AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
« L E V I C O R P U S ! »
Bonjour à toi Invité! La communauté Levicorpus t’accueille dorénavant dans son havre de paix qu'est Poudlard. Pour cela, il ne te suffit que d'une seule chose : clique sur le bouton inscription. Te laisseras-tu tenter par l'aventure ? Wink



 

Partagez
 

 [Sept. 76] Le froid de la liberté [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Severus T. Rogue

ϟ 6EME ANNEE

ϟ 6EME ANNEE
Severus T. Rogue


▌Messages : 114
▌Âge réel : 05/06/1986
▌Âge du perso : 33
▌Avatar : Ben Barnes
▌Année à Poudlard : 6e année
▌Métier exercé : Étudier ... Encore étudier ...


Feuille de personnage
▌Pureté du sang: Sang-Mêlé
▌Gallions : 9

[Sept. 76] Le froid de la liberté [Libre] _
MessageSujet: [Sept. 76] Le froid de la liberté [Libre]   [Sept. 76] Le froid de la liberté [Libre] Icon_minitimeDim 28 Juil 2013, 01:53



En cette matinée, il faisait plutôt frais même froid. Le vent soufflait loin dans les monts écossais et à son grand malheur venait l’ébouriffer, entrer dans ses vêtements lui donnant un énorme frisson. Pourquoi diable le jeune homme se fut-il décidé à sortir aussi ? Il ne trouva pas vraiment une réponse à sa question. Comme cela. Parfois, sur un coup de tête, il prenait un chemin … Ou l’autre. Il se fut advenu que celui entreprit conduisait directement au-dehors vers la Volière même. Peut-être avait-il songé à s’y rendre habillé, après tout, comme l’indiquait la saison. Non que son écharpe fut présente, mais sa cape si. Severus Rogue ne savait pas réellement où se diriger maintenant.

Ses professeurs lui commandèrent toujours le Département des Mystères, car avec son talent en potion on l’acclamerait en héros. Mais il n’aimait pas les héros … Comme Potter. Les Mangemorts, dans un autre ordre d’idée, semblaient beaucoup apprécier ses connaissances en magie noire, son talent en sortilèges. Parfois, il était bien mieux de ne penser qu’à choisir un chemin dans sa journée et non un choix pour sa vie entière. Un soupir las, le jeune homme gravissait les escaliers de la volière. Quelques feuilles mortes y trônaient signe que l’automne arrivait … Il allait bientôt être là engouffrant le mois de septembre pour le transformer en octobre. Peut-être que cet affreux mois de septembre ne serait alors un mauvais souvenir.

Foutus Maraudeurs … Quelques jours auparavant, Black et Lupin le poursuivirent une fois de plus sans relâche. La haine quémandait Severus à la vengeance qu’il souhaitait apporter. Mais … Mais il n’en était jamais capable. Seule cette présence d’autres pouvait le renforcer et … Et on se vengeait des idiots de Gryffondor. Il se sentit respirer un peu mieux comme si appuyé dans ses démarches par, il le savait, des amis. À quelque part, ce furent ses amis. Mais il n’y en aurait qu’une à ses yeux pour être une véritable amie. Dans la volière, il dut se baisser par réflexe. Un hibou venait de sortir sans grand tact. Qu’est-ce que vous pensiez trouver d’intelligent chez ces bêtes aussi. Lentement alors que son cœur se remettait des émotions vécues, Severus releva le torse aussi sérieux et morose que précédemment.

Il passa le centre du lieu et se dirigea vers une fenêtre – plutôt une ouverture – pour déposer son sac au sol machinalement. Il appuya les mains contre la pierre et observa alors l’horizon se sentant libre … Libre comme le vent soufflant à travers sa personne lui gelant complètement le visage. Le matin en Écosse, c’était froid. Déjà, c’était froid en juillet. Il semblait fixer un point au loin … Ou pas. Il était perdu dans ses pensées ayant songé en écrire. Écrire lui permettrait de mieux s’exprimer et elle comprendrait alors.

Il pencha la tête et finalement s’accroupit près de son sac pour en sortir une plume, un encrier et une feuille de parchemin. Ces derniers gestes se furent fait avec bien plus de vigueur que tous ceux les précédents. Severus s’assit à même le sol et … Rien. La pointe dirigée vers le papier des images des Mangemorts, de ses amis, des Sepentard et de la magie noire apparaissait … Puis, vint les Maraudeurs et les professeurs. À son grand dam, il termina par soupirer n’ayant rien écris pour les deux dernières minutes et une autre personne était présente.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Where do I go from here ?

¤ Quel est le vrai bonheur ? ¤
Le bonheur est une chose éphémère. Je l'ai appris il y a de cela maintes années déjà. Je ne le croyais pas pouvoir me revenir. Il y a réussi pour repartir de plus belle. Chaque chose que je fais n'est pas assez bien pour toi. Donc, je ne ferais plus que ce qui m'intéresse moi maintenant même si ... Si ...



