueux.
Elle paraissait intriguée par les arrosoirs automatiques, et levant sa main pour apercevoir quelque chose, elle déclencha sans le vouloir un jet d'eau froide qui vint nous éclabousser toutes deux. Riant en cœur avec ma nouvelle amie, je savourais avec plaisir l'eau froide ruisselant sur mon visage. Cela faisait un bien fou. Cette douche froide dont je rêvais tout à l'heure était simplement parfaite. Après s'être remise de toutes ces émotions, Ele prit de nouveau la parole :

"- Merci pour l'info concernant les lunettes. Oui, si cela ne te dérange pas, j'apprécierais beaucoup que tu m'en prennes une paire, la prochaine fois. Oh bien sûre je te rembourserai, tu n'auras qu'à me dire combien !"

Voilà une bonne idée de cadeau : les lunettes. Bon, c'était loin d'être original, mais si je ne trouvais aucune autre idée, je me contenterais de celle-ci. Mais, qui sait, un éclair de génie allait peut-être faire son apparition ! Dans tous les cas, j'espérais qu'elle n'allait pas refuser mon petit cadeau, sans qu'elle ne me rembourse... Au pire des cas, j'étais très persuasive quand je le voulais...

" - Compte sur moi... tu auras tes lunettes après les vacances d'Halloween, promis !" déclarais-je avec un clin d'oeil.

Il se pourrait même qu'elle les ait avant. Il me suffisait de supplier ma mère d'y passer, elle qui travaillait au Ministère de la magie à Londres. Acheter la paire de lunettes ne lui prendraient qu'une vingtaine de minutes tout au plus. Un petit détour avant de se rendre à son travail. Je passerais à la volière demain pour le lui demander dans une lettre. Je suis certaine qu'elle allait accepter, mais ne voulant pas donner de faux espoirs à mon amie, je ne lui disais rien pour le moment.

"- Je t'ai beaucoup monopolisé la parole ces dernières minutes. Je t'en pries, pose moi toutes les questions qui te viennent à l'esprit, où ce que tu voudrais savoir, ou simplement parle moi de toi ! "

Sur ces paroles, Ele s'appuya contre le tronc de l'arbre, et étendit ses jambes. Je lui lançais un sourire, avant de rechercher une question intelligente à lui poser. Tout d'abord, la question sur son magnifique sac allait venir sur le tapis, sans aucun doute. Ensuite, la signification de son prénom. Il m'intriguait, mais j'étais persuadée qu'il s'agissait du langage elfique. Mais, ne l'ayant que peut étudier, je n'avais aucune idée de la réelle signification. Hum... je pourrais tout simplement lui parler de moi comme elle l'avait proposée... Définir mon caractère ne me dérangeait pas.

" - Te parler de moi... Hum, en résumé, niveau caractère, je suis très protectrice envers mes proches, et je peux donc être une vraie peste avec ceux qui veulent leur faire du mal. Je suis impulsive, le pire point de ma personnalité si tu veux tout savoir. Et, en ce qui concerne les cours, je dois avouer que je me débrouille plutôt bien, sans me vanter. Je suppose que tu te défends plus que bien ce point également. Et, je suis bien évidemment, une curieuse dans l'âme, et depuis tout à l'heure, je suis réellement intriguée par ton sac qui change de couleurs... Je pensais d'abord qu'il possédait les mêmes caractéristiques qu'un rappel tout... je me trompe ? "

Et voilà, j'étais parti dans mon speech comme j'en avais l'habitude. J'étais plus que bavarde, et me laissait libre cours à la parole était une mauvaise idée. Quand je commençais à parler, j'étais une véritable fusée qui ne parvenait jamais à ralentir la cadence. Mais, pour éviter de lui faire peur, je m'arrêtais là, attendant qu'elle me réponde avec sur le bout de la langue une bonne centaine de questions qui attendaient toutes le feu vert pour débarquer...

- - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Elle lui a appris à vivre. Il lui a appris à aimer.

“The moment I saw you, I knew it’d be the closest, I’d get to being... Close. I didn’t know what to do with that feeling. Happiness. ”✰ heartless love.
Revenir en haut Aller en bas
Elerinna R. Surion

6EME ANNEE ATTRAPEUR

∞ 6EME ANNEE ATTRAPEUR
Elerinna R. Surion


▌Messages : 220
▌Âge réel : 25/11/1996
▌Âge du perso : 22
▌Avatar : Victoria Justice
▌Année à Poudlard : 6e année


Feuille de personnage
▌Pureté du sang: Mêlé
▌Gallions : 104

[Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby] _
MessageSujet: Re: [Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby]   [Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby] Icon_minitimeMar 02 Juil 2013, 21:11

Pendant un instant, Elerinna sentait qu'elle était en train de perdre la jeune fille qui se tenait à ses côtés. Elle était pensive, et fixait longuement la fleur de Lys. Ensuite, la jeune Gryffondor releva ses lunettes qui furent ensuite déposées délicatement sur sa longue chevelure. Elle avait un air fier qui lui allait comme un gant. Quand Elerinna vit ses yeux, elle les trouva magnifiques. Non pas qu'ils aient des couleurs étranges, ou particulièrement attirantes, mais elle avait un regard pénétrant, rempli d'émotions, de sentiments. Après tout, les yeux sont le miroir de l'âme. Chez la jeune fille, c'était frappant. On y voyait encore beaucoup d'étoiles du au cadeau que lui avait fait la jeune Serdaigle.
Elerinna espérait sincèrement que son sortilège de protection dure. En effet, elle n'est qu'en sixième année, et généralement, ces sortilèges, s'ils n'ont pas l'habitude d'être lancé, ont tendance à s'effriter avec le temps. Mais ici, Elerinna l'utilisait souvent, sa maman lui avait montré ce sort dés qu'elle fut en âge de tenir une baguette. C'était un sort très laborieux pour une petite fille, mais à force de s'entraîner, elle finit par le maîtriser deux ans à l'avance, ce qui fit d'ailleurs beaucoup de jaloux, et qui entraîna une véritable admiration de la part du professeur Flitwick. Quoi qu'il en soit, si la fleur allait défier le temps, les jeunes filles ne seraient plus là pour le voir.

Elerinna était plus que ravie d'avoir rencontré Ruby. Elles allaient devenir très amie, elle le sentait. D'ailleurs, c'était la première fois qu'Ele avait envie de raconter l'histoire de son pendentif à quelqu'un. Elle se demandait tout de même les questions qu'allait lui poser Ruby. Après tout, des questions, il y en a des milliers. Et des choses à dire sur soi aussi. La jeune Serdaigle se demandait alors ce qu'elle pourrait bien dire sur elle... Il y a pas mal de points négatifs à son sujet, et elle a un peu peur que Ruby en soit dégoutée... Que son image de la petite Serdaigle toute gentille, qui ne fait pas de bêtise, rien, soit brisée...
Ruby sortit Elerinna de ses pensées qui fusaient à une vitesse folle dans sa tête, en disant calmement :


- Compte sur moi... tu auras tes lunettes après les vacances d'Halloween, promis !

La jeune batteuse des Gryffondor lui avait à nouveau adressé un petit clin d'oeil après cette parole. D'ailleurs, Elerinna était tellement contente qu'elle aurait voulu courir, sauter dans le parc, comme un enfant de cinq ans à qui on promet un jouet. Mais elle se contenta de faire un beau sourire à la jeune fille qui se trouvait en face d'elle. Elerinna la trouvait vraiment gentille. En plus de cela, le fait qu'elle accepte de lui rapporter ces lunettes faisait chaud au petit coeur de l'attrapeuse.
Elerinna regardait attentivement Ruby. Elle aussi s'était installée de manière à être bien contre le tronc. La petite douche froide des arrosoirs leur avait fait du bien, et elles ne s'étaient d'ailleurs pas essuyées. Elles préféraient laisser sécher à la chaleur du soleil. Du moins, c'était ce qu'Ele supposait étant donné que l'autre jeune fille n'avait pas essuyé quoi que ce soit non plus.
Après quelques secondes de réfléxion, la jeune Serdaigle avait décidé de ne rien répondre concernant les lunettes. Elle hocha simplement la tête, geste qui signifiait beaucoup de choses. Pourquoi s'éterniser la dessus, alors qu'il y avait encore tant de choses à dire ?
Ruby avait compris, et enchaîna alors la discution.


- Te parler de moi... Hum, en résumé, niveau caractère, je suis très protectrice envers mes proches, et je peux donc être une vraie peste avec ceux qui veulent leur faire du mal. Je suis impulsive, le pire point de ma personnalité si tu veux tout savoir. Et, en ce qui concerne les cours, je dois avouer que je me débrouille plutôt bien, sans me vanter. Je suppose que tu te défends plus que bien ce point également. Et, je suis bien évidemment, une curieuse dans l'âme, et depuis tout à l'heure, je suis réellement intriguée par ton sac qui change de couleurs... Je pensais d'abord qu'il possédait les mêmes caractéristiques qu'un rappel tout... je me trompe ?

Ainsi donc la jeune fille était également très protectrice envers ses proches. Cela faisait déjà un premier point commun. Ensuite, ayant écouté la jeune Gryffondor attentivement, Elerinna découvrit qu'elle était très impulsive, et que c'était d'ailleurs son plus gros défaut, si elle avait bien compris. La jeune Gryffondor lui expliqua très brèvement, sans se vanter, qu'elle était plutôt bonne en cours. Elle fit d'ailleurs une remarque habituelle concernant la Serdaigle. Enfin pas nécessairement Elerinna en elle même, mais les Serdaigles en général. Il est vrai qu'ils sont plutôt reconnu pour leur ardeur de travail. Les élèves se trouvant d'ailleurs dans cette maison sont généralement plus travailleur que les autres. Ruby était apparemment une fille curieuse. Elerinna ne put s'empêcher d'étouffer un petit gloussement, car après tout, toutes les filles ne sont elles pas curieuse ? Et puis enfin vint sa première question... Question qui concernait ... Son sac à dos ! Un sujet de conversation qui est bien souvent abordé. Seulement ici, la jeune fille rouge et or avait deviné son utilité : Il agissait comme un rappel tout. Elerinna trouve d'ailleurs un sac bien plus pratique qu'une boule qui fait de la fumée. Après tout, si on oublie la boule de verre, qu'est ce qui nous rappellera qu'on a oublié quelque chose ? Hors, un sac à dos, on l'utilise pour transporter des choses, et c'est ce qui est particulièrement intéressant.
Elerinna s'apprêta à lui répondre, replia les jambes, et déposa ses bras dessus. Elle réfléchissait à la manière de formuler cela. Elle allait bien sûre faire un roman sur elle, mais elle hésitait. Soit elle mettait en évidence leurs points communs à cet instant précis, ou alors, elle les laissait découvrir plus tard à la jeune Gryffondor.
Etant une fille impatiente, Elerinna opta pour sa première idée.


- Alors, pour commencer, j'aimerais juste te dire que dans ce que tu viens de me décrire de ton caractère, il y a déjà pas mal de points communs entre nous. Tout d'abord, je suis une fille très protectrice pour les gens que j'aime. Pour les autres par contre, laisse tomber. Je ne suis pas comme qui dirait "impulsive", car appartenir à la maison des Serdaigles m'a appris beaucoup de choses, comme savoir réfléchir à ce qu'on va faire ou dire. Par contre, j'ai le sang chaud, je suis une fille assez colérique par moment. Je peux changer d'humeur en une fraction de seconde, et là n'est que le premier d'une longue liste de défauts me concernant. Ensuite, comme tu l'as deviné, j'ai certaines facilités pour pas mal de cours. En revanche, j'avoue avoir des faiblesses pour les cours d'histoire de la magie et d'étude des moldus... M'enfin bon, on peut pas tout aimer non plus. Tout à l'heure, tu m'as certainement vue étouffer un petit rire quand tu as préciser que tu étais de nature curieuse. Mais rassure toi, moi, et toutes les filles que je connais sont curieuses. Je crois que c'est dans les gênes féminins.

Elerinna sourit à la jeune fille et marqua une courte pause, avant de poursuivre :

- Tu as vu juste pour mon sac à dos. Il me sert de Rappeltout. En fait, à la base c'est un simple sac à dos bleu qui vient d'une boutique de moldu. C'est mon père qui me l'avait ramené. Mes parents et moi avons décidé de l'ensorceler un peu pour qu'il puisse se rendre utile. Ma mère et moi avons toutes les deux penser au rappeltout. On a du expliquer à mon père ce que c'était... Il est un moldu mais il en est un peu gêné... Il fait tout pour se comporter comme un sorcier, alors on lui fait plaisir, ma mère et moi, on fait "comme si". On le comprend, et puis on l'aime tellement qu'on ne pourrait pas lui en vouloir.

Elerinna commençait à parler de sa vie. Elle s'en voulait, elle s'était éloignée du sujet. Elle et elle seule savait que ça arrivait très souvent. Elle en revient souvent à parler d'elle... Ce n'est pas sa faute, elle parle tout le temps. Et puis, il n'y a rien de mal à être fier de sa famille, de sa vie. Pourquoi être honteux d'être un sang-mêlé quand on a un père comme cela ? Il aurait tout fait pour être comme Elerinna et sa mère, et parfois, elles le surprenenaient même avec une fine branche qu'il avait trouvé dans le jardin, a faire un léger mouvement de poignet pour ensuite l'abaisser en prononçant : "Wingardium Leviosa". Le père d'Elerinna lui fait parfois de la peine à s'acharner comme cela, mais d'un autre côté, mieux vaut cela qu'un père qui s'en moque. La jeune Serdaigle pousuit :

- Excuse moi, je me suis éloignée. Donc, oui. Mon sac à dos. Comme je te le disais, c'est mon père qui me l'avait rapporté, et ma mère et moi l'avons enchanté. Mon père a tenu à ce que sa mère - ma grand mère paternelle - brode mes prénoms et mon nom en lettre noires dessus. En plus de cela, fière de moi, elle avait ajouté l'insigne d'un aigle, rappelant donc Serdaigle. Après quelques sortilèges inventés par ma maman et moi, nous avons réussi à faire en sorte que le sac devienne rouge lorsque j'ai oublié d'y insérer quelque chose. C'est assez pratique. Je pense que tu l'as remarqué tout à l'heure.

Elerinna avait indiqué la loge des Serdaigles du doigt, pour rappeler l'endroit précis où son sac avait changé de couleur pour passer du bleu au rouge vif.
Une légère brise fit trembler les feuilles du saule, pour le plus grand plaisir des jeunes filles. Il ne manquait plus que cela pour que cet endroit soit simplement parfait. La jeune Serdaigle avait tellement de choses à dire qu'elle du se contenir pour ne pas en dire de trop.
A présent, elle attendait avec impatience la réponse de la jeune fille, qui allait d'ailleurs ouvrir la bouche dans les secondes qui allaient suivre...


[Hors post : Ma belle, je ne sais pas quand est-ce que je pourrai répondre la prochaine fois, sûrement dans quelques jours, tout au plus. J'en suis vraiment désolée et j'essaierai de vite revenir. Impatiente de te lire prochainement ! Bisous [Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby] 40375]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - -

[Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby] Tumblr_m3j7pivoJs1rv0ybxo1_500

« Elerinna Rosa Surion »

Revenir en haut Aller en bas
Ruby E. Clearwater

ø 6EME ANNEE - BATTEUR

ø 6EME ANNEE - BATTEUR
Ruby E. Clearwater


▌Messages : 411
▌Avatar : Emilia Clarke
▌Année à Poudlard : 6ème année
▌Métier exercé : Simple ambition: devenir auror


Feuille de personnage
▌Pureté du sang: Sang-mêlée
▌Gallions : 131

[Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby] _
MessageSujet: Re: [Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby]   [Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby] Icon_minitimeJeu 04 Juil 2013, 20:19

Il y avait tant de point de ma personnalité que j'avais laissé de côté volontairement, mettant en valeur ceux qui ressortaient le plus dans mes paroles. Si j'avais dû tous les révéler, nous serions encore là dans plus de deux heures. D'autant que lorsque je décris la moindre petite chose, j'éprouve le besoin d'approfondir ma description du mieux que je le peux. Sauf quand il s'agit d'un sujet que je n'apprécie pas, et dont je n'ai ni l'envie, ni le temps d'en parler. Quoi que, il ne m'en vienne pas à l'instant dans l'immédiat. Je suis tellement bavarde que j'ai bien du mal à me souvenir de quel sujet je n'aime pas parler. Peut-être de mes lamentables échecs en matière d'amour... et encore, j'ai déjà abordé ce sujet mainte et mainte fois avec Meal. Alors, de quoi donc ? Je ne serais le dire probablement que lorsque je serais confrontée à la situation elle-même. Et j'espérais qu'elle surviendrait bien assez tôt. J'avais la sainte horreur de ne pas savoir ne serait-ce qu'une seule de mes réactions. Je devais savoir tous sur tout, pour ne pas être surprise. C'était l'une de mes petites règles que je tenais à respecter. Celle-ci était à mes yeux la plus importante. Elle me permettait de ne jamais me retrouver dans une situation gênante. Bien que je me sois déjà retrouvé dans une situation qui n'avait pas ces avantages pour moi. Enfin, cela arrivait à tout le monde, et grâce à mes mille et uns précautions, beaucoup moins à moi.
Je n'avais plus aussi chaud qu'un peu plus tôt, et beaucoup moins que lorsque je me tuais à la tâche sur mon balai, perfectionnant ma technique du mieux que je le pouvais. À cette pensée, je ressentis un frisson. Si mes forces n'étaient pas épuisées, saurait été avec plaisir que j'aurais bondi sur mon balai, ma batte à la main pour effectuer encore une bonne centaine de pirouettes, et de coups sur ce maudit cognard. Je me souvins que j'avais toujours eu un penchant pour ce poste. Batteur. Dès que ma mère m'avait dressé la liste des postes dans une équipe de Quidditch, j'avais tout de suite eu le coup de cœur pour celui-ci. Il était parfait pour moi. J'aimais bouger, voler sur un balai, et surtout me défouler. Ma mère avait tout d'abord été horrifiée lorsque je lui avais révélé mes préférences, m'assurant qu'il fallait des bras musclés, et une force de conviction à toute épreuve pour parvenir à assurer un tel poste. Et, ces deux qualités, je les avais développés du mieux que j'avais pu, m'entrainant chaque jour avec ma mère, et parfois mon père, et ensuite à Poudlard. Je n'avais jamais vraiment réalisé pourquoi j'aimais tant être batteuse. Dans tous les cas, taper, taper et taper dans le cognard mainte et mainte fois me permettaient d'expulser toute la colère qui sommeillait en moi. Je peux tout aussi bien m'imaginer qu'à la place du cognard se trouve la tête de mon ennemi de la journée, ce qui m'évite de décapiter la véritable personne concernée lorsque je la revois. Un bon moyen pour évacuer tous ses problèmes et se libérer de toute pensée, en conclusion.
Elerinna semblait réfléchir à la réponse qu'elle allait donner. Elle replia ses jambes, et déposa ses bras dessus. Quant à moi, j'attendais avec impatiente sa réponse, toujours adossé contre le tronc de l'arbre, profitant des quelques gouttes ruisselant encore sur ma peau, avide de plus de fraicheur. Finalement, après quelques instants de réflexion, Ele se décida enfin à me répondre, me sortant de mes pensées :

"- Alors, pour commencer, j'aimerais juste te dire que dans ce que tu viens de me décrire de ton caractère, il y a déjà pas mal de points communs entre nous. Tout d'abord, je suis une fille très protectrice pour les gens que j'aime. Pour les autres par contre, laisse tomber. Je ne suis pas comme qui dirait "impulsive", car appartenir à la maison des Serdaigles m'a appris beaucoup de choses, comme savoir réfléchir à ce qu'on va faire ou dire. Par contre, j'ai le sang chaud, je suis une fille assez colérique par moment. Je peux changer d'humeur en une fraction de seconde, et là n'est que le premier d'une longue liste de défauts me concernant. Ensuite, comme tu l'as deviné, j'ai certaines facilités pour pas mal de cours. En revanche, j'avoue avoir des faiblesses pour les cours d'histoire de la magie et d'étude des moldus... M'enfin bon, on peut pas tout aimer non plus. Tout à l'heure, tu m'as certainement vue étouffer un petit rire quand tu as préciser que tu étais de nature curieuse. Mais rassure toi, moi, et toutes les filles que je connais sont curieuses. Je crois que c'est dans les gênes féminins. ""

Je ris de sa dernière remarque. Elle avait bien raison sur ce dernier point, la plus grande majorité des filles étaient de nature curieuse, fourrant leur nez un peu partout. Bien entendu, il y avait toujours les cas rares, comme les personnes timides qui n'osaient jamais céder la curiosité qui les rongeait, ou également les filles qui tout simplement, étaient bien trop peureuse pour tenter quoi que soit. Même y songer parvenaient à leur tirer quelques frissonnements. J'étais contente qu'elle se lance à son tour dans une description détaillée de son caractère. J'appréciais toujours de savoir à qui j'avais affaire, et plus que tout, pour se lier d'amitié avec une quelconque personne, il était primordial de la connaître au minimum. Et avec la description qu'elle venait de me servir, j'avais comme le sentiment de connaître la jeune fille depuis toujours. Mais, j'avais tout à fait conscience du fait que ce qu'elle venait de me révéler n'était qu'une description globale. La surface du lac. Sous la surface, si l'on creusait plus profondément, on y trouvait plus d'un secret dissimulé, ainsi qu'une centaine d'autres facettes de sa personnalité. C'était ainsi pour chaque être humain qui foulait le sol. Mais, curieuse comme j'étais, j'allais tout faire pour gratter la surface du mieux que je le pouvais, de façon à la cerner plus profondément. J'étais prête à tous pour me lier d'amitié avec Elle. Nous avions tant de point commun, qu'au fond, je me disais que c'était notre destin de devenir de bonnes amies. Notre caractère global possédait tant de facettes, de passions identiques. C'était tout d'abord ces points-là qui allaient nous rapprocher, puis ensuite, ce serait nos différences qui feraient de nous de véritables amies soudés. Par exemple, Ele venait de déclarer que l'étude des moldus ne lui réussissait pas. Pour moi, cette matière était simplement aussi facile que de mettre un pied devant l'autre. Je pourrais très bien l'aider dans cette matière, et elle dans mon plus grand point faible, la botanique. Une matière que je ne parvenais pas à maîtriser, et dont je ne comprenais ni l'utilité, ni le sens. À quoi bon se préoccuper de plantes, alors qu'un monde comportant tant de merveilles n'attendait que nous ? Par contre, pour l'histoire de la magie, je ne pourrais strictement rien faire pour la Serdaigle. Je dormais à chacun des cours, transporté dans le monde des rêves par la voix plate et semblable à une berceuse du professeur Bins. Je me demandais l'espace d'un instant quels étaient ses innombrables défauts qu'elle ne m'avait pas cité, mais après mure réflexion, je n'avais que faire de ses défauts. Tout ce qui importait, c'était la relation que nous entretenions toutes les deux. Au fond, tout le monde possédait un nombre incalculable de défauts en tous genres. À moins que vous ayez déjà croisé une personne parfaite ? Pas moi, en tout cas. Et parfois, il arrivait que des défauts fassent le charme d'une personne. J'avais déjà eu l'occasion de le constater, à plusieurs reprises. Elerinna me lança un sourire avant de continuer son discours. Et moi qui me pensait bavarde !

"- Tu as vu juste pour mon sac à dos. Il me sert de Rappeltout. En fait, à la base c'est un simple sac à dos bleu qui vient d'une boutique de moldu. C'est mon père qui me l'avait ramené. Mes parents et moi avons décidé de l'ensorceler un peu pour qu'il puisse se rendre utile. Ma mère et moi avons toutes les deux penser au rappeltout. On a du expliquer à mon père ce que c'était... Il est un moldu mais il en est un peu gêné... Il fait tout pour se comporter comme un sorcier, alors on lui fait plaisir, ma mère et moi, on fait "comme si". On le comprend, et puis on l'aime tellement qu'on ne pourrait pas lui en vouloir. "

J'étais ravie d'avoir raison, au sujet du sac à dos. J'adorais déduire des hypothèses qui par la suite s'avéraient justes. Un comportement humain. Qui n'était pas fier d'avoir réussi quoi que ce soit en toute autonomie ? Enfin, il y avait tout de même un tas de choses que l'on faisait dans la vie quotidienne en toute autonomie sans s'en rendre compte. J'aimais bien l'histoire de ce sac. Le bref passage de l'histoire d'Ele qu'elle venait de me compter. C'était bien qu'elle entretienne une si belle relation avec ses parents. Moi-même, j'étais plus que soudé avec mes deux parents, les aimants plus que tout au monde. Alors, je savais très bien comme cette relation était précieuse, unique. Je connaissais des amis qui haïssaient leurs parents ou vice-versa. Avoir des parents sur qui compter, c'est plus qu'important... c'est primordial. Il est d'ailleurs rare qu'un moldu tel que le père d'Ele veuille à ce point-là devenir sorcier. Mon père, lui, se contente de sa simple identité de moldu, tout en acceptant que sa femme et sa fille soient différentes. D'ailleurs, le fait que notre maison soit un véritable repère pour sorcier ne lui fait ni chaud, ni froid. Il sait comme c'est important pour ma mère, comme pour moi de vivre entièrement dans notre élément. Mais, il n'a jamais voulu devenir comme nous. Je me souviens le lui avoir demandé un jour. Il m'avait répondu de sa voix grave : "Je suis bien comme je suis. Je suis moi. Un moldu, comme vous dites. Et je ne veux en rien changer cela. Il faut toujours être fier de ce que l'on est. Souviens-t-en ma petite Ruby. " J'ai comme l'impression qu'il a prononcé ces paroles, depuis des siècles déjà. Ça ne fait que huit ans, tout au plus. Au fond, huit ans, c'est toute une éternité. Avec des yeux pétillant de curiosité, j'attendais qu'Ele continue ses explications. Ce sac me fascinait, sans que je n'en sache la raison. Je possédais un rappel tout, mais sincèrement, il ne m'avait jamais réellement servi. Je n'étais pas tête en l'air, et n'oubliais donc pas grand-chose. De plus, le rappel tout étant petit, j'avais bien du mal à ne pas le perdre, avec tous les objets et vêtements qui s'accumulaient dans ma valise, ou sur ma table de chevet. Et, lorsque l'on oubliait quoi que ce soit, il fallait avoir l'idée de sortir le rappel tout. Que de désavantages! Alors que le sac d'Ele possédait plus d'une utilité. Il se voyait facilement, étant aussi bleu que les couleurs de Serdaigle, et virant au rouge lorsque l'on oublie quoi que ce soit, ce qui ne passe pas inaperçu pas non plus. En somme, l'objet rêvé. Elerinna poursuivit ses explications :

"- Excuse moi, je me suis éloignée. Donc, oui. Mon sac à dos. Comme je te le disais, c'est mon père qui me l'avait rapporté, et ma mère et moi l'avons enchanté. Mon père a tenu à ce que sa mère - ma grand mère paternelle - brode mes prénoms et mon nom en lettre noires dessus. En plus de cela, fière de moi, elle avait ajouté l'insigne d'un aigle, rappelant donc Serdaigle. Après quelques sortilèges inventés par ma maman et moi, nous avons réussi à faire en sorte que le sac devienne rouge lorsque j'ai oublié d'y insérer quelque chose. C'est assez pratique. Je pense que tu l'as remarqué tout à l'heure."


C'était plus qu'intelligent. Il était impossible de douter du fait qu'Elerinna avait sa place à Serdaigle. Ce sac était fascinant. De plus, sa grand-mère avait vraiment réussi le final en brodant le prénom et le nom d'Elerinna en lettre noire. Il était magnifique, et l'insigne ne faisait que rendre le tout des plus magiques. En bref, une invention fantastique. J'adhérais totalement. De toute évidence, Elerinna avait fini ses explications, et c'était à mon tour de parler. J'étais prête à partir sur un monologue, en sachant qu'Ele me comprendrait si je partais dans des discours sans fins. Après tout, elle semblait aussi bavarde que moi. Une légère brise de vent fit frémir les feuilles du saule, venant caresser nos visages avec douceur, nous préservant de cette chaleur étouffante. Comme si le vent m'encourageait, je répondis avec un immense sourire :

- Ton sac est simplement fascinant, et bien plus utile qu'un rappel tout. Il vaut mieux pour toi éviter de te balader face à des vitrines, où tu risques d'attiser les regards des vendeurs qui voudront tous te l'acheter, ou te demander le secret de cette petite merveille... Je suppose que le secret de ce sac est un secret de famille, donc je vais t'éviter de me l'expliquer en ne te posant aucune question à ce sujet. Sauf si ce n'est pas le cas.