Dernière édition par Severus T. Rogue le Lun 29 Juil 2013, 03:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
L. Vesper Wiltmore

6EME ANNEE

∝ 6EME ANNEE
L. Vesper Wiltmore


▌Messages : 54
▌Avatar : Barbara Palvin
▌Année à Poudlard : 6e


Feuille de personnage
▌Pureté du sang: Sorcier, dit-on.
▌Gallions : 1

[Sept. 76] Le froid de la liberté [Libre] _
MessageSujet: Re: [Sept. 76] Le froid de la liberté [Libre]   [Sept. 76] Le froid de la liberté [Libre] Icon_minitimeDim 28 Juil 2013, 09:01

Vesper s'était levée assez tôt ce matin-là, poussée par un enthousiasme qu'elle ne s'expliquait pas. Après avoir pris un petit-déjeuner rapide dans la Grande Salle, elle avait passé une heure à la bibliothèque pour travailler un peu -mais il fallait le dire, elle avait abandonné l'espoir de comprendre ce fichu livre que lui avait conseillé une gentille Serdaigle pour l'aider à progresser en Métamorphoses. Les potions, n'en parlons pas... Après être sortie, lasse, de cette heure laborieuse et vaine, elle se promena un peu dans le château pour passer le temps. C'était le week-end, la plupart de ses amis se levaient à peine.
Alors qu'elle se dirigeait vers sa salle commune, saluant avec le sourire tous les camarades qu'elle croisait, elle se rappela qu'elle n'avait toujours pas répondu à sa tante, qui lui avait écrit une lettre une semaine plus tôt. Elle prit donc quelques affaires ; un parchemin, de l'encre et une plume qu'elle fourra dans une besace, puis se munit d'un foulard aux couleurs de sa maison pour ne pas attraper froid -il ne faisait pas très chaud à cette heure de la journée et à cette époque de l'année en Angleterre.

Une fois prête, elle sortit d'un pas léger, le sourire encore aux lèvres, toute joyeuse du temps qu'elle avait devant elle. L'avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt, sa tante le lui avait toujours dit ! Elle traversa une bonne partie du château avant d'approcher des tours. La Volière était un endroit très étrange. Des plumes jonchaient le sol, malgré les efforts pour les elfes de maison de la nettoyer, des hululements résonnaient un peu partout, mais surtout, une odeur caractéristique régnait, qui la faisait toujours légèrement grimacer. Parfois, quand on arrivait à une heure calme de la journée, les chouettes dormaient et restaient tranquilles ; mais d'autres fois, l'une d'entre elle se mettait à pousser des cris perçants, et c'en était fini de la sérénité : toutes les autres suivaient et une cacophonie pas possible se faisait entendre.
Malgré tout, Vesper aimait bien cet endroit, avec une jolie vue sur le Parc qui l'inspirait pour écrire ses lettres. Plusieurs de ses amis préféraient écrire leurs lettres sur une table, bien au chaud -surtout en hiver- et l'apporoter ensuite à la Volière, mais Vesper préférait écrire ses lettres ici, assise sur les marches de la tour ou dans l'encadrement d'une fenêtre. C'était plus agréable et cela avait au moins le mérite d'être original, même si ce n'était pas toujours pratique -le vent avait tendance à faire voler ses parchemins.

La jeune Poufsouffle se dirigea donc vers les marches, comme à son habitude, mais s'arrêta en voyant quelqu'un assis près de sa fenêtre préférée. Il s'agissait d'un Serpentard qui, d'après le professeur Slughorn, était un de ses plus brillants élèves. Vesper n'aimait pas ce professeur, toujours à vanter les élèves qui avaient des facilités mais se préoccupant rarement d'elle, qui avait de grandes difficultés et qui ne demandait que des conseils et un peu d'aide. Elle connaissait aussi ce Serpentard de vue pour être une des cibles préférées des célèbres maraudeurs. Visiblement, il ne trouvait pas d'inspiration car son parchemin était vierge.

- Si tu ne trouves vraiment pas d'inspiration ici, tu peux aussi aller près du Lac, l'eau, ça me donne toujours des idées ! le conseilla Vesper avec enthousiasme.

Elle ne savait pas vraiment pourquoi elle lui parlait, mais comme souvent, elle était de bonne humeur et elle adorait rencontrer de nouvelles personnes. Enfin, elle connaissait vaguement le Serpentard pour l'avoir vu lors de cours que partageaient Poufsouffle avec Serpentard, mais ça s'arrêtait à peu près là. Elle lui fit un grand sourire et se rappela qu'il ne voyait peut-être pas du tout qui elle était. Elle savait déjà quelques petites choses sur lui ; il était excellent en potions (et sûrement dans des tas d'autres matières, tout le contraire d'elle), était élève dans la maison de Salazar Serpentard (là aussi on ne pouvait pas vraiment dire que ce soit souvent ses meilleurs amis ces gens-là mais bon) et qu'il n'aimait pas les maraudeurs. Vesper n'avait rien contre les maraudeurs ; en fait, elle n'avait rien contre personne et elle se moquait complètement des affinités ou absences d'affinités entre ses fréquentations ; elle, elle appréciait ou non une personne, et puis si ses amis n'étaient pas contents, c'était leur problème. En général, les gens l'aimaient bien - d'un autre côté, il était dur d'en vouloir à Vesper ou de ne pas l'aimer, elle qui allait toujours vers les autres avec enthousiasme et un sourire gigantesque plaqué sur le visage.