Je parlais sur le ton de la plaisanterie, et riais après ma dernière phrase avant de poursuivre :

"- Dans tous les cas, je suis littéralement une grande fan de ton sac... Pour revenir à nos caractères respectifs, c'est vraiment génial que nous ayons autant de points communs. Et, quant à nos différences, si un jour tu as besoin de moi pour l'étude des moldus, il suffit de me le demander, j'adore cette matière et ne rencontre donc aucune difficulté. Par contre, j'ai bien peur que pour l'Histoire de la magie, je ne te sois pas d'une grande aide... Disons que... je dors durant chacun des cours. C'est plus fort que moi, je ne peux pas m'en empêcher. Dès que j'entre dans la salle, je sens mes paupières qui se ferment inévitablement. C'est bien l'un des seuls cours où je m'endors. Heureusement que les manuels sont là pour me fournir les informations que j'ai ratées. On pourrait toujours s'aider mutuellement dans cette matière, lorsque nous nous reverrons... Enfin, comme tu le sens. Pour ma part, la matière qui me réussit le moins, c'est sans nul doute la botanique. J'ai toujours eu un énorme point faible dans cette matière, que je ne suis jamais parvenu à combler. Enfin, on a tous des points faibles, non ?Pour moi, ce sont en majorité ces deux matières."


Je commençais sincèrement à raconter ma vie, mais bon, je l'avais prévenu que je parlais beaucoup. Je ne pouvais rien y faire. J'étais encore prête à continuer mon discours, mais je m'arrêtais là, lui demandant avec un sourire :

" - Comme je t'ai posé une question, à ton tour de m'en poser une. "

- - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Elle lui a appris à vivre. Il lui a appris à aimer.

“The moment I saw you, I knew it’d be the closest, I’d get to being... Close. I didn’t know what to do with that feeling. Happiness. ”✰ heartless love.
Revenir en haut Aller en bas
Elerinna R. Surion

6EME ANNEE ATTRAPEUR

∞ 6EME ANNEE ATTRAPEUR
Elerinna R. Surion


▌Messages : 220
▌Âge réel : 25/11/1996
▌Âge du perso : 22
▌Avatar : Victoria Justice
▌Année à Poudlard : 6e année


Feuille de personnage
▌Pureté du sang: Mêlé
▌Gallions : 104

[Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby] _
MessageSujet: Re: [Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby]   [Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby] Icon_minitimeSam 06 Juil 2013, 09:01

Elerinna s'était concentrée sur ce qu'elle disait, pour ne pas en dire trop. La jeune fille est tellement bavarde qu'elle pourrait se faire un monologue durant des heures à simplement ce qu'on l'écoute. Mais elle savait que pour lier une amitié, il fallait avant tout être attentif à ce que racontais l'autre. Parce que être ami, ce n'est pas simplement rire, s'amuser... C'est parfois aussi pleurer, se prendre la tête, enfin ce n'est tout simplement pas évident. Après tout, qui ne s'est jamais disputé avec un ami ? Le plus important était en fait de pouvoir compter l'un sur l'autre, de pouvoir s'écouter mutuellement, d'être présent dans les bons moments comme dans les mauvais... La jeune Serdaigle n'avait pas vraiment eu l'occasion de développer son sens de l'amitié. Elle le sait, à l'origine, elle se moque beaucoup des gens, et est assez prétencieuse. C'est d'ailleurs pour cela qu'elle pensait rejoindre la maison des Serpentards. Le choixpeau en avait décidé autrement et l'avait envoyé chez les Serdaigles. Travailleurs, réfléchis. Et en y repensant, c'est ce qu'il y avait de mieux. Elle respecte toutes les maisons, mais être envoyée à Serdaigle était particulièrement avantageux. La jeune fille portant la couleur bleu avait été très surprise le jour de la répartition. Mais très heureuse aussi. Enfin, quoi qu'il en soit, l'amitié n'est pas vraiment de mise chez les Serdaigles. Leurs objectifs principaux sont d'avoir de bonnes notes, de travailler dur. La salle commune des Serdaigles est d'ailleurs la plus calme. Alors, quand Ele a envie de sortir, de s'amuser, elle va au trois balais avec quelques amis. Car on ne peut dire, des amis, elle en a. Mais... Sur combien peut elle réellement compter ? Elle sentait que le courant passait partiulièrement bien avec Ruby. La jeune batteuse lui faisait sentir qu'elle était sincère, pas d'hypocrisie dans ce qu'elle disait, pas de moquerie, même si cela ne déplaisait pas tant la jeune attrapeuse. Après tout, elle était certainement la fille de l'école avec le plus de répartie, et elle s'en accomodait très bien.
Comme elle s'y attendait, la jeune Gryffondor lui répondit sans vraiment attendre. C'était spontané comme réponse, et la jeune Serdaigle aimait cela.


- Ton sac est simplement fascinant, et bien plus utile qu'un rappel tout. Il vaut mieux pour toi éviter de te balader face à des vitrines, où tu risques d'attiser les regards des vendeurs qui voudront tous te l'acheter, ou te demander le secret de cette petite merveille... Je suppose que le secret de ce sac est un secret de famille, donc je vais t'éviter de me l'expliquer en ne te posant aucune question à ce sujet. Sauf si ce n'est pas le cas.

Elle avait un ton qui ressemblait à celui de la plaisanterie. Mais malgré cela, elle était encourageante, elle ne forçait en rien la jeune Elerinna à dévoiler son secret de famille, et cette dernière en était d'ailleurs très reconnaissante. Pour toute réponse, Ele lui adressa un sourire ravissant. Elle avait d'ailleurs eu la chance d'avoir un sourire magnifique tout de suite. Que comprendre par "tout de suite" ? He bien, Elerinna n'a jamais du porter d'appareil dentaire. Elle n'a jamais eu de problème de dentition. A part qu'on lui a récemment enlever les dents de sagesse, car sa bouche était trop petite que pour pouvoir les contenir. Cela ne lui avait pas fait mal. Par contre, Elerinna a une peur bleue des aiguilles. Et c'est d'ailleurs pour cela qu'elle n'a pas voulu qu'on l'endorme directement avec l'aiguille. Enfin, comment en était elle venue de parler de son intervention ? Elle n'en savait rien, et elle en sourit.
Son interlocutrice poursuit après avoir respirer un bon coup.


- Dans tous les cas, je suis littéralement une grande fan de ton sac... Pour revenir à nos caractères respectifs, c'est vraiment génial que nous ayons autant de points communs. Et, quant à nos différences, si un jour tu as besoin de moi pour l'étude des moldus, il suffit de me le demander, j'adore cette matière et ne rencontre donc aucune difficulté. Par contre, j'ai bien peur que pour l'Histoire de la magie, je ne te sois pas d'une grande aide... Disons que... je dors durant chacun des cours. C'est plus fort que moi, je ne peux pas m'en empêcher. Dès que j'entre dans la salle, je sens mes paupières qui se ferment inévitablement. C'est bien l'un des seuls cours où je m'endors. Heureusement que les manuels sont là pour me fournir les informations que j'ai ratées. On pourrait toujours s'aider mutuellement dans cette matière, lorsque nous nous reverrons... Enfin, comme tu le sens. Pour ma part, la matière qui me réussit le moins, c'est sans nul doute la botanique. J'ai toujours eu un énorme point faible dans cette matière, que je ne suis jamais parvenu à combler. Enfin, on a tous des points faibles, non ?Pour moi, ce sont en majorité ces deux matières.


Elle avait écouté attentivement la jeune fille qui se trouvait en face d'elle. Ainsi donc, elle avait des problèmes en botanique. Elerinna pouvait le comprendre. Avant d'aimer tout particulièrement le cours de Potion, elle n'appréciait pas tant ce cours non plus. Et pourtant il est tellement utile. Avec toutes ces sortes de plantes, plus rares les unes que les autres, et plus utiles aussi. La jeune fille lui proposa de l'aider en cours d'étude des moldus, et Elerinna trouva cela attentionné et très gentil de sa part. Mais elle avait déjà une amie qui l'aidait pour ce cours. Ashley Campbell, une jeune Poufsouffle qui est particulièrement douée dans ce cours. Non pas que Ruby ne l'était pas, Elerinna n'en doutait pas une seule seconde, après tout, elle avait entendu dire que la jeune fille était aussi Sang mêlé. Cela était il grave d'appartenir à ce type de famille ? Elle ne comprenait pas les gens ayant un dégoût pour ce genre de personne. Des personnes comme elle. De plus, les familles de sang pur commençait à se faire de plus en plus rare. Qu'y avait il de mal à cela ? Autant Elerinna aime beaucoup se moquer des gens, mais pas à ce niveau là. Elle respecte autant les sangs purs que les sangs mêlés ou encore les nés-moldus. Ce qui importait n'était pas la famille à laquelle on appartient, mais ce que valent les sorciers en eux mêmes. Mais tout le monde n'était pas de cet avis, et la jeune Serdaigle trouvait cela bien dommage.
Pour en revenir à ce que disait la jeune fille, Elerinna allait elle même lui proposer de l'aider pour la botanique. Après tout, que pouvait elle y perdre ? Autant mettre ses connaissances à l'avantage d'autres personnes aussi. Elle allait donc ouvrir la bouche, mais Ruby la devança une nouvelle fois.


- Comme je t'ai posé une question, à ton tour de m'en poser une.

La jeune fille lui amenait tout simplement la suite de son récit sur un plateau d'argent. Ce qu'apprécia fortement Elerinna. Alors, une autre question à poser ? Il y en avait tellement. En choisir une parmi tant d'autres était un choix assez difficile qu'il fallait faire en quelques secondes pour ne pas laisser Ruby dans un blanc. Pour avoir le temps d'y réfléchir encore un peu, elle proposa alors à l'autre jeune fille ce qu'elle avait penser quelques secondes plus tôt.


- Il y a déjà une fille - avec qui je lie une certaine amitié également en ce moment - qui m'aide en cours d'étude des moldus. Mais quelques précisions de plus ne me feront pas de mal. Quoi qu'il en soit, je suis entièrement à ta disposition en ce qui concerne le cours de Botanique. Si tu as besoin d'un coup de main, je ne suis généralement pas difficile à trouver. Je suis souvent sur terrain de Quidditch, ou dans la salle commune des Serdaigles... Mais en fait, en y repensant, je suis aussi beaucoup à la bibliothèque, fais des escapades nocturnes dans la forêt interdite, vais faire un tour à Pré-au-lard....

La jeune Serdaigle marqua une pause. Elle pensait à voix haute, et s'en était rendue compte trop tard... Beaucoup trop tard... Elle avait donc citer le "escapades nocturnes dans la forêt"... Chose qu'elle n'aurait jamais du faire. Elle espérait alors de toutes ses forces que la jeune fille l'écoutant n'y prête pas attention, ou au moins qu'elle ne s'enfuie pas le dire à un des nombreux professeurs se baladant dans la château. L'air de rien, elle continua :

- En fait, non... Je suis pas facilement repérable. Mais il y a toujours moyen de me trouver en journée. C'est surtout les weekends que je m'en vais. Sinon je reste dans l'enceinte du château, à travailler... Ou à être méchante. Oui, je suis parfois méchante et tu le découvriras assez tôt. Je ne peux m'empêcher de me moquer de certaines personnes, c'est plus fort que moi. Enfin bon. Une question à te poser ? J'en ai bien plus qu'une. J'en ai énormément en fait. Mais commençons par la question commune, à laquelle tu t'attendais sûrement, enfin... Si j'arrive à me contenter d'une seule question.

Elerinna marqua une très courte pause, respira profondément pour reprendre de plus belle :

- D'où te viens cette passion pour le Quidditch ? Enfin, surtout l'envie d'être batteuse ? C'est peu commun pour une fille. D'autant plus que c'est assez dangereux...

Disant ce dernier mot, elle regarda justement la jeune fille à qui elle s'adressait avec un regard interrogateur. Il arrivait parfois qu'elle se pose des questions plus personnelles qu'elle ne l'imaginerait. Mais au final, dans ce cas ce n'était pas désapproprié. Les deux jeunes filles font partie de leur équipe respective de Quidditch, alors, comment ne pas aborder ce sujet ?

Elerinna recommençait peu à peu à avoir trop chaud. Regardant Ruby, elle lui fit un signe de tête en direction des jets d'eau - pour lui demander si elle voulait qu'elle fasse un geste pour l'enclencher - et la jeune Gryffy lui fit un signe de tête approbateur. Visiblement, elle en avait envie aussi, ne fusse que pour la légerté des gouttes qui glissaient délicatement le long de la peau des jeunes filles...