- Oh, et je suis Vesper, en sixième année moi aussi.

Elle eut peur de le déranger, mais d'un autre côté, elle voulait juste l'aider et pouvait partir si vraiment sa présence dérangeait le garçon.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - -
DC de Briséis

[Sept. 76] Le froid de la liberté [Libre] Tumblr_inline_mhz4p5KwMo1qz4rgp
POUFSOUFFLE 6e ANNEE PRÉFÈTE
Revenir en haut Aller en bas
Severus T. Rogue

ϟ 6EME ANNEE

ϟ 6EME ANNEE
Severus T. Rogue


▌Messages : 114
▌Âge réel : 05/06/1986
▌Âge du perso : 33
▌Avatar : Ben Barnes
▌Année à Poudlard : 6e année
▌Métier exercé : Étudier ... Encore étudier ...


Feuille de personnage
▌Pureté du sang: Sang-Mêlé
▌Gallions : 9

[Sept. 76] Le froid de la liberté [Libre] _
MessageSujet: Re: [Sept. 76] Le froid de la liberté [Libre]   [Sept. 76] Le froid de la liberté [Libre] Icon_minitimeMar 30 Juil 2013, 02:35

Il leva la tête et découvrit cette personne présente aussi à la Volière en cette fraîche matinée. C’était une Poufsouffle à en observer la couleur jaune et le noir contrastant férocement sur l’écharpe. La jeune fille avait un large sourire aux lèvres ce qui pouvait rappeler Lily à Severus. Souvent, sa meilleure amie possédait des sourires semblables … Ces sourires faisant fondre ses barrières de timidité, de protection autour de son cœur qui ressemblaient alors à une véritable passoire et il se mettait à sourire aussi. La seule vue d’un sourire semblable sur une autre fille lui rappela un peu trop la perte brutale de sa meilleure amie. Le Serpentard ramena donc bêtement son regard en le parchemin toujours vierge de toute écriture que ce soit. Elle avait ramené, sans le vouloir, ses pensées contradictoires en lui rappelant Lily Evans. Ces pensées qui à l’entrée de la Poufsouffle, ce furent sporadiquement disséminés grâce au fait qu’il fut distrait. Ou fut-il la joie de vivre que dégagea la jeune fille : une étincelle lumineuse frottée dans les ténèbres par l’allumette magique se référant en Vesper ? Enfin, on ne pouvait jamais clairement définir les émotions mystérieuses entravant le corps, l’esprit et l’âme de Severus Rogue.

- J’y songerai … Peut-être.

Murmura-t-il sans trop vraiment œuvrer à monter le regard vers la jeune fille. Il semblait un peu perdu et las. Il était las de tout en ce mois de septembre 1976. Puis, son esprit cherchait encore à rappeler à sa mémoire le nom de cette jeune fille. Il savait l’avoir vu et sautillante dans tous les sens, ce n’était pas le genre de personne qu’on oubliait. Sauf de nom apparemment. Severus Rogue préférait se remémorer le physique des gens. Ainsi, si la personne lui voulait du mal, il pouvait prendre rapidement le chemin opposé et cela dès être entré en présence de celle-ci. Peut-être oublia-t-il volontairement le nom. Ce ne serait pas improbable vu qu’elle avait probablement dut provoquer une catastrophe en cours de potion et peut-être renversé le tout sur lui. Si ce fut le cas, cet événement devait être lointain, très lointain … Le plus lointain possible et donc peut-être en première année. Il oublia son nom, car elle l’énervait ?

Il inspira un peu à entendre le prénom et l’année pour ramener la tête de manière lasse vers l’arrière contre le mur froid. Il n’observa les va-et-vient de la jeune fille que par sa vision stéréoscopique, mais malgré son agacement le Serpentard devait se nommer. Apparemment, elle ne se le remémora pas non plus.

- Je suis aussi en 6e. Severus Rogue.

Avait-il articulé lentement et sans trop de conviction. De toute manière, tous les Poufsouffle étaient avec les Maraudeur. En somme, si elle ne le connaissait pas de vue – ce qui serait surprenant – elle le connaîtrait de nom et alimenterait bientôt les moqueries et les insultes à son égard. Gardant le parchemin et sa plume fermement en sa main droite, il se releva alors que les jambes lui picotèrent un peu à force de les avoir pliées. Il tituba légèrement. En posant son regard vers Vesper, il alla peut-être dire quelque chose, mais un hibou vint subitement se poser sur son épaule gauche …

Un sursaut fut visible alors qu’en un bon, l’adolescent avait ressenti les serres du jeune oiseau au plumage gris-brun contre sa cape et entrant presque dans sa chair. Son cœur s’était accéléré bien malgré l’intention toute autre de l’animal : il semblait bien plus affectueux que menaçant. Aussi subit que fut la venue de ce dernier, il se mit à frotter la joue du Serpentard ne le faisant guère plus d’une seconde. Pris d’une peur et dans un réflexe, Severus avait fait un pas vers l’avant pour s’échapper et … Et il glissa sur un caillou l’envoya glisser contre le mur jusqu’au sol. Grâce au ciel, il sut mettre sa main gauche contre ce dit mur pour ralentir la chute. Elle serait fichtrement éraflée toutefois.

Pendant que Severus tâchait de contrôler la douleur lui lancinant tout le corps et le clouant sur place, le hibou hululait joyeusement – comme si c’était très drôle, hrm -perché sur le rebord de l’ouverture. Il avait les yeux rivés sur un certain parchemin et une plume maintenant tous deux glissant lentement, mais sûrement jusqu’au pied de la tour.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Where do I go from here ?

¤ Quel est le vrai bonheur ? ¤
Le bonheur est une chose éphémère. Je l'ai appris il y a de cela maintes années déjà. Je ne le croyais pas pouvoir me revenir. Il y a réussi pour repartir de plus belle. Chaque chose que je fais n'est pas assez bien pour toi. Donc, je ne ferais plus que ce qui m'intéresse moi maintenant même si ... Si ...

Revenir en haut Aller en bas
L. Vesper Wiltmore

6EME ANNEE

∝ 6EME ANNEE
L. Vesper Wiltmore


▌Messages : 54
▌Avatar : Barbara Palvin
▌Année à Poudlard : 6e


Feuille de personnage
▌Pureté du sang: Sorcier, dit-on.
▌Gallions : 1

[Sept. 76] Le froid de la liberté [Libre] _
MessageSujet: Re: [Sept. 76] Le froid de la liberté [Libre]   [Sept. 76] Le froid de la liberté [Libre] Icon_minitimeMar 13 Aoû 2013, 17:19

Le Serpentard n'avait pas l'air ravi de sa présence, ou peut-être qu'elle se faisait des idées. En tout cas, il ne parlait pas beaucoup. Ça ne dérangeait pas vraiment Vesper, qui était habituée à beaucoup parler et à se contenter de réponses brèves. Parfois, elle faisait presque la discussion seule, lançait des perches à ses camarades pour les faire parler en leur posant des questions très ouvertes... Mais ça ne marchait pas toujours, cela dépendait vraiment des tempéraments. Certains ne parlaient que pour attaquer les autres, surtout à Serpentard, mais cela ne semblait pas être le cas de Severus Rogue, heureusement. D'autres étaient méprisants, taciturnes, secrets. Vesper trouvait cela très désagréable ; elle aussi avait ses secrets, ça ne l'empêchait pas de se montrer sociable et aimable avec les autres. La parole était à la fois quelque chose de personnel, parce que c'était dévoiler un peu de soi-même aux autres, mais aussi tellement simple à engager avec des inconnus. Dans les couloirs, elle n'hésitait pas à lancer un sourire ou un mot gentil, et de ce fait elle n'avait pas beaucoup d'ennemis à Poudlard.
La jeune Poufsouffle fut alors témoin d'une scène très étrange, qui se passa à la fois très rapidement et comme au ralenti ; elle eut l'étrange impression d'être en plein rêve ou victime d'un mirage.
Severus ouvrit la bouche pour lui répondre, quand une chouette se posa soudainement sur son épaule, ce qui le surprit énormément. Cela rappela à Vesper la fois où un hibou un peu agressif s'était perché sur le bras de son oncle, abîmant de ses serres la camisole que celui-ci portait, mais surtout créant une profonde entaille. Le pire dans cette histoire, c'était que le hibou n'apportait même pas de courrier à la famille, il était juste passé picorer quelques graines dans le coin. Quand le volatile s'était envolé, Vesper avait accouru pour vérifier qu'il allait bien, et son oncle se tenait droit comme un i, comme s'il était maréchal en pleine représentation, digne et impassible, alors qu'en vérité il sortait du lit et portait de vieux mocassins. Il avait marché ainsi, raide et muet, jusqu'à leur maison, avant d'enlever lentement sa camisole, qui avait découvert une vilaine plaie. Quelques potions et baumes plus tard, il allait mieux, mais cette scène avait légèrement traumatisé la gamine qu'elle était, et depuis, Vesper se méfiait toujours des serres vicieuses de ces animaux.
Severus eut le malheureux réflexe d'avancer d'un pas, mais déséquilibré par le poids du hibou, il ne vit pas le petit caillou près de son pied et glissa, ayant l'heureux réflexe de s'accrocher au mur pour ne pas finir sa chute. Pendant ce temps, ses affaires dévalaient les marches, rebondissant sur chacune d'entre elles comme sur un ressort, jusqu'à atteindre le sol. Vesper ne s'occupa pas du tout des affaires du garçon, se précipitant plutôt sur lui, dont le visage semblait figé par la douleur.