- - - - - - - - - - - - - - - - - - -

[Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby] Tumblr_m3j7pivoJs1rv0ybxo1_500

« Elerinna Rosa Surion »

Revenir en haut Aller en bas
Ruby E. Clearwater

ø 6EME ANNEE - BATTEUR

ø 6EME ANNEE - BATTEUR
Ruby E. Clearwater


▌Messages : 411
▌Avatar : Emilia Clarke
▌Année à Poudlard : 6ème année
▌Métier exercé : Simple ambition: devenir auror


Feuille de personnage
▌Pureté du sang: Sang-mêlée
▌Gallions : 131

[Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby] _
MessageSujet: Re: [Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby]   [Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby] Icon_minitimeLun 08 Juil 2013, 15:14

Je venais de laisser libre cours à la parole à Elerinna, ce qui ne sembla pas lui déplaire. Je brûlais pourtant de l'envie de parler, parler et encore parler à n'en point finir, jusqu'à ce que les muscles de ma mâchoire tombent de fatigue, et que la salive me manque. Mais, j'avais appris bien assez tôt qu'il valait mieux ne pas avoir la langue trop pendue, du moins, avec de nouvelles rencontres. Généralement, beaucoup ne supportaient pas de ne pas pouvoir glisser un seul mot dans une conversation, emportés par le flot de paroles déversé par son interlocuteur. Ma mère me l'avait mainte et mainte fois répété, alors que quelques invités se trouvaient dans notre demeure. Dès que je rencontrais une nouvelle personne, n'ayant à l'époque par pour habitude de converser avec d'autres sorciers que mes parents, et Meàllan, habitant dans un coin perdu au milieu de nulle part avec pour seul voisin des moldus dont le fils devint mon seul et unique meilleur ami, à présent à Poudlard, je ne pouvais retenir les mots qui sortaient de ma bouche telle une tempête indomptable que seule ma mère parvenait à stopper d'un regard menaçant. Elle m'avait donc appris l'art de doser la parole, pour laisser son interlocuteur faire de même. Et ainsi se déroulait une conversation. Comme en cet instant. J'attendais d'ailleurs qu'Ele me réponde, me demandant ce qu'elle pourrait bien me poser comme interrogation. Plusieurs idées me venaient à l'esprit, mais je les chassais de mes pensées, préférant entendre clairement la réponse d'Elle sans hypothèse se baladant dans ma tête. Dans tous les cas, j'avais compris qu'elle ne me dévoilerait pas le secret de recette de ce fabuleux sac, permettant à son utilisateur de ne jamais rien oublier en plus de pouvoir porter quelques objets bien utiles. Son sourire radieux traduisant ce message. J'aurais pourtant adoré en connaître le secret, pour avoir la chance d'en confectionner un, mais je comprenais tout à fait le fait qu'elle ne voulait pas me le confier. Un secret demeure un secret, et il est d'autant plus précieux lorsque la famille est concernée. Ainsi, ce secret de fabrication se transmettrait de génération en génération dans le plus grand secret. Un bel objet familial. Dans ma famille, nous n'avions que peu d'objets qui se transmettaient. Il y avait la bague de fiançailles que mon arrière-grand-mère avait portée, le recevant de sa mère qui elle le recevait de la sienne, et ainsi de suite. Normalement, elle me revenait de droit le jour de mon mariage. Encore fallait-il que je déniche un mari qui supporte mon caractère impulsif et peu facile. Dur. Il y avait également la fleur de Lys qui brillait entre mes mains que je comptais conserver jusqu'à ma mort, pour la léguer à mes futurs enfants si mon destin était d'en avoir. Ma mère serait certainement ravie de cette nouvelle, elle qui raffolait des héritages familiaux. À ma connaissance, il n'y avait que cette bague. Du côté de la famille moldu de mon père, ce dernier m'avait promis qu'à sa mort, je recevrais une boussole rouillée et poussiéreuse qui se transmettait dans sa famille depuis la nuit des temps. Sincèrement, si elle ne me revenait pas, je ne pleurerais pas la perte de cet héritage ancestrale, mais mon père tenait à ce que je le conserve, et je ne comptais pas faillir à la promesse que je lui avais faite il y a de cela plus de cinq ans. En somme, j'allais devoir conserver cette boussole, ce qui n'était pas trop demandé. Il me suffisait de le placer dans un tiroir jusqu'à ma mort, et par la suite, il reviendrait à mes descendants. Si la boussole ne tombait pas en poussière d'ici là... Elerinna combla le silence qui s'était installé entre nous, parlant enfin après une longue minute de réflexion :

"- Il y a déjà une fille - avec qui je lie une certaine amitié également en ce moment - qui m'aide en cours d'étude des moldus. Mais quelques précisions de plus ne me feront pas de mal. Quoi qu'il en soit, je suis entièrement à ta disposition en ce qui concerne le cours de Botanique. Si tu as besoin d'un coup de main, je ne suis généralement pas difficile à trouver. Je suis souvent sur terrain de Quidditch, ou dans la salle commune des Serdaigles... Mais en fait, en y repensant, je suis aussi beaucoup à la bibliothèque, fais des escapades nocturnes dans la forêt interdite, vais faire un tour à Pré-au-lard.... "

Elerinna sembla surprise de ses dernières paroles, ayant probablement laissé échapper une information qu'elle avait peur que je n'aille répéter. Cependant, j'étais loin d'être ce genre de fille feignant la perfection qui s'empresserait d'aller rapporter de telles informations. D'autant que si je le faisais, cela ferait de moi la reine des hypocrites. Je m'étais rendu plus d'une fois dans la forêt interdite de nuit, raffolant des sueurs froides et des sensations fortes auxquelles j'avais droit au sein de la forêt, grâce à toutes les sombres créatures rodant dans cette forêt qui en est infestée, je suis bien placé pour le savoir. L'on ne peut pas faire un pas entre ses arbres sans se faire attaquer par une ou deux créatures répugnantes n'ayant en tête pour seule idée de faire de vous son prochain repas. Mais, si la discrétion est votre fort, il est aisé de tenir plus d'une heure sans en rencontrer une seule. J'ai perfectionné ce point en six longues années, quoique, la première année, j'aie bien eu du mal à m'y glisser sans défaillir. À présent, je suis une habituée, et j'aime m'y rendre pour savourer un instant de solitude, ou pour vivre quelques sensations fortes pour changer du quotidien qui peut s'avérer lassant à la longue. Elle ne savait pas cela, et je comptais bien la rassurer sur ce point. À la vue de son regard affolé lorsque les mots lui avaient échappé, je devinais facilement qu'elle avait tout sauf envie d'être renvoyé pour une parole de trop. Si bien qu'elle s'empressa de continuer sa réponse, espérant que les mots qui lui avaient échappé se perdraient dans la foule des phrases qui allaient suivre, et que je n'y prêtes pas attention. Cependant, plus attentive que moi, il était rare d'en trouver aux quatre coins des rues, aussi il ne m'était jamais arrivé de perdre la moindre syllabe prononcé par qui que ce soit. Sauf lors de rares occasions...

"- En fait, non... Je suis pas facilement repérable. Mais il y a toujours moyen de me trouver en journée. C'est surtout les weekends que je m'en vais. Sinon je reste dans l'enceinte du château, à travailler... Ou à être méchante. Oui, je suis parfois méchante et tu le découvriras assez tôt. Je ne peux m'empêcher de me moquer de certaines personnes, c'est plus fort que moi. Enfin bon. Une question à te poser ? J'en ai bien plus qu'une. J'en ai énormément en fait. Mais commençons par la question commune, à laquelle tu t'attendais sûrement, enfin... Si j'arrive à me contenter d'une seule question. D'où te viens cette passion pour le Quidditch ? Enfin, surtout l'envie d'être batteuse ? C'est peu commun pour une fille. D'autant plus que c'est assez dangereux..."
Elle s'était plus ou moins bien rattrapé, et si une personne moins attentive aurait été présente, elle n'aurait absolument rien remarqué de ces pensées dites à voix hautes. Son air innocent m'arracha un petit rictus amusé, alors qu'elle attendait ma réaction. Je me demandais l'espace d'une seconde ce qu'elle aurait fait si je m'étais hissé sur mes jambes, et que je serais allé dévoiler au premier professeur dans le coin les petites escapades nocturnes de la Serdaigle... Qui sait... Je ne pouvais pas savoir étant donné que je ne comptais pas faire une telle chose . Sa sincérité sur ses défauts m'épata, peu de personnes auraient eu le courage de les dévoiler au grand jour, ayant peur de mon jugement. Mais, fort heureusement, je ne jugeais pas ce que je ne voyais pas de mes propres yeux. De plus, nous possédions tous des défauts et si tels étaient les siens, j'étais capable de les accepter. Je possédais également une quantité de défaut, tous peu honorables. Mais, personne n'était parfait, c'était un fait. Et, refuser une amitié avec une personne aussi extraordinaire qu'Ele pour deux ou trois défauts aurait été l'acte le plus stupide que je n'aurais jamais fait de ma vie. Si je n'acceptais que les personnes feignant la perfection, n'ayant jamais commis la moindre entorse aux règlements ou ne s'étant jamais montré méchant en public, je n'aurais que peu d'amis, si ce n'est zéro. Alors, loin de moi l'idée de prendre mes jambes à mon cou pour si peu. Je lui lançais d'ailleurs un ravissant sourire, prête à répondre à sa question dans la seconde. La Quidditch & moi c'était une longue histoire, et expliquait mes motivations ne me prendraient pas plus d'un centième de seconde de réflexion.

" - Je m'en souviendrais si je te cherches un de ces quatre. Et ne t'inquiète pas pour les mots qui t'ont échappé au sujet de la forêt interdite, il ne me prendra jamais l'idée d'aller te dénoncer étant donnée que j'apprécie également les promenades nocturnes dans cette charmante forêt. Alors, alors, pour répondre à ta question, je suis une passionnée du quidditch depuis que ma mère m'a enseigné tout ce qu'il était bon à savoir sur ce sport. Elle m'a par la suite confié un balai de Quidditch, et dès l'instant où j'ai tenté ma chance, j'ai su que j'étais faites pour ce sport. Voler sur un balai était tout simplement l'une des sensations les plus magiques que je n'ai jamais vécue. En ce qui concerne mon choix pour le poste de batteur, j'ai tout à fait conscience qu'il est rare d'y voir une fille, mais sincèrement, c'est le seul et unique poste dans une équipe de quidditch qui m'est attirée. Il est un excellent exutoire pour toutes les pensées, sensations et émotions qui me traversent, et le meilleur moyen de me défouler en y sacrifiant toutes mes forces. Depuis toute petite, je m'entraine une batte à la main, alors je me suis senti obligé de me montrer aux sélections en tant que batteuse. J'ai toujours eu un don pour frapper dans telle ou telle chose, notamment sur le cognard qui est loin d'être très aimable, si bien que je n'ai aucun remords lorsque je l'expulse à l'autre bout du terrain. Tout au contraire, j’éprouve un malin plaisir à lui mener la vie dure. Et le côté dangereux de ce poste ne m'a jamais effrayé. J'ai assez confiance en moi pour savoir que je ne raterais jamais mon coup, mes entrainements existant pour me l'assurer. "  

Je venais de lui confier la raison de ma passion pour le quidditch, détaillant du mieux que je le put. J'aurais bien continué mes explications en détaillant encore de nombreuses pensées qui me traversaient lorsque je volais sur un balai, une batte à la main, mais j'avais tous sauf envie qu'elle ne s’endorme. L'eau qui étincelait sur ma peau un peu plus tôt s'était totalement évaporé, si bien que je lorsqu'Elle me proposa de nous arroser à nouveau grâce aux arrosages automatiques, je ne me le fis pas prier et hochais la tête en signe d'affirmation. Elle passa sa main devant les arrosages automatiques, et l'eau jaillit venant nous éclabousser. L'eau ruissela sur ma peau, pour lu grand plaisir. Cette fraicheur était simplement vivifiante au plus haut point! La chaleur s'absentait enfin, mais malheureusement, seulement pour quelques minutes tout au plus.

" - Et toi, dis-moi les raisons de ta passion pour la Quidditch et pourquoi tu as choisi en particulier le poste d'attrapeur."demandais-je en un sourire.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Elle lui a appris à vivre. Il lui a appris à aimer.

“The moment I saw you, I knew it’d be the closest, I’d get to being... Close. I didn’t know what to do with that feeling. Happiness. ”✰ heartless love.
Revenir en haut Aller en bas
Elerinna R. Surion

6EME ANNEE ATTRAPEUR

∞ 6EME ANNEE ATTRAPEUR
Elerinna R. Surion


▌Messages : 220
▌Âge réel : 25/11/1996
▌Âge du perso : 22
▌Avatar : Victoria Justice
▌Année à Poudlard : 6e année


Feuille de personnage
▌Pureté du sang: Mêlé
▌Gallions : 104

[Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby] _
MessageSujet: Re: [Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby]   [Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby] Icon_minitimeMar 09 Juil 2013, 12:33

Elerinna avait détecté un petit rictus de la part de la jeune Gryffondor lorsque la Serdaigle avait continué son récit comme si elle n'avait rien laissé échappé. En même temps, il était vrai que lorsque Elerinna essayait de passer à autre chose, elle avait un petit air innoncent bien sympathique. Elle se dit alors que c'est cela qui a amusé la jeune batteuse. Cela lui rappela le jour de son 5e anniversaire. Un jour totalement catastrophique, mais en même temps tellement amusant... Elerinna était en train de déballer un des nombreux cadeaux qu'elle avait reçu. Le papier cadeau était de couleur rose bonbon, et la petite fille avait juste envie de l'arracher pour découvrir le cadeau. C'était un gros cadeau qui était d'ailleurs plus gros qu'elle. Elle se demandait ce que c'était à chaque seconde qu'elle passait à l'ouvrir. Une fois ouvert, le cadeau était bien visible. C'était un énorme nounours qui avait un noeud papillon rouge autour du cou. Quand elle le vit, ses yeux s'émerveillèrent, elle était au pays des rêves. Le nounours était plus grand qu'elle, et elle l'avait appelé Monsieur Moon. Pourquoi ? Parce que son nez ressemblait à une lune. Il était tout rond, et Elerinna trouvait cela bizarre pour un ours. Quand elle regarda sa mère, avec un grand sourire aux lèvres, elle lui dit un grand merci, se leva de sa chaise et sauta dans ses bras. Ce qui fit d'ailleurs casser la chaise sur laquelle sa mère était assise. Heureusement, personne n'a rien eu. Elerinna avait, à ce moment précis, regardé sa mère avec ce même air innoncent. Tout le monde éclata de rire. Son arrière grand père en avait le souffle coupé, son père en avait mal au ventre et sa maman les larmes aux yeux. Sa grand mère, aussi maladroite que sa petite fille, avait tappé du poing sur la table tant elle riait... Enfin, sur la table disons, plutôt sur le gâteau... Enfin bref, un bien courte histoire mais qui est restée bien présente dans les souvenirs d'Elerinna. Cette dernière était sûre que si elle partageait ce souvenir avec la jeune Gryffy, elle éclaterait de rire. A cette idée, la jeune Serdaigle laissa échapper un petit rire. Elle se promit d'expliquer cette histoire un jour à la jeune fille qui se tenait à côté d'elle.

L'eau qui jaillissait des arrosoirs automatiques étaient fraîche, et cela faisait un bien fou aux deux jeunes filles. Ce qui étonnait Elerinna, c'est que le jet était bien plus puissant et dense que le précédent. Apparemment, quelqu'un avait réglé différemment l'arrosoir, alors que personne n'était passé par là. Quoi qu'il en soit, cela était très agréable. Elerinna avait les épaules qui luisaient grâce aux gouttes d'eau qui s'y étaient déposées.

Le paysage était véritablement magnifique. Le soleil brillait dans le ciel d'un bleu océan. Les feuilles des arbres viraient du vert au jaune, rouge, orange... Quelques oiseaux se faisaient entendre par leurs petits chants joyeux.. Tchip tchip... Voila à quoi pensait Elerinna... A tellement de choses qu'au final, elle s'y perdait...   