- Tu vas bien ? Tu veux que je t'amène à l'infirmerie ?

Elle aurait manqué à son devoir en ne le lui proposant pas, mais c'était pas simple gentillesse qu'elle le proposait, Vesper était comme ça, irradiant de bonne humeur, d'innocence, de simplicité. Les autres étaient souvent contaminés par ses sourires, sa joie de vivre était trop contagieuse et les atteignait très vite.
Mais là, Severus Rogue avait autre chose à faire que se mettre de bonne humeur, il venait de se faire mal.
Vesper l'aida à se relever en faisait attention à ne pas aller trop vite pour ne pas lui faire mal, tout en douceur, le visage marqué par l'inquiétude. Elle s'en voulait d'être incapable de jeter le moindre sortilège pour l'aider.
Ayant vécu plusieurs années sans magie, elle décida d'employer la méthode moldue, beaucoup plus longue et fastidieuse, qui était de descendre une à une les marches de la tour pour récupérer les affaires de Severus, puis de remonter pour les lui rendre. Un simple Accio aurait suffi, mais Vesper était si peu douée en magie qu'elle avait peur de créer une nouvelle catastrophe ou d'abîmer les affaires du Serpentard.
Elle se rappela avec amertume la première fois qu'elle avait lancé un Accio, en cours de sortilèges. Elle avait fait explosé la chaise de sa voisine, une Gryffondor prétentieuse qui avait passé les mois suivants à lui pourrir la vie. D'après ses camarades de dortoir, il ne s'agissait que d'une fille colérique, débauchée en plus, bref, ce n'était pas leur amie, pas besoin de culpabiliser... Vesper avait vite oublié son sentiment de honte en la croisant quand l'autre avait décidé de lui faire des mauvaises blagues. Ce sortilège, comme beaucoup d'autres, lui laissait un sentiment d'échec et lui rappelait de mauvais souvenirs. La jeune fille garda donc sa baguette dans la poche de sa robe de sorcière.
Le plus vite possible, elle dévala les marches, récupéra les affaires qui s'étaient heureusement arrêtées sur un petit palier et remonta, les cuisses un peu douloureuses.
Elle était un peu essoufflée en remontant en haut mais son sourire était toujours planqué sur son visage quand elle les tendit à Severus.
Elle posa ensuite ses yeux vers le rebord de la fenêtre pour apercevoir le volatile qui avait causé tant de malheur avant de rougir férocement. Avec un peu de chance, Severus considèrerait cette soudaine couleur liée à l'effort qu'elle venait de faire...
Vesper se mordit les lèvres et baissa ses yeux bleus vers ses pieds, gênée.

- Euh, je suis vraiment désolée... C'est... C'est ma chouette qui t'a fait ça, elle venait sûrement me dire bonjour.

Elle releva craintivement les yeux vers le Serpentard, un peu effrayée. Elle savait que les rumeurs disant que les Serpentards aimaient la magie noire n'étaient peut-être pas totalement infondées et elle n'avait pas envie d'en énerver un.
Et puis maintenant qu'il avait récupéré ses affaires, il voulait peut-être se rendre à l'infirmerie...

Hors Jeu:
 

- - - - - - - - - - - - - - - - - - -
DC de Briséis

[Sept. 76] Le froid de la liberté [Libre] Tumblr_inline_mhz4p5KwMo1qz4rgp
POUFSOUFFLE 6e ANNEE PRÉFÈTE
Revenir en haut Aller en bas
Severus T. Rogue

ϟ 6EME ANNEE

ϟ 6EME ANNEE
Severus T. Rogue


▌Messages : 114
▌Âge réel : 05/06/1986
▌Âge du perso : 33
▌Avatar : Ben Barnes
▌Année à Poudlard : 6e année
▌Métier exercé : Étudier ... Encore étudier ...


Feuille de personnage
▌Pureté du sang: Sang-Mêlé
▌Gallions : 9

[Sept. 76] Le froid de la liberté [Libre] _
MessageSujet: Re: [Sept. 76] Le froid de la liberté [Libre]   [Sept. 76] Le froid de la liberté [Libre] Icon_minitimeDim 18 Aoû 2013, 19:21

À la suite de sa chute, il se fut sentit partir dans un autre monde. Non, il ne s’évanouissait pas. Simplement, Severus Rogue aurait voulu pourvoir à cela. Il avait nettement conscience de la présence de la Poufsouffle … Vesper de son prénom non ? Il ne pouvait jamais faire taire son esprit. Il avait mal toutefois alors que son cœur battait fort, cognait dur. N’ayant même pas encore ramené sa main, toujours accrochée au mur un peu plus haut de sa lamentable position, il vit venir la jeune fille à lui. Elle était évidemment sous le choc et complètement apeurée.

Oui, son esprit restait en alerte. On vous l’avait bien dit. Certes, il était plus lent à la réaction. Sa tête tournait un peu et surtout ses oreilles bourdonnaient probablement dû au choc reçu subitement. Après tout, le jeune homme avait perdu pied en moins de deux secondes. C’était un peu normal d’être déboussolé à la suite de cela. Son corps semblait alors émettre une de ces chaleurs. Oh non ! Il ne s’était pas frappé le crâne. On vous l’annonçait, c’était simplement le contrecoup de la chute et rien de plus. Severus avait voulu répondre à Vesper, mais ses oreilles bourdonnaient tellement … Il se sentait dans le monde du coton tige telles les paroles de la jeune fille n’arrivaient à se faire une petite place.

Puis, de toute manière, elle quitta la volière le laissant seul. Il ne comprenait pas le but de la Poufsouffle. Fut-elle réellement partie ? Son esprit fonctionnait si lentement actuellement. Il ne pouvait pas comprendre. Il ne fit aucun effort pour. Il apprécia se retrouver en solitaire à nouveau. Il se sentit alors moins gauche, moins stupide. Ce fut alors qu’il ramena sa main éraflée ne s’en occupant point. L’adolescent l’observa un moment soupirant de manière désespérée. Qu’il était idiot aussi ! Incapable ! Assit, étendu les jambes devant soi, il leva les yeux à nouveau pour voir réapparaître Vesper sur ses devants avec ses effets personnels. Un haut le cœur se fit pendant moins de deux secondes : elle n’aurait pas osé lire ! On remarqua son corps se tendre brusquement, ses mains au sol si rapidement. Les choses tendues sur ses devants – non loin de son visage – il se souvint et s’employa à regarder de même n’avoir absolument rien écris. Le jeune homme souffla un soupir de soulagement. Heureusement. Il n’aurait pas voulu que cette pie – parce qu’elle en était véritablement une – raconte à tout le monde les mésaventures de Severus Rogue. Les Maraudeurs faisaient déjà parfaitement l’affaire sur cela.

- M … ci …

Marmonna-t-il si bas. Il fut fort probable que le vent et les cris des hiboux firent tout pour empêcher le remerciement de poindre plus. Il ne savait pas vraiment pourquoi ceci pointa au travers de sa bouche. Il n’aimait pas vraiment Vesper, mais n’avait aucune raison de la détester non plus. Enfin, il ne l’aimait pas vraiment pour ses sourires … On vous énonçait la raison plus haut, non ? Toujours assit, il se tourna un peu pour faire face à la Poufsouffle.

- Tu devrais la discipliner. À quoi ça sert une chouette qui peut attaquer son destinataire et le blesser ? Incapable de la discipliner ? Tu ne devrais pas en avoir, c’est tout.

Affirma-t-il de manière sarcastique un mince et minuscule sourire en coin. On ressentit un rire … Un rire jaune presque méchant s’il ne l’était pas encore. Quoiqu’il ressentit alors un élancement dans son épaule droite celle touchée grâce à ce hibou stupide. Laissant échapper un souffle de douleur, il bougea machinalement son épaule terminant par la toucher avec la main … Elle l’élançait. Il avait quitté du regard la jeune fille pour se concentrer sur son épaule ... C’était un mal lancinant et il tâchait de voir la peau en repoussant son haut et sa chemise un peu tout comme la cape.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Where do I go from here ?

¤ Quel est le vrai bonheur ? ¤
Le bonheur est une chose éphémère. Je l'ai appris il y a de cela maintes années déjà. Je ne le croyais pas pouvoir me revenir. Il y a réussi pour repartir de plus belle. Chaque chose que je fais n'est pas assez bien pour toi. Donc, je ne ferais plus que ce qui m'intéresse moi maintenant même si ... Si ...

Revenir en haut Aller en bas
L. Vesper Wiltmore

6EME ANNEE

∝ 6EME ANNEE
L. Vesper Wiltmore


▌Messages : 54
▌Avatar : Barbara Palvin
▌Année à Poudlard : 6e


Feuille de personnage
▌Pureté du sang: Sorcier, dit-on.
▌Gallions : 1

[Sept. 76] Le froid de la liberté [Libre] _
MessageSujet: Re: [Sept. 76] Le froid de la liberté [Libre]   [Sept. 76] Le froid de la liberté [Libre] Icon_minitimeLun 19 Aoû 2013, 10:38

Severus Rogue avait vraiment mauvaise mine. Il sembla la remercier, mais Vesper n'en était pas certaine, sa voix faible noyée sous les cris des volatiles aux alentours. Il était toujours assis, visiblement mal en point, mais sembla très bien comprendre quand je laissai échapper que Lou, ma chouette, était responsable de ce qui lui arrivait. J'étais vraiment désolée de ce fait, encore plus en voyant que cela semblait agacer Severus.