Elle retrouva ses esprits quand Ruby reprit la parole :


- Je m'en souviendrais si je te cherches un de ces quatre. Et ne t'inquiète pas pour les mots qui t'ont échappé au sujet de la forêt interdite, il ne me prendra jamais l'idée d'aller te dénoncer étant donnée que j'apprécie également les promenades nocturnes dans cette charmante forêt. Alors, alors, pour répondre à ta question, je suis une passionnée du quidditch depuis que ma mère m'a enseigné tout ce qu'il était bon à savoir sur ce sport. Elle m'a par la suite confié un balai de Quidditch, et dès l'instant où j'ai tenté ma chance, j'ai su que j'étais faites pour ce sport. Voler sur un balai était tout simplement l'une des sensations les plus magiques que je n'ai jamais vécue. En ce qui concerne mon choix pour le poste de batteur, j'ai tout à fait conscience qu'il est rare d'y voir une fille, mais sincèrement, c'est le seul et unique poste dans une équipe de quidditch qui m'est attirée. Il est un excellent exutoire pour toutes les pensées, sensations et émotions qui me traversent, et le meilleur moyen de me défouler en y sacrifiant toutes mes forces. Depuis toute petite, je m'entraine une batte à la main, alors je me suis senti obligé de me montrer aux sélections en tant que batteuse. J'ai toujours eu un don pour frapper dans telle ou telle chose, notamment sur le cognard qui est loin d'être très aimable, si bien que je n'ai aucun remords lorsque je l'expulse à l'autre bout du terrain. Tout au contraire, j’éprouve un malin plaisir à lui mener la vie dure. Et le côté dangereux de ce poste ne m'a jamais effrayé. J'ai assez confiance en moi pour savoir que je ne raterais jamais mon coup, mes entrainements existant pour me l'assurer.

Ruby avait détaillé sa passion pour le Quidditch - mais surtout pour le poste de batteuse - le plus précisément qu'elle le pouvait. D'ailleurs, Elerinna anticipa alors la suite, ça allait sûrement être à son tour de détailler la sienne. C'était dans le courant de la conversation, et cela devait se faire de toute façon. Il y avait tellement de choses à dire, mais il fallait qu'Ele pèse ses mots. Il ne fallait pas qu'elle se perdent dans ses explications, qu'elle dérive sur un autre sujet... Il fallait absolument qu'elle laisse la parole à son interlocutrice, sinon la conversation n'aurait pas lieu. Quelques secondes après sa première prise de parole, Ruby enchaîna :


- Et toi, dis-moi les raisons de ta passion pour la Quidditch et pourquoi tu as choisi en particulier le poste d'attrapeur.

La jeune batteuse avait posé sa question en souriant. C'est d'ailleurs en voyant ce beau sourire qu'Elerinna réalisa la première partie de la réponse de Ruby. Ainsi donc, elle aussi aimait aller dans la forêt interdite. Cela faisait un point commun en plus. Elerinna était ravie qu'elle n'aille pas la dénoncer. Elle avait réellement peur qu'elle le fasse, mais dans ce cas, alors les deux jeunes filles seraient devenues ennemies en moins de temps qu'il ne faut pour le dire. Mais comment ne pas s'entendre avec une fille comme celle là ? Elle était gentille, attentionnée, drôle... Tout ce qu'apprécie Elerinna chez une personne...

La forêt interdite est très vaste et d'ailleurs, très dangereuse. Beaucoup d'élèves de première année essaient de s'y aventurer pour se donner "un genre"... Ou plutôt pour s'attirer des ennuis... Mais Elerinna ne dirait rien à ce sujet, car elle aussi faisait beaucoup de bêtises en première. Et encore maintenant en y repensant... Récemment, elle a été observé des oiseaux très étranges dans la forêt. Ils avaient un bec noir et un corps blanc. Ils ne ressemblaient en rien à un pigeon, mais plutôt à un mini flamand rose qui se tenait à l'envers sur une branche de Chêne. Ou alors l'a t-elle imaginé ? Elle était fatiguée et ne pouvait dire si cet oiseau éxistait. Elle en a fait un dessin dans son bloc note, mais n'a osé le montrer à personne. Après tout, si quelqu'un savait qu'elle s'aventurait dans la forêt, et en plus en pleine nuit, cela lui créerait encore plus de problème. De plus, si cet oiseau s'avérait ne pas exister, elle se ferait passer pour folle, et perdrait pas mal d'estime d'elle même...

Se reconcentra sur la question de Ruby, Elerinna réfléchît. Il ne lui fallait pas longtemps pour savoir ce qu'elle allait répondre. C'est sa passion depuis des années, depuis dix ans... Dix ans qu'elle se sent sur un balais aussi bien que sur un canapé. Dix ans qu'elle se bat tous les jours pour être la meilleure. Depuis tout ce temps, son rêve était de devenir attrapeuse, et elle y est arrivée. Aujourd'hui, elle est en sixième année. Il lui reste donc cette année et celle d'après pour profiter pleinement de son poste. Enfin, si elle était retenue l'année d'après. Il le fallait. Elerinna est une jeune fille absolument remarquable en ce domaine. Autant elle peut exceller en cours de Soins aux créatures magiques, en potions, mais alors là en vol, il n'y a rien de mieux. En plus, avec le nouveau professeur qui l'a prise sous son aile, elle ne peut qu'encore s'améliorer. La coupe des quatre maisons était pour les Serdaigles cette année. Il le fallait.


- C'est ma mère qui m'a initiée au vol. J'avais six ans en fait. Depuis cet âge, il n'y a pas un seul jour où je n'ai utilisé mon balais. Pour être plus précise, ma mère ne m'a jamais fait découvrir les autres postes, juste celui d'attrapeur. J'en suis tombée littéralement amoureuse. Je m'y suis entraînée, ce qui, au départ, déplaisait un peu à mes parents. Ils étaient très inquiets car je réalisais beaucoup de fantaisie. Je faisais des pirouettes, et commençais à me lever sur mon balais. Tout ça bien sûre pas trop haut. J'habite un petit village avec beaucoup de moldus, et il aurait été mal vu de me faire repérer. Au bout d'a peine un an, j'étais meilleure qu'eux. Enfin, que ma mère bien sûre. Mon père fait semblant. J'ai découvert les autres postes il y a six ans, à ma rentrée à Poudlard. J'ai d'ailleurs été outrée par le poste de batteur. A chaque fois, j'ai peur qu'il se fasse décapiter par le cognard. Et puis, le vif d'or est une petite balle qui me ressemble. Elle est discrète, farouche, Elerinna sourit, et ajouta : et puis aussi toute mignonne. Quoi qu'il en soit, ce poste a toujours été fait pour moi. J'aimerais, à la fin de ma scolarité à Poudlard, continuer le Quidditch. Mais juste en tant que Hobby, comme une passion. Je ne sais pas encore ce que je ferai par après, donc inutile de me poser la question, je ne saurai y répondre.
Je m'éloigne encore... Enfin... Quand je suis sur mon balais, je me sens bien... Il n'y a rien qui peut m'atteindre, et si quelqu'un essayait, je volerais bien plus vite, plus haut, bien plus loin que lui... Je ne me vante pas, je vante plutôt mes années d'entraînement. Comme on dit, c'est en forgeant qu'on devient forgeron...
.

Elerinna avait remarqué à plusieurs reprises que Ruby était fortement attirée par son sac à dos. La jeune Serdaigle se doutait qu'elle aurait très envie d'en connaître le secret, mais elle ne pouvait pas le donner. C'était un secret de famille, et pour tout dire, elle avait oublié une partie de l'enchantement. Elle se dit alors que, si l'amitié entre ces deux jeunes filles se concrétisait, elle lui offrirait un sac du même genre. Sûrement pour Noël, c'était une belle occasion. Pour cela il fallait qu'elle trouve un sac rouge à l'origine. Mais alors quelle serait la couleur de l'oubli ? Elerinna allait y réfléchir.
Elle se reconcentra sur ses paroles, pour enfin dire :


- Tu sais, le Quidditch et moi c'est un peu comme une rose sans ses épines, comme un balais sans son manche, comme Rusard sans miss Teigne... Tu comprends ? C'est indissociable, c'est pas complet... Je suis sûre que tu ressens la même chose.

Elerinna avait dit cela avec beaucoup de sagesse.. Elle était pensive, elle ne pouvait s'empêcher de dire des choses de ce genre. La jeune Serdaigle regarda l'autre élève. Les gouttes de l'arrosoir étaient encore présentes sur ses bras. Et d'ailleurs, elle en avait aussi dans les cheveux. Elerinna pensait en avoir aussi dans sa chevelure, car certaines gouttes glissaient sur son front. Elle ne put empêcher un sourire. Qu'allait répondre Ruby ? Elerinna n'avait plus posé de question, trouvant que le sujet Quidditch était beaucoup abordé, chose normale pour les deux jeunes filles, mais que pour apprendre à se connaître, elles devraient discuter d'autre choses. A ce niveau là, Elerinna ne se faisait aucun soucis. Elle avait remarqué que Ruby avait aussi la langue bien pendue. Ça donne quoi, deux jeunes filles qui parlent beaucoup ensemble ? Beaucoup de concessions pour pouvoir avoir une conversation. Et cela marchait plutôt bien. D'ailleurs, Ele ne doutait pas un seul instant que la jeune Gryffondor allait la continuer, leur conversation. Enfin, pas seule bien sûre. Mais depuis tout à l'heure, les deux jeunes filles se coupaient net pour essayer de ne pas trop parler. Ce qui était d'ailleurs assez comique à voir. Pour encourager Ruby, Elerinna lui adressa un petit sourire, et se ré-installa correctement, histoire de ne pas avoir mal partout le lendemain...

- - - - - - - - - - - - - - - - - - -

[Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby] Tumblr_m3j7pivoJs1rv0ybxo1_500

« Elerinna Rosa Surion »

Revenir en haut Aller en bas
Ruby E. Clearwater

ø 6EME ANNEE - BATTEUR

ø 6EME ANNEE - BATTEUR
Ruby E. Clearwater


▌Messages : 411
▌Avatar : Emilia Clarke
▌Année à Poudlard : 6ème année
▌Métier exercé : Simple ambition: devenir auror


Feuille de personnage
▌Pureté du sang: Sang-mêlée
▌Gallions : 131

[Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby] _
MessageSujet: Re: [Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby]   [Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby] Icon_minitimeMer 10 Juil 2013, 20:42

L'eau dégoulinait sur ma peau lentement, me préservant de la chaleur étouffante de cette sphère lumineuse qui brillait de mille feux dans ce ciel bleu azur. Le paysage était magnifique. Un véritable délice pour les yeux. Seulement, il valait mieux éviter de fixer plus de quelques minutes le soleil sans lunette, sous peine de se retrouver aveugle le lendemain. Mais, j'avais bien du mal à détacher mon regard de cette vue fascinante. Le terrain de Quidditch à ma droite, toujours aussi imposant, toujours aussi somptueux à mes yeux. Dès que je les posais sur le terrain, ils brillaient d'excitation, quelques frissonnements parcouraient mon échine et l'envie de bondir sur mon balai saisissait mon cœur, ne me quittant pas une seule seconde. Je me demandais bien souvent ce que je serais en cet instant si je n'avais pas connu la Quidditch. Je me sentirais probablement incomplète, comme si une partie de mon âme manquait. C'était la sensation que je ressentais lorsque je n'étais pas sur un balai, à plusieurs mètres d'altitude. Elle se verrait amplifiée si je n'avais pas connaissance de ce sport. En réalité, il m'était impossible d'imaginer ma vie sans cette passion présente pour la guider. Une fois mes études à Poudlard achevés, je comptais bien continuer la Quidditch, et transmettre cette passion à mes enfants. Mais, je n'en ferai jamais mon métier. Mon rêve était depuis toujours focalisé sur le métier d'Auror. Depuis que j'étais capable de marcher, je me voyais déjà une baguette à la main, à neutraliser les sbires du mal. J'en rêvais, j'étais faites pour cela. C'était pour cette simple et unique raison que je travaillais avec autant de persévérance, autant d'enthousiasme -si l'on excluait le cours d'histoire de la magie et de botanique bien entendu-. Pour parvenir à exaucer mes souhaits, il me fallait obtenir les meilleures notes dans un maximum de domaines. Malheureusement, mes lacunes causaient plus d'un tort à mes chances d'avoir cette magnifique occasion de devenir une auror confirmé. Ce pour quoi je donnais le meilleur de moi-même pour combler mes lacunes. Mais, à mon plus désespoir, cela ne se faisait pas d'un claquement de doigt. Je devais me focaliser sur mes lacunes plus de trois heures de suites pour parvenir à rendre un devoir convenable. En résumé, il était difficile de tenir la cadence jusqu'à la fin de mes études. Ma seule consolation était de me dire qu'il ne me restait plus que deux années à supporter les longues berceuses du professeur Binns et les discours à mourir d'ennuis sur des plantes dont je n'ai bien entendu pas retenu le nom. La botanique n'a jamais été mon fort, et demeure ma plus grande faiblesse. L'histoire de la magie, c'est passionnant je l'admets, mais pas de la bouche de notre professeur actuel.
J'espérais sincèrement que j'allais revoir par la suite Elerinna. Elle me serait d'une grande aide dans ces deux matières, et c'est avec grand plaisir que je lui rendrais ce service à mon tour quelle que soit la matière. En y repensant, c'est fou tout ce qui me venait à l'esprit lorsque je contemplais un simple paysage durant une minute. Tant de souvenirs me remontaient à la surface à la vue de ce paysage fascinant. Lorsque mes yeux dérivèrent vers le soleil, un souvenir bien particulier me revint en mémoire. Je devais avoir dans les cinq ans, et je me promenais dans les champs avec ma mère un beau jour ensoleillé. De mes petits yeux d'enfants, je ne cessais de contempler cette sphère lumineuse qui attirait mon regard et qui suscitait plus d'une question dans mes pensées enfantines. J'avais alors demandé à ma mère toute sorte de question en relation avec le soleil. Son fonctionnement, sa création, sa raison d'être. Ma mère me lança un regard dubitatif à la suite de mes questions, puis un sourire se dessina sur ses lèvres. Elle commença une légende qu'elle nomma le compte du soleil. Je me souviens encore clairement de ses paroles, de chacun de ses mots: " - Lorsque l'univers fut créé, la terre apparut dans la voie lactée comme tant d'autres planètes. Selon les croyances moldus, les premiers êtres vivants qui foulèrent le sol de la terre furent des dinosaures. Il n'en était rien. Il s'agissait en tout premier lieu de dragons, cracheurs de feux. Ils étaient magnifiques, et seuls sur terre, dans la pénombre la plus totale. Ils ne voyaient jamais où ils marchaient, où ils vivaient et peu de ces créatures survivaient, la plupart décédant d'un accident aussi futile que tomber dans un gouffre, se perdre dans une grotte, se noyer dans l'océan. Ils ne pouvaient voir où ils allaient que par les flammes qui jaillissaient de leurs gueules, mais cette solution n'en était pas une. Ils n'avaient aucunement le temps d'apercevoir quoi que ce soit, leur flamme dévorant le paysage. De plus, le feu n'était pas éternel, et comme toute créature, la fatigue constituait l'une de leurs principales faiblesses. Et la faim. Ils se nourrissaient de leurs semblables, étant les seules créatures vivantes sur terre. Un beau jour, un dragon des plus sages décida qu'il était temps de trouver une solution durable à ce petit bémol qui faisait de leur vie un enfer invivable. Tous les dragons se retrouvèrent en un même lieu, sur la plus haute montagne qu'ils purent dénicher sans y voir quoi que ce soit. Les dragons eurent bien du mal à ne pas sauter à la gorge de leurs ennemis ou simplement d'une proie, leur ventre criant famine, mais dans l'ensemble, l'idée du dragon sage se déroula à merveille. Tous les dragons peuplant la planète déversèrent dans le ciel la puissance de leurs flammes, y mettant tout leur cœur. Et, peu à peu, une immense sphère faites de flammes se créa à l'horizon et illumina le monde. Et depuis ce jour, cette sphère lumineuse éclaire le monde, alimenté de temps à autre par le feu des dragons demeurant encore sur terre. Tel fut la création du soleil. " Du haut de mes 5 ans, j'y avais cru dur comme fer. Après passé mes neuf ans, j'avais deviné de moi-même que cette histoire n'était que le fruit de l'imagination de ma mère, qui possédait un réel talent pour l'invention. Je devais avouer que cette histoire tenait debout, les dragons existant toujours aujourd'hui. Elle me compta lors de mon enfance plus d'une histoire qu'elle inventa de toutes pièces. La création du ciel, des arbres, des humains, des sorciers. Je me souviens de chacune d'entre elles. Elles sont ancrées dans mon cœur pour l'éternité. Je les ai d'ailleurs toutes transcrites sur le papier, ne changeant pas un seul mot du récit qu'elle m'avait compté grâce à ma mémoire qui n'avait pas pour habitude de me jouer de mauvais tours. Tous ces contes, je les conservais dans un livret soigneusement rangé dans l'un de mes tiroirs de mon armoire, reposant dans ma chambre. Chaque détail de la nature que j'aperçois me rappelle l'un de ces comptes.
Perdu dans une ribambelle de souvenirs, j'en avais presque oublié la Serdaigle qui réfléchissait à la façon de me formuler sa passion pour la Quidditch. Après quelques instants, elle finit par me confier son histoire et ses sensations en relation avec le quidditch, et d'une oreille attentive, je ne perdis pas une miette de ses paroles :