- Tu devrais la discipliner. À quoi ça sert une chouette qui peut attaquer son destinataire et le blesser ? Incapable de la discipliner ? Tu ne devrais pas en avoir, c’est tout.

Blessée, Vesper effaça tout sourire de son visage. Elle sentait à travers cette phrase désagréable une sorte d'insulte voilée, comme si elle ne méritait pas sa magie, ou quelque chose de ce genre, et ça lui déplaisait. Elle n'était pas dresseuse après tout, elle ne pouvait pas maîtriser sa chouette, et celle-ci n'avait pas agressé Severus à proprement parler en lui donnant des coups de bec ou de griffes au visage. Ça n'avait pas semblé dramatique à Vesper et elle se sentait maintenant très mal, elle n'aimait pas du tout qu'on ne l'apprécie pas, elle ne savait pas comment réagir, elle n'avait aucune répartie. Elle sentait que la situation lui échappait, que cela tournait en sa défaveur sans qu'elle puisse rien n'y faire. Severus n'allait pas l'agresser, elle ne sentait pas une tension assez grande pour cela, et de toute manière il était en trop piteux état pour essayer de l'attaquer. Mais il n'allait pas l'aimer et Vesper détestait cette idée. Elle voulait des amis, elle avait été polie et la plus gentille possible, elle ne comprenait vraiment pas sa réaction... Ou plutôt elle pensait qu'il l'aurait plus facilement pardonnée. Prise au dépourvu par la remarque du Serpentard, elle resta un instant figée, cherchant ses mots, fouillant dans sa mémoire pour trouver une situation similaire qui aurait pu l'aider à surmonter celle-ci. Rien ne venant, elle improvisa un peu, les joues encore assez roses, gênée par le comportement de son animal domestique.

Le rire désagréable qui sortit des lèvres du garçon fit frissonner la Poufsouffle.

- Je suis vraiment désolée. Elle n'avait jamais attaqué personne avant aujourd'hui...

Severus regardait à présent la blessure à l'épaule. Comme elle n'avait pas l'air très jolie, Vesper grimaça, culpabilisant encore plus. Il s'était rassis, peut-être trop faible pour tenir debout, et elle prit conscience de l'ampleur du problème. Sa chouette avait blessé un autre élève -quoique le caillou avait été tout aussi fautif. Peut-être que les autres allaient penser, comme Severus, que c'était de sa faute à elle, qu'elle n'était pas capable de la dresser correctement... Peut-être allait-on la destituer de son titre de Préfète... Sûrement pas la renvoyer, d'autres élèves -les maraudeurs pour ne pas les citer- avaient fait bien pire qu'elle et de manière bien plus régulière. Volontairement en plus.
Reportant son attention sur Severus, Vesper se mit du côté de son épaule valide. Ses années de danse classique l'avaient finement musclée et elle se sentait capable de soutenir un garçon de seize ans sur une partie du château. Surtout qu'il était blessé à l'épaule, il était simplement désorienté mais serait sûrement capable de marcher à peu près correctement.

- Je t'amène à l'infirmerie, viens, expliqua-t-elle.

Évidemment il pouvait refuser son aide, après tout elle n'était qu'une Poufsouffle -il y avait peu d'affinités entre leurs deux maisons- et visiblement il ne l'aimait pas, mais elle ne pouvait se résoudre de ne rien faire pour lui venir en aide. Elle avait vu Madame Pomfresh faire de véritables prouesses malgré son jeune âge, et elle était persuadée que l'infirmière règlerai le problème en deux temps trois mouvements.
Tout dépendait de Severus, et Vesper espérait qu'il serait d'accord pour qu'elle l'amène là-bas -parfois les garçons peuvent se montrer stupide en faisant semblant de ne pas avoir mal ou en se sentant capable de se rendre seul quelque part alors que ce n'est pas le cas, Vesper l'avait vu avec ses amis qui se blessaient au Quidditch.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - -
DC de Briséis

[Sept. 76] Le froid de la liberté [Libre] Tumblr_inline_mhz4p5KwMo1qz4rgp
POUFSOUFFLE 6e ANNEE PRÉFÈTE
Revenir en haut Aller en bas
Severus T. Rogue

ϟ 6EME ANNEE

ϟ 6EME ANNEE
Severus T. Rogue


▌Messages : 114
▌Âge réel : 05/06/1986
▌Âge du perso : 33
▌Avatar : Ben Barnes
▌Année à Poudlard : 6e année
▌Métier exercé : Étudier ... Encore étudier ...