"- C'est ma mère qui m'a initiée au vol. J'avais six ans en fait. Depuis cet âge, il n'y a pas un seul jour où je n'ai utilisé mon balais. Pour être plus précise, ma mère ne m'a jamais fait découvrir les autres postes, juste celui d'attrapeur. J'en suis tombée littéralement amoureuse. Je m'y suis entraînée, ce qui, au départ, déplaisait un peu à mes parents. Ils étaient très inquiets car je réalisais beaucoup de fantaisie. Je faisais des pirouettes, et commençais à me lever sur mon balais. Tout ça bien sûre pas trop haut. J'habite un petit village avec beaucoup de moldus, et il aurait été mal vu de me faire repérer. Au bout d'a peine un an, j'étais meilleure qu'eux. Enfin, que ma mère bien sûre. Mon père fait semblant. J'ai découvert les autres postes il y a six ans, à ma rentrée à Poudlard. J'ai d'ailleurs été outrée par le poste de batteur. A chaque fois, j'ai peur qu'il se fasse décapiter par le cognard. Et puis, le vif d'or est une petite balle qui me ressemble. Elle est discrète, farouche,  et puis aussi toute mignonne. Quoi qu'il en soit, ce poste a toujours été fait pour moi. J'aimerais, à la fin de ma scolarité à Poudlard, continuer le Quidditch. Mais juste en tant que Hobby, comme une passion. Je ne sais pas encore ce que je ferai par après, donc inutile de me poser la question, je ne saurai y répondre. Je m'éloigne encore... Enfin... Quand je suis sur mon balais, je me sens bien... Il n'y a rien qui peut m'atteindre, et si quelqu'un essayait, je volerais bien plus vite, plus haut, bien plus loin que lui... Je ne me vante pas, je vante plutôt mes années d'entraînement. Comme on dit, c'est en forgeant qu'on devient forgeron.... "

J'aimais la façon dont Elerinna parlait du Quidditch. Chacun de ses mots était emplis de sagesse, et de réflexion. Ils venaient tous du plus profond de son être, je le sentais. Elle ne mentait pas sur les sensations qu'elle ressentait. Et j'aimais ce fait. D'autres auraient inventé je ne sais quelle histoire loufoque pour impressionner leur interlocuteur. Elerinna elle, allait dénicher les mots dans son cœur. Un point commun en plus avec la Serdaigle. Lorsque je parlais du Quidditch, je décrivais ce sport avec passion, des étoiles brillant dans mes yeux, un sourire jusqu'aux oreilles. Je pesais chacun de mes mots, de façon à les rendre plus incroyables encore qu'ils ne le sont. J'avais laissé échapper un petit rire lorsqu'Ele avait ajouté son avis sur le poste de batteur. Pour ma part, je n'avais pas peur de me faire décapiter par le cognard, comme elle l'avait si bien déclaré. C'était plutôt le cognard qui devrait prendre les jambes à son cou, avant de finir tout droit à l'infirmerie. Je n'étais pas douce, et ne comptais pas l'être surtout avec le cognard. Il était détestable, mais les personnes que je visais durant certains matchs l'étaient encore plus. Mais, je ne comptais pas prendre la peine de les citer, sous peine de vomir simplement en pensant à eux. Bref, le poste de batteur ne posait pour moi aucun problème, et pas une seule seconde, je n'avais eu peur de grimper sur mon balai et de défier le cognard. J'avais du cran, et c'était ce qui faisait de moi une pure Gryffondor. Elerinna ajouta après quelques secondes :

"- Tu sais, le Quidditch et moi c'est un peu comme une rose sans ses épines, comme un balais sans son manche, comme Rusard sans miss Teigne... Tu comprends ? C'est indissociable, c'est pas complet... Je suis sûre que tu ressens la même chose."

Elerinna semblait bel et bien être faites pour la maison des Serdaigles, sans l'ombre d'un doute. Sa première remarque était chargée de sagesse, et ce n'était pas moi qui aurais sorti une phrase pareille. Mais, dans tous les cas, elle avait parfaitement raison sur ce point. Je ressens exactement la même chose. Sans le Quidditch, je suis simplement incomplète. Si je me souvenais bien, la seule fois où j'avais tenu plus de deux semaines sans faire du quidditch, à la suite d'un pari avec une amie, j'avais failli détruire tout le dortoir de Poudlard, sous le poids de toute cette pression que je ne pouvais évacuer que par le biais du quidditch. Les pires semaines de toute ma vie sans l'ombre d'un doute. Mais, souhaitant conserver ma fierté, j'avais tenu les deux semaines imposé... en manquant d'y laisser la vie, je l'avoue, mais j'avais tenu ! Et je m'étais fait une joie de poser un pari à l'amie en question qui m'avait fait subir ce supplice. Croyez- moi, elle l'a amèrement regretté lorsqu'elle s'est vu obligée d'accepter le pari que je lui lançais. J'en ris encore, aujourd'hui. Elerinna me lança un sourire, pour m'encourager à poursuivre la conversation. Je ne me le fis pas prier deux fois, et pris de nouveau la parole, un immense sourire collé sur mes lèvres :

" - Je comprends tout à fait ce que tu ressens, étant donné que je ressens exactement la même chose. Je me sens incomplète sans le quidditch, et crois moi, je sais ce que je dis. Je n'ai pu tenir que deux semaines sans faire du quidditch, et sincèrement, j'ai bien failli y laisser la peau... je ne compte pas faire de ma passion du quidditch un métier, mais simplement continuer ce sport en tant que Hobby. Pour ma part, je sais exactement ce que je veux faire par la suite, une fois mes études à Poudlard achevés. Auror. Depuis toute petite, je rêve d'en devenir une, et je compte bien réaliser mon rêve. Même si j'ai tout à fait conscience que ce n'est pas une voie facile que j'entreprends... Mais, au final, quand on y pense à deux fois, on se rend compte que rien ne l'est... Dans tous les cas, je suis certaine que tu trouveras ta voie. De plus, comme tu es douée pour plus d'une chose, je suis certaine que quoi que tu entreprennes, le résultat sera des plus grandioses ! "



Je lui lançais un ravissant sourire, avant de fouiller dans la poche de mon jean pour tenter de dénicher un paquet de confiseries. J'étais une gourmande dans l'âme, et j'en transportais toujours un sur moi. Heureusement que je pratiquais quotidiennement du sport, dans le cas contraire, ma ligne serait des plus effroyables. Je bougeais toujours dans tous les sens, à droite à gauche, sur mon balai, un petit conflit avec un serpentard, un second, puis un duel, suivit d'un petit footing dans le château à la recherche de Meàllan ou d'une amie. En clair, j'étais plus qu'active. Je ne ratais pas une occasion de me dépenser, si bien que mes proches se demandaient parfois comment je tenais. D'autant que je ne dormais pas toutes les nuits, travaillant sans relâche ou en organisant une petite escapade nocturne dans la forêt interdite, ou dans la tour d'astronomie. En clair, il était difficile de parvenir à suivre mes moindres faits et gestes. Je sortis un baquet de dragées surprises de bertis crochues dont je raffolais, en plus d'un autre contenant des chocogrenouilles. Mon regard loucha sur les deux paquets, mais je pris sur moi, et déclarais à la Serdaigle :

" - Je ne sais pas toi, mais je suis littéralement morte de faim. Bon, ce n'est peut-être pas le repas le plus équilibré, mais comme dit le dicton moldu que mon père a l'habitude de déclarer chaque jour, après l'effort le réconfort. Prends en autant que tu le veux, c'est offert par la maison ! "



- - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Elle lui a appris à vivre. Il lui a appris à aimer.

“The moment I saw you, I knew it’d be the closest, I’d get to being... Close. I didn’t know what to do with that feeling. Happiness. ”✰ heartless love.
Revenir en haut Aller en bas
Elerinna R. Surion

6EME ANNEE ATTRAPEUR

∞ 6EME ANNEE ATTRAPEUR
Elerinna R. Surion


▌Messages : 220
▌Âge réel : 25/11/1996
▌Âge du perso : 22
▌Avatar : Victoria Justice
▌Année à Poudlard : 6e année


Feuille de personnage
▌Pureté du sang: Mêlé
▌Gallions : 104

[Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby] _
MessageSujet: Re: [Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby]   [Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby] Icon_minitimeVen 12 Juil 2013, 09:48

Elerinna appréciait beaucoup cette conversation. Cela faisait longtemps qu'elle n'en avait pas eu une comme celle-la avec qui que ce soit. Ou peut être que si, mais seulement avec sa mère. Sa maman chérie qu'elle aimait tant. Celle-ci lui racontait tant de choses... Quand la jeune attrapeuse était petite, elle en posait des questions à sa maman. Mais beaucoup, peut être même trop... Un jour, elle lui a demandé comme cela se faisait il que le ciel devient rose parfois, avant de se coucher. Une caractéristique bien particulière de sa maman est qu'elle parle pratiquement tout le temps d'elfes et de dragons. Elle est fascinée par ces créatures totalement incompréhensibles, et pourtant tellement magnifiques. Elle les a d'ailleurs même liées. Ce qui fit qu'elle me conta cette histoire, comme réponse à ma question :

<< Il y a bien des années, les dragons étaient beaucoup plus présent dans le monde qu'aujourd'hui. Je sais que tu c'est ce qu'est un dragon, Ele. Tu m'en parlais déjà quand tu avais 3ans.>>
Il est vrai qu'en ce temps là, Elerinna était des plus taquine. Elle demandait des "pourquoi ?" et des "C'est quoi ?" ou encore des "Ca sert à quoi ?" en toutes circonstances, ce qui avait d'ailleurs parfois tendance à mettre sa mère à bout de nerfs. Quoi qu'il en soit, la mère de la jeune Serdaigle savait merveilleusement bien se contenir, et continua, sans même s'interrompre :

<< Les elfes existent dans notre monde depuis bien des années aussi tu sais. Et un jour, eu lieu la rencontre entre ces deux magnifiques spécimens. Comme tu le sais, les elfes nous sont très semblables, sauf qu'ils ont eu bien des privilèges par rapport à nous. Du à un malheureux malentendu, les deux peuples se sont déclarés la guerre. Pendant des années, Elfes et dragons s’entre-tuaient Puis vint le jour où un Elfe - qui en son temps n'était pas renommé - décida de monter le dragon, d'en faire sa monture. Et un lien entre l'elfe et le dragon s'est créé. Un lien qu'il n'était pas possible de briser. Ils étaient lié, et cela ne put changer en rien. Grâce à cet Elfe, la paix entre les deux peuples fut enfin rétablie. Ils commencèrent d'ailleurs à bien s'entendre, et pour sceller leur paix, les dragons joignirent leurs flammes aux pouvoirs extraordinaires des Elfes. Ce qui fit une merveilleuse explosion de couleur rose dans le ciel. Depuis ce jour, le ciel tend vers cette couleur avant chaque couchers du soleil. En mémoire à cet Elfe, dont je ne me rappelle plus du nom. Je chercherai, et je te le dirai. >>

Elerinna se souvenait de cette histoire comme si sa mère la lui avait racontée la veille. Elle savait pourtant qu'il y avait une signification plus "scientifique" a cela, mais elle s'en fichait. Elle préférait croire en ces histoires. C'était son côté rêveur, et il ne fallait pas le lui enlever. Elle en sortit d'ailleurs, revoyant Ruby devant elle, qui avait aussi l'air de penser à autre chose. Ruby. Une fille absolument extraordinaire. Elerinna tenait absolument à la revoir. Que ce soit pour travailer, pour s'entraîner au Quidditch, aller faire un tour dans la forêt interdite, ou encore aller à Pré-au-lard. Elle était d'ailleurs certaine que, si elle la présentait à sa famille, ils l'adoreraient. Sa mère était toujours un peu protectrice envers Ele, et tenait toujours à savoir avec qui elle traînait. Mais bien sûre, Elerinna ne lui disait pas tout. C'est une jeune adolescente qui adore faire des bêtises malgré qu'elle est travailleuse. Le fait d'être une bonne élève ne suffit pas à tous les coups, et ici, sa très chère mère la blâmerait, si elle savait.
Elerinna ne fait aucune discrimination envers les maisons. Par contre, sa mère... Pour tout dire, le grand père d'Elerinna appartenait à la maison Serpentard, et il a toujours maltraité sa fille. Non pas par manque de respect, mais parce qu'il faisait partie des Serpentards hargneux, teigneux, arrogants, enfin, les verts et argent que bon nombre détestent. Comment la grand mère d'Elerinna en était elle tombée amoureuse ? Il n'en est en fait rien. C'était un mariage arrangé, ils n'ont pas eu le choix. Pendant des années, les grands parents d'Elerinna étaient en guerre. Ils ont malgré tout fait un enfant pour la descendance de la famille. Encore une fille, décidément. A bout de nerfs, la grand mère a un jour lancé un sort à son époux. Un sort qui lui fit fatal...
Personne ne l'a réellement regretté...
Elerinna était replongée dans ses pensées, et pourtant elle allait vite retomber sur terre, car son interlocutrice avait reprit la parole :


- Je comprends tout à fait ce que tu ressens, étant donné que je ressens exactement la même chose. Je me sens incomplète sans le quidditch, et crois moi, je sais ce que je dis. Je n'ai pu tenir que deux semaines sans faire du quidditch, et sincèrement, j'ai bien failli y laisser la peau... je ne compte pas faire de ma passion du quidditch un métier, mais simplement continuer ce sport en tant que Hobby. Pour ma part, je sais exactement ce que je veux faire par la suite, une fois mes études à Poudlard achevés. Auror. Depuis toute petite, je rêve d'en devenir une, et je compte bien réaliser mon rêve. Même si j'ai tout à fait conscience que ce n'est pas une voie facile que j'entreprends... Mais, au final, quand on y pense à deux fois, on se rend compte que rien ne l'est... Dans tous les cas, je suis certaine que tu trouveras ta voie. De plus, comme tu es douée pour plus d'une chose, je suis certaine que quoi que tu entreprennes, le résultat sera des plus grandioses !

La jeune Serdaigle était touchée par les paroles de la jeune Gryffondor. En effet, elle savait depuis toute petite qu'elle voulait devenir Auror, alors qu'Elerinna n'y a jamais réellement songer. Enfin si, bien sûre qu'elle y pense, mais elle se sent encore un peu perdue. Beaucoup même. Elle est tellement attirée par les forces du mal qu'elle a parfois peur de tomber entre les mains des ténèbres, mais pourtant c'est une idée qui lui vient souvent à l'esprit. Du coup, elle y pense le moins possible, en essayant d'avoir les meilleurs notes possibles pour pouvoir se diriger vers tout et n'importe quoi.C'est d'ailleurs la principale raison pour laquelle Elerinna est tellement concentrée sur ses études. En observant la jeune fille qui se tenait en face d'elle, Elerinna la vit fouiller dans sa poche pour en sortir des friandises. Grande gourmande comme elle est, Elerinna poussa un long soupir d'envie. Elle vit Ruby hésiter, puis lui dire :

- Je ne sais pas toi, mais je suis littéralement morte de faim. Bon, ce n'est peut-être pas le repas le plus équilibré, mais comme dit le dicton moldu que mon père a l'habitude de déclarer chaque jour, après l'effort le réconfort. Prends en autant que tu le veux, c'est offert par la maison !

Elerinna eut envie de sauter partout, de crier, tant elle en avait envie. Elle regarda Ruby d'une manière dont elle se sent un peu gênée, avant de lui sauter dessus. non pas sur le sachet de bonbons, mais bien sur elle.

- Aaaaaaah Rubyyyy Je t'aaaaaaaaaaaime !!!!!!!!!  Des chocogrenouiiiiiiillles !!!! J'en raffole ! Non, en fait j'y suis totalement accro, et cela fait deux jours que je n'en ai plus un seul. Et je n'ai pas eu le temps d'aller en chercher, j'avais beaucoup de boulot. Raaaaaah !!!

Elerinna n'avait pu empêcher cette réaction mais elle était sûre que Ruby n'allait pas le prendre mal. Elle avait malgré tout fait attention à ne rien faire tomber, et à ne pas lui faire ma. Parce que même si la jeune attrapeuse des Serdaigles peut parraître folle de temps à autres, elle n'en est pas moins réfléchie.
Elle dit un sourire énorme à Ruby, se rapprocha d'elle pour pouvoir prendre les bonbons, et prit un chocogrenouille qu'elle dégusta comme elle ne l'avait encore jamais fait.


- Mmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmhhhhhh C'est trop boooooooon !

Elerinna avait l'air un peu bête sur le moment, mais elle s'en fichait, arrive un moment où la passion l'emporte sur la raison. Elle regarda Ruby, qui, de son côté, était aussi en train de s'empiffrer. En se voyant comme cela, les deux jeunes filles éclatèrent de rire, mais la bouche pleine. Ce qui fit un spectacle absolument hilarant, car toutes deux essayaient de ne pas baver leur chocolat tout en rigolant. En tant normal, Elerinna aurait trouvé cela légèrement répugnant, mais ici, cela se faisait en tout honneur. Elle se promit d'aller chercher pleins de friandises pour elle et Ruby, dés qu'elle en avait l'occasion.

Les friandises... Quoi de meilleur aux yeux d'Elerinna ? Elle en est dingue. Et pourtant, elle a une superbe ligne. Il faut dire qu'elle fait beaucoup de Quidditch, et qu'elle est toujours en train de courir dans tous les sens pour se trouver au bon endroit au bon moment... Et puis elle joue parfois à courir après un petit de première année qui ne cesse de l'ennuyer en ce moment. Il est absolument insupportable, mais Elerinna l'aime bien. Il lui fait penser à elle, quand elle était plus jeune...

- - - - - - - - - - - - - - - - - - -

[Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby] Tumblr_m3j7pivoJs1rv0ybxo1_500

« Elerinna Rosa Surion »

Revenir en haut Aller en bas
Ruby E. Clearwater

ø 6EME ANNEE - BATTEUR

ø 6EME ANNEE - BATTEUR
Ruby E. Clearwater


▌Messages : 411
▌Avatar : Emilia Clarke
▌Année à Poudlard : 6ème année
▌Métier exercé : Simple ambition: devenir auror


Feuille de personnage
▌Pureté du sang: Sang-mêlée
▌Gallions : 131

[Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby] _
MessageSujet: Re: [Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby]   [Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby] Icon_minitimeVen 12 Juil 2013, 13:17

Le doux parfum des sucreries parvint à mes narines dès l'instant où j'ouvris les deux paquets tout en autorisant Ele a partagé ce festin avec moi. Il paraissait logique que je le partage avec ma nouvelle amie. Sauf si j'avais été aussi égoïste que l'un de ces verts et argents, dans ce cas, j'aurais au moins eu la logique de le sortir seulement lorsque je serais seule, dans mon dortoir, à l'abri des regards. Mais, je n'étais pas égoïste, si bien que c'est avec grand plaisir que je partagerais mon petit trésor avec la Serdaigle qui lançait aux deux paquets un regard envieux, tout en poussant un long soupir de désir. Je le lisais dans son regard, elle mourrait d'envie de goûter aux succulents chocogrenouilles , ainsi qu'aux dragées de bertoises crochues qui étaient parfois plus que surprenant, et par la même occasion... répugnant. À mes souvenirs, je tombais toujours sur celui au goût poubelle, voire crotte de nez, à la plus grande hilarité de mes amies. J'avais même eu la malchance de tomber sur celui dont seul le nom parvenait à vous tirer un grimage de dégoût. Goût à la morve de troll. Je peux vous assurer que j'ai passé l'heure suivante à vomir mon repas, et l'heure encore d'après à tenter de me convaincre que je n'avais pas posé une telle infamie sur mes lèvres. Malheureusement, j'avais bel et bien avalé ce dragée surprise de berties crochues. Depuis, je dois bien avouer que l'idée de toucher encore une seule fois ces sucreries me répugnent. Mais, j'ai changé de point de vue lorsque je me suis rendu dans la boutique de sucreries avec pour seule idée en tête de prendre seulement des chocogrenouilles. Mon regard s'est posé sur les paquets de dragées surprises de bertis crochues, et prise d'un élan de courage, je l'ai posé sur le comptoir accompagné de quelques gallions pour payer le tout. Et ainsi, je me retrouvais avec dans ma poche les sucreries que je déteste le plus en ce monde, en plus de délicieux chocogrenouilles qui me tentent bien plus que le second paquet, qui me soulève le cœur dès que j'ose poser un seul regard dessus. À sa simple vue, le goût du tout dernier que j'eus goûté me revient en mémoire, et je me sens de nouveau prête à rendre mon repas. Si je n'avais pas cette phobie de l'eau, ma plus grande peur serait certainement celle-ci. Si je me souvenais bien, j'en avais même fait des cauchemars. Si qui que ce soit détenait cette information, et qu'il souhaitait me voir pendu par les pieds sur le tronc d'un arbre, j'étais réellement dans le pétrin. Avoir peur de simples sucreries ferait de moi la nouvelle cible des plus fourbes. Bon, il est vrai que je n'étais pas quelqu'un qui se laissait marcher les pieds sans broncher, mais j'avais tellement d'ennemis, que je préférais ne pas en avoir en supplément. Je ne pouvais pas supporter plus. L'on pourrait se demander comment je parvenais à en dénicher autant en l'espace de seulement six ans, mais, avec l'expérience que je possédais dans ce domaine, je pouvais vous assurer qu'il était bien plus simple de se faire un ennemi qu'un ami. Un seul mot de travers prononcé à l'adresse de qui que ce soit, et l'intéressé vous haïssait. Pourtant, il n'était pas dans mes habitudes de me montrer cruel. Ce trait de personnalité était réservé aux Serpentards. J'avais tant de protégés avec qui beaucoup aimés s'amuser qu'à force d'intervenir pour les défendre du mieux que je le pouvais si la situation échappait à mes proches, les ennemis arrivaient en masse avec pour but de me supprimer du décor. Seulement, ils ignoraient tous à qui ils avaient affaire. Seuls, ils étaient tous faciles à dompter. Mais, s'il leur prenait l'envie de créer une association du nom: "À mort la petite Ruby ", je n'avais que peu de chances de m'en sortir entière. Mais, qui sait, si cela survenait un jour, mes amis me protégeraient peut-être à leur tour ? Je demandais à voir... Enfin, si je pouvais éviter le bain de sang, je préférais n'avoir aucune démonstration. Dans tous les cas, je savais d'ores et déjà qui viendrait à mon secours. Et Meàllan se trouverait en première position. Il avait beau être un grand maladroit, il possédait une qualité de cœur et du courage que peu n'avaient pas la chance d'avoir. Ashley serait également de la partie, ainsi qu'Isadora et encore une longue liste d'amis avec qui j'avais créé des souvenirs fabuleux. En y repensant bien, ma liste d'amis était tout aussi longue que ma liste d'ennemis. Une parfaite égalité. Le juste milieu. C'est fou le nombre de pensées qui s'étaient imposés dans mon esprit à la simple vue d'un paquet de dragées surprises. Elerinna m'en délivra, me lançant un regard gêné avant de littéralement bondir sur moi -et non sur le paquet de sucreries- pour m'enlacer dans ses bras. Je riais de sa réaction, un immense sourire aux lèvres, en réalisant que je pouvais compter sur Ele pour entrer dans le groupe de mes amis. Cette fille était une perle rare, et je ne regrettais pas qu'elle m'ait abordé, et que j'ai décidé de demeurer sur le terrain de Quidditch à discuter avec elle, au lieu de rejoindre l'un de mes amis. Au final, il était peut-être tout aussi aisé de se faire des amis que des ennemis. Tout se résumait à un simple mot dans les deux cas.

"- Aaaaaaah Rubyyyy Je t'aaaaaaaaaaaime !!!!!!!!!  Des chocogrenouiiiiiiillles !!!! J'en raffole ! Non, en fait j'y suis totalement accro, et cela fait deux jours que je n'en ai plus un seul. Et je n'ai pas eu le temps d'aller en chercher, j'avais beaucoup de boulot. Raaaaaah !!! "

Je riais de plus belle, ravie que les sucreries lui plaisent. J'avais eu un instant d'appréhension un peu plus tôt à l'idée que la Serdaigle n'apprécie pas les friandises et que je me retrouve avec les paquets dans mes deux mains sans savoir quoi en faire, à part les dévorer aussi vite que je le pourrais. Mais, cela aurait été déplacé de manger en compagnie d'une personne qui n'avait pas faim, et de la faire attendre par pure gourmandise. Mais, cette idée s'était vite éclipsée de mes pensées dès que j'avais aperçu le regard lourd de gourmandise d'Elerinna. Je notais en passant que nous avions encore un énorme point commun. Les friandises liées par notre trait de caractère identique : la gourmandise. Je pourrais avaler des paquets entiers dans la minute, mais je comptais bien en laisser plus d'un à Ele. Je tendis le paquet en un immense sourire. La Serdaigle ne se le fit pas prier deux fois, et plongea sa main dans le paquet avant d'engloutir un chocogrenouille. Je l'imitais, et avalais la première friandise qui me passa sous la main. Le goût était simplement exquis. Je pourrais en déguster des heures et des heures entières sans même rassasier totalement ma gourmandise. En cœur avec mon amie, je poussais un soupir de contentement dès que les friandises touchaient mon palais.

"- Mmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmhhhhhh C'est trop boooooooon !"

Je riais de sa remarque, et l'imitais. Ces chocogrenouilles étaient tout bonnement exquis. Leur goût des plus parfaits. Un rêve. Nous étions comme sur un petit nuage, nous empiffrant l'une comme l'autre sans nous soucier de notre ligne, ou des élèves qui pourraient passer par là en cette belle après-midi ensoleillé. Le monde n'existait plus. Ou du moins si. Notre monde se trouvait dans ce sachet en plastique dans lequel nos mains fouillaient énergétiquement. Ele et moi nous lançâmes un regard avant d'éclater de rire. C'était ça une amie. Une personne avec qui l'on partageait des moments inoubliables. Des instants magiques tout simplement. Malheureusement, un tel instant ne demeurait jamais éternellement. Et, c'est ce qui en faisait tout son charme. L'on savait alors qu'il fallait en profiter un maximum, avant qu'il ne s'envole dans les profondeurs du passé définitivement. C'est ce qui survint, lorsqu'Ele passa sa main dans le sachet et n'en sortit pas la moindre friandise. Elle me lança un regard désespéré, suivit d'un sourire que je lui rendis avant de déclarer, tenant dans ma seconde main le paquet qui avait causé mes cauchemars :

" - Dommage... C'est un délice ! Je penserais à prendre plus de paquet la prochaine fois ! Disons cinq bons gros paquets ! Déclarais-je dans un rire. Hum... j'ai toujours celui-ci. Des dragées surprises de bertis crochues. Je me suis promis de ne jamais en goûter à nouveau à la suite d'un accident que j'ai bien eu du mal à le digérer, c'est le cas de le dire, mais je veux bien rompre cette promesse pour aujourd'hui. "
Je lui lançais un clin d’œil, et la main tremblante, j'ouvrais le paquet en lançant un regard haineux aux friandises. Elerinna allait certainement remarquer ma réticence à plonger mes mains dans ce paquet maudit, mais je lui faisais confiance sur le point qu'elle n'allait en souffler mot à personne. Je saisissais un dragée surprise de bertis crochues en une grimace avant de le porter à ma bouche. Goût épinard. Ce n'était pas la surprise la plus goûteuse de ma vie, mais cela valait mieux de tomber sur celui-là que sur un autre. Un petit sourire aux lèvres, je glissais un bertis crochu dans la main d'Ele en déclarant en un sourire :

" - Goût épinard. Je ne suis pas si mal tombé... À ton tour ! Que la chance te soit favorable! "


- - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Elle lui a appris à vivre. Il lui a appris à aimer.