Feuille de personnage
▌Pureté du sang: Sang-Mêlé
▌Gallions : 9

[Sept. 76] Le froid de la liberté [Libre] _
MessageSujet: Re: [Sept. 76] Le froid de la liberté [Libre]   [Sept. 76] Le froid de la liberté [Libre] Icon_minitimeMer 21 Aoû 2013, 00:51

Tiens, le silence ce fit à nouveau dans la Volière. Bon, en fait de silence on pouvait faire nettement mieux. Des hiboux grand-duc aux chouettes effraies, cela jacassaient comme des pies. C’était, néanmoins, un bruit ambiant agréable pour lui. Un bruit de fond telle une douce bruine, une petite pluie agréable. Toujours avec sa douceur extrême, cette pluie tomberait sur votre visage vous apaisant au plus haut point. Vous avez alors oublié tous vos problèmes, toutes vos rancœurs. À force, les jacassements de ces oiseaux de nuit pouvaient se faire passer pour cette belle petite pluie. Severus aimait être seul. Il aimait ce silence qui pouvait même arriver à l’endormir. Seuls les cris et paroles humains semblaient finir par l’exténuer. Trop forts, trop longtemps …

Il leva alors un court regard et croisa celui de Vesper. Elle semblait vraiment tétanisée comme s’il avait réussi à lui fermer son clapet de pie. Haha ! Évidemment, le jeune homme devait absolument ressentir une certaine culpabilité. Ah ! Cette culpabilité qui s’emparait de ce faible jeune homme pour en faire tout souhaité. Il était loin d’être idiot. Vesper était mortifié par ses paroles. Il semblait vouloir en rire, mais à l’inverse des Maraudeur, il n’était pas aussi immature. Un simple petit sourire en coin surgit. Il fut si minuscule que Severus l’oublia trop vite pour son épaule l’élançant un peu trop. Dans sa position assise, sa tête avait à peu près cessée de lui faire cadeaux de vertiges. Maintenant, c’était son épaule … Il fut probablement tellement surpris pour se retirer ensuite de manière très brusque et … En tout point, Severus Rogue était le seul coupable de sa blessure.

- Elle doit manger les méchants Serpentard pour les Maraudeur …

Avait-il rétorqué machinalement, dans un sarcasme méprisant, n’observant que par à coup la jeune fille. Tss ! Comme si elle avait été dressée pour l’attaquer lui et ses amis. Non, personne – et Vesper y compris – aurait pensé à un coup aussi pendable. Peut-être les Maraudeur … C’était ce qui lui fit penser à cette idée. Ils étaient tellement capables de tout pour le prendre en flagrant délit dans une position peu enviable, stupide. Le jeune homme alla se lever pour disparaître à la vue de la Poufsouffle trop collante et bavarde. Il avait envie d’être seul à nouveau. Oui, finalement il irait peut-être au lac. Un grognement sourd s’arracha d’entre ses lèvres par la blessure en son épaule. Et c’était le moment que choisit Vesper pour lui proposer d’aller à l’infirmerie.

Soupirant, il aurait pu refuser son aide, mais son corps en entier tremblait. Oui, de douleur, mais aussi de fatigue. Puis, il fut trop timide … Trop peu fort pour refuser cette aide, comme toujours. Elle l’aida donc à se relever alors qu’il s’empara de son sac de sa main gauche celle dont l’épaule était indemne. Il n’avait qu’une seule envie soit celle de s’effondrer dans son lit. On était le matin, il allait avoir un cours bientôt. Il ne pouvait pas s’esquiver. Observant le sol tanguant encore un peu, il hocha un peu positivement de la tête. Vesper allait certainement se demander ce que cela voulait bien dire.

- D’accord …

Acquiesça-t-il machinalement et, sur ce, prit de suite – sans attendre la jeune fille – la direction de la sortie le sac à la main, car ces égratignures l’élançaient trop. Il avait dans l’idée de se rendre directement à son cours et régler le problème en chemin, seul. Seulement, on se demandait s’il pourrait agir comme tel avec la Poufsouffle. Elle le suivrait partout.Pas question qu'elle le supporte toutefois. Il pensait haut et fort aux quatre idiots en ce sens.


Spoiler:
 

- - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Where do I go from here ?

¤ Quel est le vrai bonheur ? ¤
Le bonheur est une chose éphémère. Je l'ai appris il y a de cela maintes années déjà. Je ne le croyais pas pouvoir me revenir. Il y a réussi pour repartir de plus belle. Chaque chose que je fais n'est pas assez bien pour toi. Donc, je ne ferais plus que ce qui m'intéresse moi maintenant même si ... Si ...

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé






[Sept. 76] Le froid de la liberté [Libre] _
MessageSujet: Re: [Sept. 76] Le froid de la liberté [Libre]   [Sept. 76] Le froid de la liberté [Libre] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

[Sept. 76] Le froid de la liberté [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La danse des sept voiles...
» J'ai jeté un froid !!!
» Une petite baignade [libre]
» ϟ Garde ton sang froid ϟ GROUPE II ϟ Event 2 ϟ
» Vers la liberté... [Halloween]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« L E V I C O R P U S ! » :: Poudlard | Interieurs :: ☬ Tours du château ☬ :: Volière-