“The moment I saw you, I knew it’d be the closest, I’d get to being... Close. I didn’t know what to do with that feeling. Happiness. ”✰ heartless love.
Revenir en haut Aller en bas
Elerinna R. Surion

6EME ANNEE ATTRAPEUR

∞ 6EME ANNEE ATTRAPEUR
Elerinna R. Surion


▌Messages : 220
▌Âge réel : 25/11/1996
▌Âge du perso : 22
▌Avatar : Victoria Justice
▌Année à Poudlard : 6e année


Feuille de personnage
▌Pureté du sang: Mêlé
▌Gallions : 104

[Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby] _
MessageSujet: Re: [Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby]   [Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby] Icon_minitimeVen 19 Juil 2013, 08:25

Elerinna dégustait les chocogrenouille avec Ruby. Ruby, cette fille si gentille, si attentive, si honnête... Pourquoi honnête ? Elerinna n'en savait rien. Elle le voyait, dans ses yeux, rien ne montrait qu'elle mentait, et puis, elle n'en avait aucune raison. La Serdaigle commençait sérieusement à apprécier ce temps libre avec Ruby.  
Une fois le paquet de chocogrenouille terminé, les deux jeunes filles le regarda, déçues. Toutes deux adoraient cela, visiblement. Elles étaient gourmandes, et cela s'était remarqué en quelques secondes. Les deux amatrices de Quidditch avait vidé le paquet en à peine quelques minutes, en laissant échapper un "Mmmmhh" ou encore des "Trop bon...!" .


Ruby tenait dans sa main un paquet de dragées surprises. Elerinna avait eu un mauvais souvenir avec cela. Avant, elle en mangeait super souvent. Et puis un jour, elle est tombée sur une dragée au gout de goudron. Elle en a été dégoutée. Et visiblement, elle n'était pas la seule, car Ruby regardait le paquet avec appréhension. De quoi avait elle peur ? Sur quoi était-elle tombée auparavant ?  La jeune batteuse prit la parole :

- Dommage... C'est un délice ! Je penserais à prendre plus de paquet la prochaine fois ! Disons cinq bons gros paquets ! Déclarais-je dans un rire. Hum... j'ai toujours celui-ci. Des dragées surprises de bertis crochues. Je me suis promis de ne jamais en goûter à nouveau à la suite d'un accident que j'ai bien eu du mal à le digérer, c'est le cas de le dire, mais je veux bien rompre cette promesse pour aujourd'hui.

Elerinna esquissa un sourire après ces paroles. Elle ne s'était donc pas trompée, Ruby aussi avait eu des problèmes avec ces dragées surprises. Ruby en prit une au hasard, et la mit dans sa bouche. Elerinna la regardait, impatiente et curieuse de savoir quel goût ça avait. Ne voyant pas la tête de sa nouvelle amie exprimé un dégoût, Ele se dit alors qu'elle avait eu de la chance.

- Goût épinard. Je ne suis pas si mal tombée... À ton tour ! Que la chance te soit favorable!

Epinard... Si c'était Elerinna qui l'avait eu, elle l'aurait de suite crachée. Elle a une sainte horreur des épinards, et ce depuis qu'elle est toute petite. En effet, la toute première fois qu'on lui a fait manger cela, elle a vomi sur les cheveux de sa maman qui était accroupie en face d'elle pour les lui donner. Depuis ce jour, elle déteste ça. Elle espéra alors qu'elle tomberait sur quelque chose d'un peu plus agréable, comme chocolat, fraise, framboise, banane... Enfin, il y avait tellement de bonnes choses, fallait il tomber sur une dragée au goût ignoble ? ...
Elerinna se lança. Elle plongea la main droite dans le paquet de friandise, tout en fermant les yeux. Elle redoutait ce qu'elle allait piocher... Après en avoir attrapé une, elle la porta à ses lèvres. Après un instant de réflexion, elle fut soulagée.


- Potiron pour moi. Cava, c'est bon ça.

Elerinna avait dit cela en souriant. Il est vrai qu'elle apprécie le potiron. Sutout en soupe, quand sa maman en fait. Elle adore la soupe au potiron, avec un pot de crème fraiche pour donner l'aspect onctueux. Hmmm, rien que d'y penser, la belle attrapeuse en avait l'eau à la bouche.

- A toi maintenant très chère !

Ces paroles était remplies de sympathie mais aussi de curiosité. Il était assez drôle de voir les autres déguster les dragées surprises. Ne sachant jamais sur ce qu'on va tomber...


[ Hors post : Je tiens à m'excuser pour la longueur particulièrement courte de ce RP. Je n'ai pas beaucoup de temps, et je fais du mieux que je peux mais cela n'est pas facile.]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - -

[Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby] Tumblr_m3j7pivoJs1rv0ybxo1_500

« Elerinna Rosa Surion »

Revenir en haut Aller en bas
Ruby E. Clearwater

ø 6EME ANNEE - BATTEUR

ø 6EME ANNEE - BATTEUR
Ruby E. Clearwater


▌Messages : 411
▌Avatar : Emilia Clarke
▌Année à Poudlard : 6ème année
▌Métier exercé : Simple ambition: devenir auror


Feuille de personnage
▌Pureté du sang: Sang-mêlée
▌Gallions : 131

[Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby] _
MessageSujet: Re: [Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby]   [Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby] Icon_minitimeMar 27 Aoû 2013, 18:18

La chance est un terme qui nous échappe, dont on ne connaît pas la raison, ni le fonctionnement. Personne n'a la possibilité de posséder un manuel du parfait chanceux. Beaucoup se posent des questions sur ce simple et unique mot : pourquoi un tel est-il plus chanceux qu'un autre, et pourquoi celui-ci a-t-il sa vie chamboulée chaque jour par un malheur qui lui tombe sur la tête, devenant au fil des jours la routine quotidienne ? Pourquoi ne suis-je donc pas gavé de talents ?... Tant de questions, que nous nous posons chaque jour, quelle que soit la difficulté à laquelle nous sommes confrontés. Chance. Dès que je prononce ce mot, j'ai le sentiment de devenir plus douée, plus forte. À la simple entente de ce terme, je deviens plus sûre de moi que jamais. C'est de cet unique mot que je puise mon courage. Tous aimeraient contrôler la chance, mais personne n'y est jamais parvenu. Aucun humain, aucun sorcier. Seule la potion de Felix Felicis nous aide à saisir cette chance le temps de quelques minutes. Mais, il paraîtrait que l'utiliser pour trop d'occasions ne causait que malheur dans notre vie. Changer le cours naturel des choses n'étant pas très conseillée. De toute ma vie, je n'avais jamais touché à cette potion, se trouvant être extrêmement rare en raison de sa préparation rude et complexe. Maintenant que je réfléchissais plus sérieusement au sujet, je réalisais que ma journée s'était avérée particulièrement chanceuse. J'avais rencontré une merveilleuse personne, qui deviendrait sans nul doute une excellente amie, tout en ayant eu l'occasion de m'entraîner au Quidditch ce qui était une chance en soi. Dès que je me hissais sur mon balai, je bénissais le ciel d'être une sorcière, et donc d'avoir eu la chance de découvrir ce sport qui parvenait à me faire ressentir tant d'émotions si magiques !Et encore une fois, la chance m'avait souri lors de cette fabuleuse journée où comblé de bonheur, le soleil était au rendez-vous. J'avais également goûté après des années à ce fameux dragée surprise aux bertis crochue qui -Oh merci mon Dieu ! - se trouvait être aux épinards. Quand je rassurais mon amie en lui apprenant la saveur, elle tira une mine dégoûtée et je ne pus m'empêcher d'éclater de rire. Elle semblait détester les épinards au plus haut point ! Pour ma part, ce n'était pas non plus ma tasse de thé, mais je préférais tout de même ce parfum que le goût poubelle ou crotte ne nez, qui m'avait un jour écœuré de ces friandises. Elerinna sembla hésiter, contemplant le paquet avec inquiétude. Je l'encourageais du regard, impatiente de découvrir si la chance lui souriait. Elle finit par plonger sa main dans le paquet, pour en ressortir une dragée d'aspect orange. Sans un regard pour la friandise, elle le porta à ses lèvres, et mâcha aussi vite qu'elle le put. Pourtant, dès que la sucrerie toucha sa langue, elle sembla se détendre et savourer sa friandise, planant dans un ancien souvenir où elle goûtait à ce délice. Elle m'informa dans la seconde de quoi il s'agissait... Potiron. Ré-pu-gnant. J'avais la sainte horreur de la soupe, et particulièrement du potiron. Encore une fois, la chance m'avait souri. Je n'avais pas pioché ce goût immonde. À l'instant où il aurait touché ma langue, je l'aurais immédiatement recraché comme j'en avais l'habitude lorsque j'étais alors à peine haute comme trois pommes. Ma mère, raffolant des soupes, en cuisiner chaque soir et me forçait à les boire jusqu'à la dernière goutte. Bien entendu, maligne comme j'étais, je gardais la bouchée dans ma bouche et la recrachais dans mon verre vide lorsque ma mère me tournait le dos, occupé par mon père qui ronchonnait à longueur de journée. Je me hâtais alors d'aller vider le verre dans l'évier, et ainsi jusqu'à ce que mon bol soit vide. Bien entendu, mon ventre criait famine durant toute la nuit, mais je me débrouillais toujours pour grignoter en douce dans la cuisine, alors que la lune était à son sommet dans le ciel. À ce souvenir, j'étouffais un rire. La seule fois où ma mère m'avait surprise, j'avais bien cru qu'elle allait m'étriper, mais elle s'était contenté de hurler quelques mots avant de m'enfoncer la cuillère dans la bouche pour que cette fois-ci, je mange. Ce qui n'avait pas raté. J'avais d'ailleurs passé le reste de la nuit à vomir, et à partir de cet instant, ma mère voyant que sa soupe n'avait pas très bon effet sur moi, m'en priva. Je lui en fus toujours reconnaissante !
Je retournais à mes moutons, et devinais au regard amusé d'Elerinna que cette dernière n'en avait pas fini avec les dragées surprises. Elle confirma d'ailleurs cette crainte en déclarant d'une voix malicieuse :

"- A toi maintenant très chère !"

Je déglutis, et sans attendre, plonger ma main dans le paquet. Mais, alors que je comptais porter la sucrerie à ma mouche, j'eus une idée. Suicidaire, mais parfaite pour rire un bon coup. Je nous voyais déjà! Ce jeu allait être plus que croustillant. Un sourire étira mes lèvres, alors que la voix de ma raison me soufflait de ne rien proposer. Si j'ouvrais la bouche, j'allais en subir les conséquences. De très lourdes conséquences, qui pourrait très bien bannir la chance qui éclairait ma journée. Ce dont je n'avais pas envie. Mon regard dériva du dragée que je tenais entre mes doigts au paquet, et je poussais un soupir. Si nous ne le finissions pas, j'allais probablement le jeter. Ce qui serait du gâchis, et horrifierait ma mère si elle l'apprenait. Elle avait la sainte horreur du gâchis, ce pourquoi elle m'avait tant incendié lorsqu'elle m'avait surprise en train de jeter sa soupe dans l'évier sans une once d'hésitation. Je peux vous dire que j'avais eu la peur de ma vie lorsqu'elle avait posée ses deux yeux sur moi, qui lançaient des éclairs de haine, alors que ses lèvres abordaient une expression horrifiée. Une tête particulièrement comique, mais lorsque je l'avais aperçu, on ne pouvait pas dire que j'avais ri une seule seconde. Finalement, après grande réflexion, je ne mangeais pas la sucrerie, et me décider à éclaircir ma pensée :

" - Pour en finir au plus vite avec ce paquet démoniaque, pourquoi ne pas se répartir les dragées équitablement ? À mon signal, nous commencerons à déguster et la première à avoir achevé sa part gagnera. C'est une bonne solution pour enchaîner goût après goût, sans trop les sentir passer. "

Certes, nous allions en baver, mais ce jeu-là serait plutôt amusant. Sans attendre, je répartissais les dragées en deux parts équitables dont une que je calais au creux de ma main. Avec un immense sourire, je débutais le compte à rebours :

" - Trois, deux, un... C'est parti ! "

Sur ce, je débutais le supplice, portant à mes lèvres une première dragée surprise tout en priant pour ne pas tomber sur un goût immonde qui me ferait alors regretter d'avoir eu cette idée...

[HJ: Aucun problème pour la longueur de ton rp, je comprends. [Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby] 40375(moi même ce rp ci n'est pas de sa longueur habituelle, mon imagination m'échappant un peu ces derniers temps. ^^") En tous cas, désolée pour la longue attente! [Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby] 19917

- - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Elle lui a appris à vivre. Il lui a appris à aimer.

“The moment I saw you, I knew it’d be the closest, I’d get to being... Close. I didn’t know what to do with that feeling. Happiness. ”✰ heartless love.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé






[Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby] _
MessageSujet: Re: [Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby]   [Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

[Sept 76] Certaines amitiés se créent parfois par Hasard. [Ele & Ruby]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La danse des sept voiles...
» Sam et Frodo ou une amitié malsaine ?
» Amitié de la délicieuse duchesse de Bouillon
» Il n'y a pas d'amis, que des moments d'amitié... J. Renard
» L'amitié, c'est la propriété de la vie ! ( PV Rivière de Givre )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« L E V I C O R P U S ! » :: Poudlard | Exterieurs :: ☬ Le terrain de Quidditch ☬-